Les coups de cœur #418

05 décembre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #418

Bleu nuit, nuées de rouge vermeille, ondes de rose… Elsa Barré et Sofia Lambrou, nos coups de cœur #418, composent avec les couleurs pour créer une symphonie visuelle. L’une s’amuse des aliments et du monde vivant, quand l’autre capture les apparitions dans la pénombre.

Elsa Barré

« Mon univers artistique est coloré, expressif et authentique. Dans une démarche à la fois cinématographique et théâtrale, j’étudie l’humain. Les couleurs me permettent d’exprimer mes pensées et m’aident à libérer mes émotions et sentiments »

, déclare Elsa Barré. Originaire de Bretagne et dorénavant installée à Paris, la photographe s’est tournée vers le médium à l’adolescence en s’initiant à l’autoportrait. Très vite prise au jeu de la mise en scène, elle s’est petit à petit concentrée sur les natures mortes pour leur conférer un caractère surréaliste. Inspirée par le cubisme de Picasso, ou par les tragi-comédies de Pedro Almodovar, Elsa Barré détourne la réalité au profit d’un art symbolique. Conservant un lien fort avec l’environnement et curieuse d’explorer les matières et les textures du vivant, elle se plaît à composer avec les aliments pour leur donner une seconde vie poétique, presque picturale. « J’aime que le produit brut se réincarne en quelque chose d’exceptionnel. Je lui octroie un autre sens, une réalité irréelle ». Une poire imbibée d’une liqueur bleue Klein, un œuf paré d’une broche précieuse, une feuille tropicale aux courbes picturales… Dans ses expériences photographiques l’abstraction a tous les droits et s’aventure parfois dans les confins du spirituel.

© Elsa Barré© Elsa Barré
© Elsa Barré© Elsa Barré
© Elsa Barré© Elsa Barré

© Elsa Barré

Sofia Lambrou

« Les images qui me fascinent sont souvent celles qui révèlent ce que l’on dissimule. Celles qui dévoilent une réalité de prime abord invisible. C’est une ode à l’imperfection.Le portrait est un lien intime qu’on noue avec un sujet à un instant T. Figés en une fraction de seconde, les liens les plus robustes sont souvent ceux qui disent beaucoup avec peu. Par beaucoup, j’entends la complexité d’un monde intérieur, d’une histoire qui fait écho à la nôtre, qui nous connecte à ce qu’on a d’humain. Par peu, j’entends les symboles qu’on va choisir d’invoquer dans notre image pour suggérer l’histoire que l’on souhaite raconter »

, confie Sofia Lambrou. Née à Bruxelles d’une mère espagnole et d’un père grec, la photographe autodidacte et designer multimédia a nourri une fascination pour le médium via la figure de son grand père photographe. Conçu originellement comme un moyen de se connecter à ses racines et à son intériorité, le 8e art est également devenu une manière de se réconcilier avec le monde et de nouer des liens intangibles avec ce dernier. « Je veux faire dialoguer onirisme et portrait documentaire. Procédés anciens et imagerie moderne. Ce qui m’anime c’est d’exprimer le surréalisme de nos moments les plus ordinaires. Raconter ce qu’il se passe à l’intérieur. Je souhaite que mes photos soient des traits d’union intimes entre la personne qui regarde et celle qui est regardée. » Influencée par les arts picturaux et littéraires, l’artiste s’immisce dans l’effervescence du monde de la nuit, là où les pudeurs et les frontières sont « laissées sur le pas de la porte », pour sublimer symboliquement les fusions désinhibées qui s’y opèrent. Dans ses « cor(ps)tèges de couleurs » – comme elle aime à nommer ses images – Sofia Lambrou déshabille la lumière, laisse s’éveiller les attirances, s’opérer les unions pour qu’enfin les corps s’embrassent et s’embrasent dans un tumulte joyeux et lascif.

© Sofia Lambrou© Sofia Lambrou
© Sofia Lambrou© Sofia Lambrou
© Sofia Lambrou© Sofia Lambrou

© Sofia Lambrou

Image d’ouverture © Sofia Lambrou

Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas