Photodoc : la photographie documentaire, un voyage de l’individuel au collectif

11 mai 2023   •  
Écrit par Léa Boisset
Photodoc : la photographie documentaire, un voyage de l’individuel au collectif

Du 12 au 14 mai, le temps d’un week-end, la Halle des Blancs Manteaux de Paris se fait hôte de la photographie documentaire française et internationale.

La thématique de cette nouvelle édition, l’autoportrait, incluse dans ce genre très particulier qu’est l’œuvre documentaire, pose comme problématique le rapport des photographes au monde qu’iels capturent, et dans lequel, par ce geste sur soi, iel viennent s’intégrer.

« Est-ce donc la vie d’un homme ? Oui, et la vie des autres hommes aussi. Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui […] Prenez ce miroir, et regardez-vous y », disait Victor Hugo aux lecteurs des Contemplations. C’est bien ce dont il s’agit ici, à la fois dans les autoportraits des photographes, qui disent quelque chose de leur rapport à la société, et dans les portraits d’inconnu·es pris par ces mêmes artistes, destinées individuelles qui les traversent, auxquelles iels se confrontent, et qui façonnent leur engagement. De plus en plus conscient·es du pouvoir des images sur la construction de nos mémoires collectives, et du biais qu’iels peuvent induire, iels s’inscrivent parfois dans une attitude co-créatrice avec les figures qu’iels rencontrent, et dont iels racontent l’histoire.

© Laurent Reyes

© Laurent Reyes

Traversées de soi à l’autre et de l’autre à soi

Dans cet optique, Hiroh Kikaï, figure emblématique de la photographie japonaise, disparu en 2019, a été choisi comme invité d’honneur de cette nouvelle édition. Le salon expose son regard affectueux sur les passant·es du quartier populaire d’Asakusa à Tokyo, auxquels il s’identifie, et qui lui rappellent sa ville natale. Dans cette série de photographies, loin de toute volonté de représentation fidèle de la vie japonaise, l’artiste élit consciencieusement les visages et les corps à capturer, tantôt pour leur excentricité, tantôt pour leur simplicité, tentant de parvenir à une beauté indéfinissable, pour nous saisir universellement.

Parmi les nombreuses galeries et collectifs présentant les œuvres de leurs artistes, on trouve la série The Locks of Lockdown de Claudio Ahlers, au procédé surprenant. C’est en se servant d’un corps étranger, et non du sien propre, que l’auteur met en scène ses angoisses du confinement, façonnant ainsi, non un autoportrait, mais un portrait autobiographique. De corps individuel, le modèle devient corps collectif : le photographe l’enrobe de cheveux ramassés chez son coiffeur la semaine suivant la fin du confinement de l’été 2020, résidus communs personnifiant alors les sentiments vécus par tous et toutes : insécurité, solitude, introspection ou espoir.

Hiro Kikai / Courtesy Inbetween Gallery
Hiro Kikai / Courtesy Inbetween Gallery

Hiro Kikai / Courtesy Inbetween Gallery

© Dana Cojbuc / Courtesy Galerie Écho119

© Dana Cojbuc / Courtesy Galerie Écho119

© Claudio Ahlers© Cleo Nikita Thomasson / Larvoratoire

© à g. Claudio Ahlers, à d. Cleo Nikita Thomasson / Larvoratoire

© Isabel Perez del Pulgar / Larvoratoire

© Isabel Perez del Pulgar / Larvoratoire

Image d’ouverture : © Laurent Reyes

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •