Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore

22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore

Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie documentaire. Dans sa série et livre Fièvre, il explore ses pulsions intérieures par des autoportraits en creux.

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Fièvre, Lorenzo Castore est l’invité exceptionnel de la galerie S. à Paris, jusqu’au 11 mai. Né à Florence en 1973, le photographe italien est un des initiateurs de la nouvelle photographie documentaire. Il raconte le monde avec une sensibilité particulière et un langage original, inspiré de la street photography qu’il a pratiquée pendant ses années passées à New York. Au cours de ses voyages en Inde, au Kosovo, en Pologne, il s’empare du reportage engagé, sans abandonner son approche spontanée, héritage de la photographie de rue. Jusqu’en 2005, il se sert de la couleur et du noir et blanc, jusqu’à se consacrer au monochrome.

L’exposition présentée chez S. est le fruit d’un voyage intérieur de l’artiste, qui incarne par des autoportraits en creux ses différentes « fièvres » intérieures. Dans l’interview donnée par l’artiste à Caroline Benichou, retranscrite dans la postface de l’ouvrage Fièvre, il raconte sa démarche: « Je procède ainsi : je suis une voix intérieure que j’essaie de garder aussi libre que possible, je la laisse aller là où elle veut, et lorsqu’elle me paraît vraiment convaincante, je la suis avec toute l’énergie dont je dispose, en mettant la rationalité de côté. Je commence à travailler sans relâche et je continue tant que je sens qu’une évolution est possible. Chaque fois, l’expérience est différente. Par conséquent, la temporalité et la méthode le sont aussi. La seule constante est la recherche d’une tension émotionnelle qui suscite l’émerveillement. »

Un bouillonnement de photographies

Fièvre est un « bouillonnement de photographies » qui invitent au voyage intérieur. Trente ans de pratique se déclinent sur les murs de la galerie, témoignage de ce « besoin de croissance intellectuelle et spirituelle » explique le photographe, qui, au travers de Fièvre poursuit « l’abandon au désir sensuel, la tentative d’entrer en relation avec l’autre ici et maintenant, et une tension vers le mystère infini. La fièvre est alimentée par la curiosité, l’empathie et l’instinct, mais l’énergie et la capacité sont limitées. » La nature est foisonnante et puissante, à l’image de l’Etna qui accueille les visiteur·ses à l’entrée de l’exposition, son panache de fumée annonçant une éruption imminente. C’est dans ce mélange de photographie de l’intime et documentaire, de monde intérieur et extérieur, que se situe le travail de Lorenzo Castore. Pas banales, pas quotidiennes, pas voyeuses, ses images sont « le reflet d’une existence telle qu’il en existe tant, faite de souffrance ou de joie, en toute subjectivité. »

À lire aussi
Focus #55 : Les travestis de Catane dans l’objectif de Lorenzo Castore
06:16
© Fisheye Magazine
Focus #55 : Les travestis de Catane dans l’objectif de Lorenzo Castore
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Lorenzo Castore nous fait voyager, à travers Glitter Blues, dans le quartier rouge de…
06 septembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les Reines de Catane, transmettre la beauté absurde de la vie
Les Reines de Catane, transmettre la beauté absurde de la vie
Pour Glitter Blues, le photographe Lorenzo Castore s’est rendu dans les méandres des rues de San Berillo, à Catane. Un quartier rouge…
09 juin 2022   •  
Écrit par Finley Cutts
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas