OVNI, Joconde, et chats cons : le portrait chinois de Léo Berne

04 mai 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
OVNI, Joconde, et chats cons : le portrait chinois de Léo Berne

« J’ai toujours shooté dans l’idée de garder des souvenirs, de capturer des chocs émotionnels, des coups de foudre esthétiques », nous confiait Léo Berne, lors d’une interview, dans le cadre de sa double exposition From dawn to dusk/From dusk to dawn, à la Galerie &co119, en 2020. Mordu de photographie depuis son enfance, l’artiste ne cesse d’enrichir son « journal photographique » d’année en année. Dans ses images, point de narration ni de thématique réfléchie, mais un besoin de figer la force d’un instant, la beauté du spontané. Entre naturel et mise en scène, les créations de Léo Berne défient le réalisme, et parviennent, toujours avec justesse, à saisir l’absurdité du quotidien. États-Unis, Vietnam, Chili, Suède… grand voyageur, l’auteur attrape, à la volée, des portraits vibrants de ses périples, pris sur le vif, en plein cœur des festivités nocturnes, comme dans le calme des rues au petit matin. Une collection de sensations fortes, saisies à l’aide de son objectif. Mais qui est l’homme derrière le boîtier ? Découvrez-le, à travers son portrait chinois !

© Léo Berne

Si tu étais…

Une de tes images ?

Je serais celle-ci (voir ci-dessus). Je pense qu’elle illustre bien ma manière de prendre des photos. Je collecte des impressions esthétiques, des souvenirs. Ici, en promenade avec mes ami·e·s, j’ai improvisé une petite mise en scène pour figer mon impression du lieu : ce contraste entre la simplicité et la fragilité de mon amie donnant le sein à son enfant, face à la puissance presque effrayante de ces avions qui atterrissent. J’ai donc cherché un cadre pour le raconter en une image.

Un shooting rêvé ?

Un voyage au Japon, avec quelqu’un que j’aime.

Une émotion ?

La joie mélancolique.

Un objet insolite ?

Un album de toutes les photos que je n’ai pas pu prendre.

Un paysage ?

Celui derrière la Joconde.

Une anecdote ?

Une fois, j’ai vu un OVNI super bizarre, constitué de trois boules vertes, surmontées d’une grosse sphère violette transparente. Il avançait en silence, à une dizaine de mètres au-dessus de mois, de façon absolument rectiligne. Quand je l’ai pointé du doigt à mes amis, ils m’ont simplement dit : « Ah oui, trop bizarre », et ont repris leur conversation. L’OVNI a continué sa ligne droite, jusqu’à ce qu’il devienne trop petit pour que je puisse le distinguer.

Un animal ?

Un chat, parce qu’ils sont calmes et fous, affectueux et distants, et parce qu’ils ont l’air intelligents alors qu’ils sont complètement cons.

Un personnage fictif ?

Old Boy, parce que moi aussi, j’ai été enfermé pendant dix ans – dans une agence de publicité.

Un artiste ?

L’écrivain japonais Junichirô Tanizaki, parce que je me reconnais dans sa frustration esthétique, face à la modernité évoquée dans Éloge de l’ombre.

Un appareil et objectif ?

Un Leica M6, summicron 35 et 50, Ektar 100.

 

© Léo Berne

© Léo Berne

Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine