Les coups de cœurs #362

08 novembre 2021   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœurs #362

Sarah Balhadère et Maëva Benaiche, nos coups de cœur #362 explorent toutes deux les frontières de l’intime. L’une poursuit un travail de mémoire, tandis que la seconde se concentre sur l’introspection.

Sarah Balhadère

Un champ de tulipes infini, une fleur vaporeuse portée au cou d’une femme inconnue, un jeu d’ombres enivrant sur un dos nu … Autant de merveilles du quotidien qui composent l’univers de Sarah Balhadère. Dès son plus jeune âge, l’artiste est mue par l’envie de filmer sa famille, de capturer chaque instant pour apposer une marque sur le temps. Très vite, elle prend conscience de l’importance de ce travail de mémoire. Grâce à son entourage, elle se dirige vers la photographie, et c’est en ces mots qu’elle le rappelle : « Ma famille a réalisé avant moi la valeur de la photographie dans ma vie ». S’émerveillant d’un rien, Sarah Balhadère se laisse porter par les rencontres et par son intuition créatrice. Dotée d’une âme sensible, elle crée, sans vraiment s’en rendre compte, des scènes d’une grande douceur. « Je crois que ma sensibilité provoque beaucoup d’anxiétés dans ma vie, alors inconsciemment, en photographie, je me focalise sur des choses qui me rassurent », confie-t-elle. Admirer le travail de Sarah Balhadère, c’est trouver un lieu dans lequel se reposer, à l’abri des menaces et de toute animosité.

© Sarah Balhadere© Sarah Balhadere
© Sarah Balhadere© Sarah Balhadere
© Sarah Balhadere© Sarah Balhadere

© Sarah Balhadère

Maëva Benaiche

« Le thème récurrent de mon travail ? L’intime. Tous mes sujets l’incluent, de près ou de loin. J’interroge en allant voir ailleurs, celles et ceux qui ont vécus ou vivent les mêmes choses que moi. La pluralité des comportements face à une même situation m’a toujours intriguée. Je suis en perpétuelle recherche d’approfondissement de moi-même »,

confie Maëva Benaiche. À 24, la jeune photographe, diplômée de l’ETPA de Toulouse, poursuit inlassablement sa quête identitaire, armée de son boîtier. Inspirée par l’humanisme de Robert Doisneau, comme par les œuvres de Jane Evelyn Atwood, Diane Arbus, Alain Keler ou encore Antoine D’Agata, elle pose sur le monde un regard empli de sagesse et de compassion. Dans un univers monochrome aux flous mystérieux, introspectifs, elle imagine des récits qui résonnent au plus profond de son être. C’est le cas de Magma, un projet né durant sa troisième année d’étude et inspiré par son bégaiement. « J’y mets la disfluence en lumière, c’est un sujet encore trop peu représenté. Je me suis fait accompagner d’une psychologue, qui m’aide beaucoup et sans qui la série n’aurait pas été la même chose », poursuit-elle. Un portrait sensible brodé de métaphores.

© Maëva Benaiche

© Maëva Benaiche© Maëva Benaiche
© Maëva Benaiche© Maëva Benaiche

© Maëva Benaiche

© Maëva Benaiche

Image d’ouverture : © Sarah Balhadère

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill