Coups de cœur #478 : Starry Kong et Clémentine Belhomme

29 janvier 2024   •  
Coups de cœur #478 : Starry Kong et Clémentine Belhomme
© Clémentine Belhomme
© Starry Kong

L’expérimentation se trouve au centre de la pratique de Starry Kong et Clémentine Belhomme, nos coups de cœur #478. La première emploie le médium pour mettre des images sur ce qu’elle ne peut exprimer, tandis que la seconde assouvit une quête d’hybridation nimbée de douceur.

Starry Kong

Née à Kunming, en Chine, et installée à Melbourne, Starry Kong explore la part d’intangibilité et d’inexprimable des sentiments humains. Souffrant d’une dépression longue de plus d’une dizaine d’années, elle développe une œuvre symbolique, faite de métaphores poétiques et de paraboles. Sa maladie, ses expériences de perte, de deuil ou d’aliénation sont ainsi devenues autant le déclencheur que le socle d’une pratique créative lucide, empreinte de sagesse. You can’t walk this earth forever. Someday you will have to fly. est une série qu’elle a réalisée en 2020, et qui est résulte d’une tentative de comprendre la condition humaine et sa problématique existentielle : notre mortalité. « La photographie et l’art sont comme des étoiles qui brillent dans mon ciel sombre », confie-t-elle. Pour achever son propos, elle ajoute avec sagacité : « L’art sauve des vies. »

© Starry Kong
© Starry Kong
© Starry Kong
© Starry Kong
© Starry Kong

© Clémentine Belhomme

Clémentine Belhomme

« J’ai eu la chance d’être baignée très jeune dans un monde d’images. Mon grand-père paternel était un grand amateur de photographie. Il passait beaucoup de temps à arpenter les brocantes à la recherche de boîtiers et de vieilles caméras qu’il se plaisait à réparer. Il possédait également un tout petit laboratoire dans son garage. J’ai le souvenir de l’avoir vu réaliser quelques tirages, montrant à mon frère et moi, le regard émerveillé, les images apparaître sur le papier argentique dans le révélateur. Cela me paraissait magique », se remémore Clémentine Belhomme. Fascinée par le 8e art depuis ses plus jeunes années et la culture visuelle en héritage, ce n’est qu’au cours de ses études supérieures aux Beaux-Arts de Caen qu’elle renoue avec le procédé argentique. Le médium s’impose dès lors comme un moyen d’expression et d’expérimentations sans pareil. « La mécanique d’hybridation m’intéresse. Je recherche une forme de pictorialisme, de douceur et de poésie. J’ose espérer que la photographie peut nous emmener vers un ailleurs, vers des mondes oniriques toujours en demi-teinte. J’aime travailler les textures, les matières, le flou, mais également faire référence à l’histoire de l’art », énumère-t-elle. Dans ses différents projets éditoriaux, le corps se révèle ainsi comme « une instance active, surréaliste, sculpturale et en mutation » au travers de mises en scène aux lumières diffuses. 

© Clémentine Belhomme
© Clémentine Belhomme
© Clémentine Belhomme
© Clémentine Belhomme
À lire aussi
Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate
© Floriane Del Frate
Coups de cœur #477 : Georgie Gibbs et Floriane Del Frate
Georgie Gibbs et Floriane Del Frate, nos coups de cœur de la semaine, capturent ce que l’on ne voit pas, ou ce qui mériterait d’être…
22 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Coups de cœur #476 : Maximilien Schaeffer et Nolwen Michel
© Nolwen Michel
Coups de cœur #476 : Maximilien Schaeffer et Nolwen Michel
Nos coups de cœur de la semaine, Maximilien Schaeffer et Nolwen Michel, sont à l’origine d’œuvres visuelles puissantes. Si le premier…
15 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill