Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent

01 avril 2024   •  
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
© Pauline Herlent
© Cyril Laroche

Cyril Laroche et Pauline Herlent, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins d’expérimentation du réel. Les deux photographes proposent d’autres narrations, portées par leurs émotions.

Cyril Laroche

Si ses rêves d’enfance de devenir « grand reporter » ne se sont pas tout à fait déployés sous la forme qu’il imaginait, Cyril Laroche cultive néanmoins son amour du 8e art en tant qu’amateur, à côté de sa profession. À 49 ans, ce graphiste freelance lillois, passé par les écoles d’art, n’est revenu que très récemment à une pratique assidue de la photographie. Pourtant, c’est par centaines que se comptent ses pièces qui marquent le regard. Dans l’ensemble, son approche hétéroclite oscille entre une véritable fascination pour le réel, concrétisé par des clichés de rue, et un imaginaire poétique développé à travers une photographie plus expérimentale. Cyril Laroche confie cependant se laisser conquérir au fil du temps par un style de plus en plus narratif et documentaire. Peu importe le genre dans lequel son travail s’inscrit, c’est la rencontre humaine qui compte : « ma photographie devient davantage un trait d’union entre une autre personne et moi-même, jusqu’à parfois même devenir secondaire… », explique-t-il.

© Cyril Laroche
© Cyril Laroche
© Cyril Laroche
© Cyril Laroche
© Cyril Laroche
© Pauline Herlent

Pauline Herlent

Munie de son fidèle boîtier, Pauline Herlent a passé son adolescence à observer le monde alentour, à transposer les éléments sous ses yeux dans d’autres univers. Ces derniers se caractérisent par une ambiance à la fois mélancolique et surréaliste, pleine de métaphores. « J’ai toujours fait beaucoup de portraits, car les corps sont une matière vivante que j’aime inscrire dans des décors où ils se fondent dans l’image, parfois même jusqu’à devenir fantomatiques. Depuis peu, je m’intéresse beaucoup aux natures mortes, qui me fascinent inconsciemment depuis toujours, peu importe le médium. La notion d’absence, de palpation des objets, des odeurs, des souvenirs abandonnés sont des représentations qui me parlent beaucoup », explique la photographe, réalisatrice et co-créatrice de la marque d’upcycling MORPHOSE, qui verra le jour cette année. Chacune de ses compositions est pensée « comme un tableau mouvant, sortant de [s]on esprit de manière contemplative ». À coup de flash, de scintillements ou de flous maîtrisés, elles traduisent ainsi les émotions qui la traversent et qu’elle ne parvient pas à exprimer autrement.

© Pauline Herlent
© Pauline Herlent
© Pauline Herlent
© Pauline Herlent
À lire aussi
Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin
© D. M. Terblanche
Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin
D.M. Terblanche et Juliette Seguin, nos coups de cœur de la semaine, se servent de leur boîtier pour sonder le monde alentour. Les deux…
25 mars 2024   •  
Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura
© Natalia Jacott
Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura
Natalia Jacott et Viviana Bonura, nos coups de cœur de la semaine, ont en commun la pratique de l’autoportrait. Par ce biais, toutes deux…
18 mars 2024   •  
Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine