Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin

Les coups de cœur #485 : D.M. Terblanche et Juliette Seguin
© D. M. Terblanche
© D. M. Terblanche

D.M. Terblanche et Juliette Seguin, nos coups de cœur de la semaine, se servent de leur boîtier pour sonder le monde alentour. Les deux photographes transforment ainsi le quotidien en mettant l’accent sur les émotions brutes.

D.M. Terblanche

Qui se cache derrière le pseudonyme D.M. Terblanche ? Artiste multidisciplinaire agé·e de 26 ans, iel a commencé à côtoyer la photographie comme la plupart des adolescent·es de notre époque, soit, en réalisant des autoportraits dans sa chambre, avec son téléphone portable. « C’est ainsi que j’ai appris à créer : en employant ou bien très peu de choses, ou bien tous les moyens à disposition », confie le·a photographe né·e à Pretoria, en Afrique du Sud. D.M. Terblanche en aura conservé, aujourd’hui, un goût prononcé pour le format du portrait, qui lui permet d’exprimer avec concision des expériences de vie et des émotions denses et concentrées. « Souvent, jévoque le traumatisme, la terreur et l’incertitude dans le même geste que l’amour, la loyauté et la nostalgie », explique-t-iel. Inspiré·e par sa propre solitude, D.M. Terblanche expérimente autour du processus photographique, pour perpétuer les métamorphoses et tenter de se surprendre ellui-même chaque jour un peu davantage.

© D. M. Terblanche
© D. M. Terblanche
© D. M. Terblanche
© D. M. Terblanche
© D. M. Terblanche
© Juliette Seguin

Juliette Seguin

Au fil de Repérages, Juliette Seguin distille la trace d’une présence humaine. Parfois, des êtres apparaissent, au loin ou de dos, comme pour laisser une distance nécessaire à la projection. « J’ai commencé en voulant faire du documentaire et, ces derniers temps, je suis plutôt dans une forme entre le reportage et la photographie liminale. Je dirais que ma pratique s’articule principalement autour de la figuration de personnes, d’animaux, de lieux, le tout formant un commun de “paysages émotionnels”. Je suis à la recherche du glitch, du moment flottant et inquiétant », explique-t-elle. Puisant son inspiration dans La Vie matérielle (1988) de Marguerite Duras, l’artiste et étudiante à l’ENSP d’Arles se livre ainsi à une dissection du quotidien pour mieux le transformer en « un film qui n’existera jamais »« Dans cet espace, les personnes deviennent personnages, les animaux peuvent être appréhendés comme des manifestations de craintes, les lieux comme des ambiances. Dans cette série, il est question d’une fiction en devenir, latente. C’est une quête de familiarité aussi bien qu’une mise à distance du réel », précise-t-elle.

© Juliette Seguin
© Juliette Seguin
© Juliette Seguin
© Juliette Seguin
À lire aussi
Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura
© Natalia Jacott
Les coups de cœur #484 : Natalia Jacott et Viviana Bonura
Natalia Jacott et Viviana Bonura, nos coups de cœur de la semaine, ont en commun la pratique de l’autoportrait. Par ce biais, toutes deux…
18 mars 2024   •  
Coups de cœur #483 : Elisa Villard et Anastasia Tuzova
© Elisa Villard
Coups de cœur #483 : Elisa Villard et Anastasia Tuzova
Elisa Villard et Anastasia Tuzova, nos coups de cœur de la semaine, sont deux amoureuses de l’argentique et de ses possibilités…
11 mars 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine