Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura

Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura
© Natalia Jacott
© Natalia Jacott

Natalia Jacott et Viviana Bonura, nos coups de cœur de la semaine, ont en commun la pratique de l’autoportrait. Par ce biais, toutes deux entendent déconstruire les regards et célébrer l’empathie. 

Natalia Jacott

Née a ayant grandi à Mexico City, Natalia Jacott a commencé sa pratique par des autoportraits nus. Ce genre l’accompagne jusqu’à aujourd’hui, alors qu’elle articule sa pratique autour de la nudité, de la vulnérabilité et de l’intimité, et leurs liens réciproques. « Je travaille actuellement sur l’étude du regard et sur ce qu’il convoque, à partir de ce qui est vu au premier coup d’œil et ce qui est perçu après, précise-t-elle. « Ce thème particulier est né de mon intérêt personnel pour la compréhension de la construction de la mienne. C’est l’essence du regard du photographe qui convoque la qualité intangible de l’image, tout en proclamant son individualité », poursuit-elle. Au creux de son œuvre semble régner, paisible et inusable, le pouvoir de l’empathie. Le travail aiguisé qu’elle mène autour de la couleur et de la perspective lui permet d’imaginer des espaces de recueillement, où chacun·e peut se reconstruire et remodeler les liens qui le ou la nourrissent. Parsèment ses images toutes ces choses qui l’inspirent au quotidien que sont, entre autres, « les érables, les ciels étoilés, les couchers de soleil, les gens, les conversations, la tendresse, la musique, les océans, les artistes… », énumère-t-elle.

© Natalia Jacott
© Natalia Jacott
© Natalia Jacott
© Natalia Jacott
© Viviana Bonura

Viviana Bonura

Dans Born From Salt, Viviana Bonura cristallise une renaissance qui découle de tâtonnements artistiques. Au travers d’autoportraits monochromes, elle entreprend une réappropriation de son corps par l’image. « Le nom du projet vient d’un rêve où, au lieu d’utérus, les êtres humains naissaient d’une sorte de matière qui marque ce que nous sommes. Là, je suis née du sel. Blanc comme ma peau, immobile et lourd. Le sel est réputé pour sa capacité à conserver les choses, mais dans certaines histoires, il est le protagoniste de rites superstitieux. S’il est jeté par erreur sur la table, c’est un signe de malchance, mais c’est aussi un puissant purificateur d’énergies négatives. Il éloigne les monstres », explique-t-elle. S’inscrivant dans une philosophie de la sollicitude, la photographe sicilienne appréhende sa création tel un outil de guérison qui s’impose également comme « une responsabilité sociale »« Avec l’âge, je me rends compte qu’il est urgent pour moi de participer activement à la société et que je me préoccupe des implications culturelles et sociales des images. Notre imaginaire est façonné par ce que nous voyons et je me demande comment je peux contribuer à la décolonisation et à la déconstruction du monde de l’art par des pratiques insubordonnées », assure-t-elle.

© Viviana Bonura
© Viviana Bonura
© Viviana Bonura
© Viviana Bonura
© Viviana Bonura
À lire aussi
Coups de cœur #483 : Elisa Villard et Anastasia Tuzova
© Elisa Villard
Coups de cœur #483 : Elisa Villard et Anastasia Tuzova
Elisa Villard et Anastasia Tuzova, nos coups de cœur de la semaine, sont deux amoureuses de l’argentique et de ses possibilités…
11 mars 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en…
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill