Neil Kryszak : quand la photographie part en délire psychique

12 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Neil Kryszak : quand la photographie part en délire psychique
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak

À la lumière des néons, le soir, des flaques d’eau reluisent dans une rue déserte, une voiture est entièrement redessinée par les reflets d’un casino ou d’une enseigne de motel, ambiance américaine. Originaire de New York, résidant à Los Angeles, Neil Kryszak puise en partie dans l’inépuisable esthétique rétro synthwave des années 1980. L’artiste a été formé à la musique et au cinéma, et cela se ressent beaucoup dans son travail photographique, qui vient d’un désir de créer des paysages de rêve hypnagogique – un état de semi-conscience – , tant pour lui-même que pour ses spectateurices. Le réel ne l’intéresse guère, pas plus que l’imagination pure. Seul le brouillage des frontières de la réalité le motive. « Mon approche découle de mes aventures méditatives et exploratoires, révèle-t-il. Je cherche à créer des images qui traduisent un domaine situé quelque part entre les dimensions physiques et psychologiques. » Grand illusionniste, Neil Kryszak parvient à surmonter sa propre angoisse de la banalité, son sentiment du glauque ou du maussade à coup de surréalisme et d’onirisme. Son œuvre, qu’elle soit musicale ou visuelle, est une autoréflexion constante, et constitue un voyage palpitant dans les tréfonds de la condition humaine et de sa complexité. « Je suis particulièrement inspirée par le son et la fréquence, la lumière et le travail de l’ombre, la guérison, la transformation et les paysages illimités de notre imagination. Mon inspiration provient principalement de mon désir d’évoquer des émotions, d’éveiller la curiosité et de créer des liens par le biais de récits visuels, ainsi que de traduire des idées musicales en formes visuelles », confie-t-il. Largement inspiré par la transformation et la navigation à partir d’expériences négatives, les atmosphères capturées par Neil Kryszak sont brumeuses, étranges, prennent souvent place dans des lieux délaissés. Neil Kryszak donne ce pouvoir au 8e art de dépasser la stricte réalité pour l’emmener au cœur du fantasme, du rêve et de la beauté. « Je cherche à créer des miroirs à travers mes photographies, encourageant les spectateurices à se connecter à leurs expériences, à s’engager dans des couches plus profondes de la conscience, et à simplement se connecter avec les autres dans un royaume de langage au-delà des mots », conclut-il. On pourra se laisser porter, à volonté, par les amples synthétiseurs, les sons psychédéliques et l’ambiance hallucinée d’un morceau que l’on imagine déjà porter vers l’infini. 

© Neil Kryszak

© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak
© Neil Kryszak

© Neil Kryszak
© Neil Kryszak

© Neil Kryszak
© Neil Kryszak

À lire aussi
Pascal Greco fait perdurer la flamme des néons hongkongais
Pascal Greco fait perdurer la flamme des néons hongkongais
Dans Hong Kong Neon, le photographe suisse-italien Pascal Greco a capturé, au polaroid et pendant huit ans, une lumière emblématique de…
08 avril 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Une Chine postapocalyptique
Une Chine postapocalyptique
La photographe française Marilyn Mugot a voyagé en Chine de 2016 à 2018. Là-bas, elle a réalisé Night Project, une errance dans les…
14 mars 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet