Les coups de cœur #480 : Jade Arrighi et Alice Angelini

12 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #480 : Jade Arrighi et Alice Angelini
© Alice Angelini
© Jade Arrighi

Jade Arrighi et Alice Angelini, nos coups de cœur de la semaine, ont en commun un attrait pour une esthétique faite de contrastes et de couleurs vives. Si la première cherche à saisir l’essence de son époque, la seconde célèbre les détails du quotidien.

Jade Arrighi

Des individus au visage partiellement masqué affrontent l’objectif d’un regard franc. D’autres détournent les yeux pour se perdre dans leurs pensées. Parfois, ces êtres solitaires se réunissent dans des embrassades. À l’image, ces portraits offrent du contraste à coup de flash et de couleurs saturées. « Je m’efforce de mettre en lumière les actrices et acteurs qui marquent profondément la culture ainsi que les gens qui me touchent. Mon voyage artistique consiste à immortaliser ces individualités inspirantes. Chaque cliché devient ainsi un fragment mémorable et participe à ce que notre époque soit rappelée et célébrée pour les contributions uniques de celles et ceux qui l’animent », assure Jade Arrighi. C’est dans le souvenir de ses parents, qui « adoraient capturer des moments de [leur] vie, avec des jetables ou les premiers numériques », que l’artiste franco-algérienne s’est tournée vers des études de graphisme et de photographie. Finalement, ses compositions, réalisées à l’aide d’un boîtier argentique, résultent toutes de rencontres, avec autrui ou avec le paysage, qui l’ont marquée.

© Jade Arrighi
© Jade Arrighi
© Jade Arrighi
© Jade Arrighi
© Jade Arrighi
© Alice Angelini

Alice Angelini

« Depuis l’enfance, je ressens le besoin de m’exprimer de manière créative, que ce soit par l’écriture, l’apprentissage des langues ou la peinture. Après avoir développé un lien étroit avec la musique, j’ai trouvé que la photographie était le moyen le plus approprié pour transmettre mon point de vue et mon état d’esprit », explique Alice Angelini. Née dans un petit village italien bordant la mer Adriatique et désormais installée à Amsterdam, l’artiste a toujours puisé son inspiration dans les paysages, sauvages ou urbains, qui l’entoure.« Je suis fascinée par les détails banals que je rencontre dans ma vie quotidienne : les jeux d’ombre et de lumière dans mon appartement, la forme esthétique d’une fleur ou la forme parfaite d’un objet dans la rue… Je m’efforce d’absorber tout ce qui est beau à mes yeux avant de capturer une image », poursuit-elle. Au fil de ses tirages se découvre une poésie des contrastes, faite d’expérimentations. Souvent, ses sujets ne laissent ainsi paraître que leur silhouette, dans un noir profond, comme pour mieux attirer le regard sur un élément inattendu.

© Alice Angelini
© Alice Angelini
© Alice Angelini
© Alice Angelini
À lire aussi
Coups de cœur #478 : Starry Kong et Clémentine Belhomme
© Clémentine Belhomme
Coups de cœur #478 : Starry Kong et Clémentine Belhomme
L’expérimentation se trouve au centre de la pratique de Starry Kong et Clémentine Belhomme, nos coups de cœur #478. La première emploie…
29 janvier 2024   •  
Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate
Georgie Gibbs et Floriane Del Frate, nos coups de cœur de la semaine, capturent ce que l’on ne voit pas, ou ce qui mériterait d’être…
22 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill