Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud

22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
© Julie Legrand

Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le chemin du numérique vers l’argentique. Si la première en teste les infinies possibilités techniques, la seconde pose un regard sur des archives familiales, témoignages d’une autre époque.

Julie Legrand

Julie Legrand fait partie de ces personnes marquées par la douleur et la perte, qui trouvent naturellement dans l’imperfection artistique une résonance directe, évidente et nécessaire pour exprimer l’existence terrestre. Si cette jeune photographe établie à Biarritz était déjà bien familière de la photographie numérique, c’est notamment à la suite d’un deuil brutal et d’une année d’errance qu’elle se tourne vers l’argentique, et notamment la pellicule périmée, intriguée par ses défauts. « D’un point de vue psychologique, j’aime comparer les aspérités de ces vieux films à nos failles personnelles, comme des fuites qui laissent entrer la lumière. Des irrégularités essentielles, qui avec le temps deviennent des alliées, des appuis pour s’accrocher aux parois souvent trop lisses de la vie », déclare-t-elle. Adepte de techniques expérimentales, comme des bains de l’image dans l’eau de l’océan Atlantique, Julie Legrand cultive ainsi un certain goût du risque et de la surprise. La vie, visible et invisible, passée et présente, guide ainsi une œuvre empreinte d’une profonde mélancolie et d’une recherche continue pour atteindre l’immensité. 

© Julie Legrand
© Julie Legrand
© Julie Legrand
© Julie Legrand
© Julie Legrand
© Kathleen Missud

Kathleen Missud

Devenue photographe professionnelle après un voyage en solitaire en Iran, Kathleen Missud se consacre à une approche documentaire du 8e art, dans une volonté de raconter, de témoigner et de transmettre. Fascinée depuis l’enfance par les albums de famille, elle a réalisé une série à partir des archives photographiques de son grand-père, André, assoiffé d’aventures. La Bonne Vie raconte une enfance précaire au sein d’une famille de meuniers, les voyages en mobylette à l’adolescence, les multiples vies et facettes d’un « bricoleur, pêcheur, collectionneur, champion de France de tracteur tondeuse en 1988 et photographe compulsif, qui a continué de sillonner le pays à 78 ans et de vivre en camping-car », apprend-t-on. Découvrant à sa grande surprise, dans ses boîtes de diapositives, des clichés « joyeux, vivants, spontanés, décalés et drôles, à son image », Kathleen Missud retransmet des tranches de vie – « la bonne vie, celle de tous les jours, on n’était pas exigeant », d’après les mots de son aïeul.

© Kathleen Missud
© Kathleen Missud
© Kathleen Missud
© Kathleen Missud
© Kathleen Missud
À lire aussi
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
© Julien Athonady
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
Nos coups de cœur de la semaine, Julien Athonady et Nika Sandler, emploient le médium photographique comme une manière d’entrer au plus…
15 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise…
08 avril 2024   •  
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas