Milton H. Greene, un heureux hasard

24 janvier 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Milton H. Greene, un heureux hasard

Célèbre pour ses portraits de Marilyn Monroe, Milton H. Greene a capturé de nombreuses stars des années 1960. La Galerie de l’Instant accueille la première exposition parisienne consacrée à ce grand photographe.

Milton H. Greene, photographe emblématique des années 1960-1970 a réalisé de nombreux portraits de stars. Décédé en 1985, Milton laisse son œuvre entre les mains de son fils Joshua. C’est ce dernier que Julia Gragnon, directrice de la Galerie de l’Instant, a rencontré durant le Photography Show – un événement annuel organisé par l’AIPAD (l’association internationale des marchands d’art), à New York, en avril 2018. Un heureux hasard qui permet à la galeriste d’organiser la première exposition parisienne dédiée à Milton H. Greene.

Aussitôt lancée, l’exposition est montée rapidement. « Julia a réalisé la sélection à la rentrée, et les œuvres ont été envoyées de New York dans la foulée », précise Flora Gaal, l’assistante de la galerie. Sur les murs de la galerie, Romy Schneider, Audrey Hepburn ou encore Marlene Dietrich se dévoilent. Un catalogue d’icônes féminines remarquables, coups de cœur de Julia Gragnon. À leurs côtés trônent une douzaine d’images de Marilyn Monroe, l’égérie du photographe.

Le rapport humain

« Milton H. Greene et Marilyn se sont connus en 1953, et ont réalisé plus de cinquante séances photo ensemble »,

confie Flora Gaal. Un lien particulier, marqué par une confiance mutuelle. Les années suivant leurs rencontres, le photographe et la star ont même monté une société de production ensemble. « Lorsque Marilyn Monroe était happée par le monde d’Hollywood, elle allait souvent se réfugier chez lui, et sa famille », ajoute la galeriste.

Si de nombreuses personnalités des mondes de la photo et du cinéma ne retiennent que la plastique de Marilyn Monroe, Milton H. Greene, lui, sensible au rapport humain, la représente comme une femme, tout en émotion et contraste. Qu’il capture l’actrice ou d’autres stars, le photographe, bienveillant envers ses modèles, « les accompagne dans leur rapport à leur propre image », précise Flora Gaal. Avec adresse, en couleur comme en noir et blanc, il sublime ces femmes, souvent sexualisées à outrance. Son travail sur les nuances apporte une profondeur particulière aux clichés. Un portrait enjoué et pétillant d’Audrey Hepburn aux tons orangés, les jambes d’une Marlene Dietrich au visage caché derrière un rideau de cheveux blonds, ou encore des lèvres rouges, contrastant dans un décor froid… Chaque image raconte une histoire particulière.

 

Milton H. Greene

Jusqu’au 27 février 2019

Galerie de l’Instant, 46 rue de Poitou, Paris 3

© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris
© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris
© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris

© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris

© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l'Instant, Paris

© Milton H. Greene, courtesy Galerie de l’Instant, Paris

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill