Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon

Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
© Jaewon Choi

Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise les rues quand la seconde saisit les émotions qui se révèlent lors de performances artistiques

Jaewon Choi

« Photographe de rue et artiste humaniste », ainsi qu’il se décrit, Jaewon Choi a troqué Séoul, en Corée du Sud, pour Toronto, au Canada. Ce voyageur au cœur de l’existence s’efforce de capturer l’essence intemporelle de ses sujets, à travers des compositions pensées avec soin et un vrai sens de la géométrie. « Je me concentre toujours sur les nuances de la vie quotidienne, les paysages sereins de la nature et l’interaction intrigante de la lumière et des formes, qu’elles soient naturelles ou créées par l’homme », explique-t-il. Ses objets de préoccupation ? Le plus souvent, les activités humaines, voire parfois les conditions de travail qui existent au sein de la société qu’il côtoie. Fasciné par le photojournalisme, Jaewon Choi explore ainsi le médium en le positionnant à la fois à la manière d’une forme d’art échappant à la temporalité, et d’un outil de documentation de l’ordinaire. En résulte une photographie puissante, sobre et pertinente.

© Jaewon Choi
© Jaewon Choi
© Jaewon Choi
© Jaewon Choi
© Jaewon Choi
© Léna Charlon

Léna Charlon

« J’aime me fondre dans le décor et immortaliser les personnes au moment où elles oublient l’objectif, se lâchent et me livrent des réactions naturelles. Pour moi un cliché est réussi quand il peut vraiment transporter le public dans un lieu, une ambiance, une émotion ou un moment de vie », explique Léna Charlon. Également monteuse et réalisatrice, c’est sur les plateaux et dans les salles de concert que la photographe officie. À l’image, des silhouettes sombres se détachent de fonds colorés allant de l’indigo à l’orangé. Dans ces séquences proches du cinéma, une de ses plus importantes sources d’inspiration, les sensations semblent intensifiées par des lumières vives. « Ayant grandi à Biarritz, j’ai suivi de près la carrière du groupe La Femme, que j’apprécie particulièrement. J’ai eu la chance de les photographier pendant un de leurs passages à l’Olympia, se souvient-elle. Plusieurs mois après, je leur ai demandé si je pouvais leur réaliser un clip alternatif sur leur morceau “Contaminado” et iels ont accepté. C’est un projet que j’affectionne car il fait vraiment le pont entre mon travail en photo et en vidéo. » 

© Léna Charlon
© Léna Charlon
© Léna Charlon
© Léna Charlon
À lire aussi
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
© Pauline Herlent
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
Cyril Laroche et Pauline Herlent, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins d’expérimentation du réel. Les deux…
01 avril 2024   •  
Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin
© D. M. Terblanche
Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin
D.M. Terblanche et Juliette Seguin, nos coups de cœur de la semaine, se servent de leur boîtier pour sonder le monde alentour. Les deux…
25 mars 2024   •  
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas