Poésie modulable pour animer l’esprit

06 janvier 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Poésie modulable pour animer l’esprit

En faisant dialoguer ses images avec les mots de son amie Ella Moe, la photographe allemande Karoline Schneider imagine, dans Cut me a smile, un récit intemporel au sein duquel le regardeur est libre d’errer comme bon lui semble.

« J’ai grandi dans un pays dont le gouvernement dictait ce à quoi l’art devait ressembler. Une absurdité qui a poussé les œuvres à devenir subtiles, indirectes pour exister. À mes 19 ans, le mur s’est écroulé. Tout d’un coup, l’art est devenu libre, mais soumis au marché économique, et les auteurs ont dû devenir stratégiques pour réussir. Mais pour moi, l’art est quelque chose de profondément personnel, qui pourrait être décrit par un terme : la fascination »,

raconte Karoline Schneider.

Née en 1970 à Halle, en ex-Allemagne de l’Est, l’artiste recherche, dans la création, une rencontre entre l’esprit et la passion. Convaincue que vivre de ses œuvres est une entrave à la liberté, elle enseigne, en parallèle, à l’université. D’abord dessinatrice, c’est pour retranscrire plus fidèlement ses visions qu’elle se tourne vers le médium photographique – et plus précisément, vers la technique du collodion humide. « Ce processus s’apparente à la peinture. Couplé à la relative objectivité du médium, il me permet de développer ma propre imagerie », précise-t-elle. Avec délicatesse, et parfois abstraction, elle développe sa définition personnelle du portrait : une représentation de l’humanité à travers le prisme d’un individu.

© Karoline Schneider

L’écho de nos émotions

Énigmatique, Cut me a smile fait dialoguer image, poésie et traces d’êtres vivants dans un espace-temps inconnu. Jouant avec le familier et l’inconnu, Karoline Schneider présente au regardeur des portes d’entrée vers le monde des songes, les divagations de l’esprit. Au fil des mots, des mises en scène, se déploie un univers propre à chacun dans lequel le langage se perd pour devenir écho de nos émotions.

« Échangeons nos places, j’apporterai
un couteau et toi une lune. Aiguise les
bords du croissant et découpe-moi un sourire.
Fais-moi douter de qui j’aurais dû être. »

Conçue en collaboration avec Ella Moe, la série s’est construite de manière organique. « J’avais en tête une idée très précise du résultat final, et je n’arrivais pas à trouver un écrivain qui me plaise. Ella était ma colocataire, lorsqu’elle m’a proposé d’écrire pour moi. J’ai d’abord hésité, mais après avoir lu ses textes, j’étais conquise : c’était exactement ce que j’espérais », se souvient l’artiste. Une collection d’ « histoires en trois phrases » qui complètent ses illusions visuelles à merveille. Inspirée par les croquis de Victor Hugo, Karoline Schneider cherche à faire naître, tout comme lui, des scènes éphémères qui ouvrent les portes d’un monde inconnu. « Ses œuvres forment des océans d’encre, des tempêtes et des mers impétueuses, des cieux dramatiques. En quelques lignes, il érige des châteaux imaginaires somptueusement bâtis », ajoute-t-elle. En s’appuyant sur une technique photographique ancienne, et sur des vers énigmatiques, l’auteure transforme ses réalisations en détonateurs, capables de nous transporter, eux aussi, dans cet alter-monde poétique. « Voilà, pour moi, tout ce que représente l’art », conclut-elle.

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

© Karoline Schneider

Explorez
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
22 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d'actualité
© Chloé Azzopardi
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d’actualité
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine puisent dans notre époque contemporaine pour s'immerger dans des problématiques...
23 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill