Les petits contes visuels de Patty Maher

24 juillet 2019   •  
Écrit par Julien Hory
Les petits contes visuels de Patty Maher

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Patty Maher aime jouer avec les frontières. En témoigne Elemental, une série oscillant entre le réel et l’imaginaire, la photographie et le graphisme pur. Une série d’une poésie sombre et douce.

Patty Maher aime le mélange des genres. Après des études de littérature anglaise, elle se tourne en autodidacte vers une carrière artistique en 2010. Plutôt que photographe, la Canadienne se définit comme une artiste visuelle dont le support est la photographie. Comme elle l’explique, ce choix n’est pas anodin : « J’aime le médium photographique pour sa flexibilité et son indulgence. J’aime créer des œuvres et des scènes qui peuvent être modifiées au gré de mon imagination grâce aux outils de retouche numérique. J’expérimente sans cesse. L’art physique n’est pas aussi flexible. »

Briser intentionnellement les règles

En ce sens, sa série Elemental est représentative de son travail. Elle pourrait même en être l’essence. C’est en jouant sur le collage avec des images libres de droits, au jour de l’an 2019, que Patty Maher a eu l’idée de faire la même chose avec ses images. En mixant les codes de la peinture, du collage et de la photographie, elle entend s’affranchir des règles : « J’ai essayé de repousser les limites de mon travail pour briser intentionnellement les règles de ce qu’une photo devrait être. J’ai commencé à travailler le collage parce qu’il n’y a pas de règles. Aussi, j’aime la façon dont les peintres jouent avec la perspective, et j’ai voulu inclure ces éléments dans mon travail. Avec Elemental, je voulais que ce soit bien clair que je mélangeais les genres. »

Sa formation littéraire l’a également inspiré. Ses images apparaissent comme des petits contes : « Je travaille à partir de mon imagination ou de quelque chose que j’ai lu. Je veux amener les gens à s’interroger sur un contexte qui ne se limite pas à ce qu’ils regardent ou perçoivent : pourquoi le personnage est là ? Quelle est son histoire ? Que se passera-t-il ensuite ? », confie-t-elle.

© Patty Maher

Une féminité stylisée

Il est vrai que les œuvres de Patty Maher peuvent questionner. Du modèle présent sur la photo on ne sait rien de plus que ce que la mise en scène et la composition veulent nous dire. Dans ces images, les visages sont cachés, jamais ils n’apparaissent. L’artiste reste assez énigmatique sur ces disparitions : « J’aime avoir un sentiment d’anonymat dans mes photos où finalement, les personnages peuvent être n’importe qui. »

Pourtant, ces personnages possèdent une présence forte et des caractéristiques particulières. Toujours en robes, les cheveux très longs aux couleurs saturées qui tranchent avec le reste de l’image… Elle en est bien consciente : « Les formes, les postures et les couleurs sont importantes dans mon travail. J’aime utiliser chaque petit élément pour transmettre quelque chose. Je pense qu’il s’agit ici d’une féminité stylisée. »

© Patty Maher© Patty Maher
© Patty Maher© Patty Maher
© Patty Maher© Patty Maher

© Patty Maher

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet