Les fantasmes programmatiques de Mishka Henner

05 octobre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les fantasmes programmatiques de Mishka Henner
Image descendante © Mishka Henner
Images parentes © Mishka Henner
Image descendante © Mishka Henner

Objets et architectures non identifiables, créatures étranges ou fleurs bizarres. Que regardons-nous exactement ? Des ovnis visuels nous captivant par leur aspect rebutant. Pour leur créateur, Mishka Henner, ces images interpellent davantage puisqu’elles nous dévoilent « d’autres formes de vie dans l’univers », des apparitions insoupçonnées, errant dans le néant, juste derrière nos écrans. Chez l’artiste, père et « explorateur d’internet », l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) remonte à une dizaine d’années, avec Photoshop d’abord, puis, en 2019, à travers la découverte des réseaux adversaires génératifs – dits GAN. S’amorce alors une démarche artistique expérimentale où l’IA – en tant que machine aux possibilités plurielles et outil auquel nous ne pouvons nous soustraire – lui donne accès à un monde jusqu’alors inconnu. Animé par la volonté d’évoquer notre consommation abusive d’images, mais aussi la capacité des GAN à collecter ces dernières, il crée The Fertile Image sur la plateforme Artbreeder – un site web d’art collaboratif basé sur l’apprentissage automatique. Une série d’images « descendantes » est générée par l’IA à partir de deux images « parentes », elles-mêmes produites par l’IA.

Le résultat ? « Des créations mêlant de manière troublante les visions des surréalistes du 20e siècle aux fantasmes et aux méthodes des programmeurs informatiques du 21e siècle. » À la manière d’un arbre généalogique, les liens et les distorsions se dessinent entre chaque duo de parents (#1, #2, #3, #4, #5, #6 et #7) et leurs 300 descendants respectifs. À mesure que les dysmorphies se répandent dans les créations, notre compréhension s’étiole et nos modes de références avec. « Pour moi, ces GAN représentent quelque chose qui ne peut exister qu’à l’ère des ordinateurs, des images en réseau et de la photographie. Ils sont un réel produit de notre époque et, en ce sens, il était vital de travailler avec eux. Ils disent quelque chose sur la façon dont les images se sont emparées de notre monde, mais aussi sur l’indépendance de celles-ci par rapport à nous », explique-t-il. Conscient des risques et limites de l’IA, Mishka Henner souligne la nécessité pour les artistes visuels de se réinventer, et l’urgence de construire des pensées originales. Car même si ses œuvres semblent se répéter de manière incessante, toutes comportent d’infinies possibilités de changement. Mais seulement si Mishka Henner les programme.

Image descendante © Mishka Henner
Image parente © Mishka Henner
Image parente © Mishka Henner
Images descendantes © Mishka Henner

Image parente © Mishka Henner
Image parente © Mishka Henner
Images descendantes © Mishka Henner
Image parente © Mishka Henner
Image parente © Mishka Henner
Images descendantes © Mishka Henner
À lire aussi
Intelligence artificielle : ces séries qui sèment le trouble
© Noah Pharrell
Intelligence artificielle : ces séries qui sèment le trouble
Perçue comme un simple outil destiné à aider et pousser la créativité des photographes ou comme un véritable danger pour la profession…
29 septembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Jocondes artificielles
Les Jocondes artificielles
Maxime Matthys, artiste belge de 25 ans, est fasciné par les nouvelles technologies et l’importance qu’elles prennent dans notre…
11 février 2021   •  
Écrit par Anaïs Viand
Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger