Les Rencontres Arles dévoilent le programme de leur 55e édition !

Les Rencontres Arles dévoilent le programme de leur 55e édition !
© Équipement, lunettes de protection, flash aveuglant, 1974.
© Rajesh Vora

Les Rencontres d’Arles ont dévoilé le programme de leur 55e édition, qui sera portée par le thème Sous la surface. L’évènement incontournable de la scène photographique se tiendra du 1er juillet au 29 septembre 2024. 

« Depuis plus d’un demi-siècle, les Rencontres d’Arles nous donnent rendez-vous avec la photographie au cœur de l’été. Elles célèbrent la vitalité de la jeune création aussi bien que les grands noms de la photographie, en donnant une place toute particulière aux artistes français. […] Les Rencontres facilitent aussi le contact entre les artistes et le public. Dans un monde saturé d’images, il est devenu essentiel d’apprendre à regarder parfois ailleurs et autrement, à plonger dans l’épaisseur d’un cliché, dans les plis de son histoire. » C’est en ces mots que Rachida Dati, ministre de la Culture, commence la conférence de presse dédiée au festival. Dans le sillage des précédentes, cette 55e édition nous encourage à sonder notre environnement. 

« Remous, esprits, traces, lectures parallèles et relectures sont autant de nouvelles perspectives qui sous-tendent l’édition 2024 des Rencontres d’Arles. Photographes, artistes et commissaires dévoilent leurs visions, leurs histoires, telle que celle de notre humanité, tour à tour contrariée, en perpétuelle redéfinition, résiliente, mais aussi visionnaire », précise Christoph Wiesner, directeur du festival. Tout au long de l’été, visiteuses et visiteurs pourront explorer ces cinq grandes thématiques. L’ensemble des expositions qui les composent présente des œuvres qui, dans des approches diverses, cristallisent l’essence même d’une époque et parviennent, in fine, à faire entendre des récits alternatifs qui ouvrent d’autres voies.

© Marine Lanier. The Gardeners #2, Hannibal’s Garden series, 2023. Avec l’aimable
© Suzuki Mayumi. Ship carpenter #09, #14, #19, photographie restaurée après les dégâts causés par le tsunami en 2011, 2011. Avec l’aimable autorisation de l’artiste. Photographie d’origine : The 20th Century Master Craftsman, 1994. Avec l’aimable autorisation de Sasaki Atsushi.
© Ishiuchi Miyako. Mother’s #35, série Mother’s. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / The Third

Le devenir du monde

La section « Remous » s’attachera d’abord à dévoiler les projets d’artistes qui ont entrepris de saisir les pulsations du monde. À cet effet, le rez-de-chaussée de l’Espace Van Gogh accueillera Rencontres, la première rétrospective consacrée à Mary Ellen Mark, coproduite par les Fondations C/O Berlin et Mary Ellen Mark. Pratiquant le portrait et le documentaire, la photographe a capturé les contours de célébrités et de figures en marge de la société. Cristina De Middel, qui signe l’affiche de cette 55e édition, donne voix à des individus ayant migré du sud du Mexique jusqu’à Felicity, en Californie. Au fil des images, leur périple se transforme en une vaste épopée, entretenue par l’espoir incessant, dont ils deviennent finalement les héros. 

Dans la volonté de s’ouvrir sur de multiples univers, la programmation de cette année met la scène japonaise à l’honneur. Quelle joie de vous voir rassemblera une sélection de tirages réalisés exclusivement par des femmes depuis les 1950. « L’exposition lève le voile sur de nouvelles perspectives historiographiques, soulignant la nécessité de l’apport d’une compréhension inclusive à l’histoire de la photographie jusqu’alors essentiellement masculine dans sa monstration », déclare Christoph Wiesner. La rétrospective consacrée à Ishuichi Miyako, lauréate du Prix Women In Motion 2024, s’inscrit également dans cette mouvance. 

Au sein d’ « Esprits (Yōkai) » seront présentées les archives monochromes d’Uraguchi Kusukazu, qui donnent à voir des ama ou des pêcheuses japonaises avec une certaine poésie. L’exposition Répliques – 11/03/11 reviendra sur les séismes qui ont meurtri le pays. Dans la même thématique, avec Le Jardin d’HannibalMarine Lanier nous mènera dans les Alpes où elle a imaginé le devenir du monde, et plus particulièrement de la flore, sous le prisme de la dystopie. 

© Service à bord d’une voiture-restaurant du train Capitole, 1966.
© Bruce Eesly. Peter Trimmel remporte le premier prix pour son fenouil UHY au Kooma Giants Show à Limbourg, série Le nouveau fermier, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
© Mary Ellen Mark. Manifestation féministe, New York, 1970. Avec l’aimable autorisation de The Mary Ellen Mark Foundation / Howard Greenberg Gallery
© Nhu Xuan Hua et Vimala Pons. Ses clics et ses clacs, 2024.

De nouvelles formes narratives

Comme à l’accoutumée, les Rencontres d’Arles soulèvent l’évolution du médium, et ce, de diverses manières. La thématique « Traces » montrera notamment Finir en beauté de Sophie Calle. Dans la fraîcheur humide des cryptoportiques, l’artiste donnera une dernière vie à certaines de ses œuvres, attaquées par des champignons à la suite d’un orage et vouées à à la destruction. Mustapha Azeroual, lauréat du programme BMW Art Makers, a immortalisé les rayons évanescents de levers et couchers de soleil à la surface des océans. Sa série The Green Ray, réalisée avec la commissaire Marjolaine Lévy, sera dévoilée au Cloître Saint-Trophime. La section « Relectures » proposera quant à elle de nouvelles visions de la photographie. Matthieu Nicol se plongera une fois de plus dans les archives de l’armée américaine pour s’intéresser à leurs recherches vestimentaires. D’autres manifestations exploreront l’histoire du wagon-bar ou encore celle des images de sport.

Enfin, « En parallèle » tissera de nouvelles formes narratives. Les Vampires n’ont pas peur des miroirs reviendra sur les notions de vampirisme et de tropical goth dans le gang El Grupo de Cali, actif dans les années 1970 et 1980 en Colombie. Dans Heaven and Hell, Nhu Xuan Hua et Vimala Pons entremêleront performance et photographie quand Au nom du nom, une exposition collective proposée par le commissaire Hugo Vitrani, interrogera la représentation du graffiti dans le 8e art. Et, fidèles à leur volonté de « défricher et chercher les talents de demain », les Rencontres d’Arles accueilleront une catégorie « Émergences » dans laquelle seront présentés, entre autres choses, les projets des finalistes du Prix Découverte Fondation Louis Roederer.

© Karen Lamassonne. Sueño húmedo I, photographie, crayon, 1987. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
© Nomura Sakiko. Sans titre, 1997, série Hiroki. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Aperture.
© Vasantha Yogananthan, Sans titre, série Le Passé Composé, 2020-2022. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
À lire aussi
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d’origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison…
01 mars 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Le festival Circulation(s) lève le voile sur sa 14e édition ! 
© Audrey Blue
Le festival Circulation(s) lève le voile sur sa 14e édition ! 
Du 6 avril au 2 juin 2024, le festival de la jeune photographie européenne Circulation(s) réinvestit le Centquatre à Paris pour une 14e…
06 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine