POST et les virilités artificielles de Sander Coers

10 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
POST et les virilités artificielles de Sander Coers
© Sander Coers
© Sander Coers
© Sander Coers

C’est sur la couverture de Fisheye n°55, en 2022, que Sander Coers présentait pour la première fois une photographie issue de sa série Blue Mood (Al Mar). « C’était très surréaliste de voir mon travail en couverture d’un magazine. Je venais de terminer ce projet un mois plus tôt, personne ne l’avait encore vu. Cela a renforcé ma visibilité et m’a permis d’entrer en contact avec un plus grand nombre d’artistes et d’amateurs d’art, en particulier en France », confie-t-il avec enthousiasme. Depuis, le photographe néerlandais a présenté ce projet en septembre 2022 à la foire de photographie Unseen d’Amsterdam, et envisage de l’éditer prochainement. Parallèlement à son activité, Sander Coers est membre d’un groupe de rock, nommé Indigo Pastel, et sera en tournée cet été sur les routes des Pays-Bas.

© Sander Coers
© Sander Coers
© Sander Coers
À lire dans
Fisheye Magazine #60 10 ans
Fisheye Magazine #60 10 ans
« Nous y voilà. 10 ans. 60 numéros. 9 000 pages – sans compter les hors-séries et les livres. Plus…
Juillet 2023

«Ce jour-là, les cinq s’étaient levés tard, l’esprit et le corps embués par les petits excès de la veille. Ils étaient partis sans petit-déjeuner, un Minolta, des shorts de bain, marcels ou polos en éponge sur les épaules et une serviette à la main. Ils se sont baignés longuement, oubliant qu’il fallait rentrer pour le repas du midi. » Ce qui reste de ce moment a été immortalisé dans cette image représentant quatre jeunes hommes, debout au milieu des montagnes, juste au-dessus d’un lac. En regardant attentivement l’image, tous les éléments nous paraissent bien réels, mais rien de ce qui nous a été conté auparavant n’a existé. C’est un leurre, une création visuelle générée par une intelligence artificielle. Néanmoins, c’est bien à partir d’une base préexistante que cette photographie de Sander Coers, tout comme le reste de sa série POST, s’est construite. « Mon grand-père, qui est décédé il y a deux ans, est né en Indonésie, une ancienne colonie néerlandaise. Son éducation en Indonésie et sa fuite aux Pays-Bas en 1949 m’intriguaient, mais il parlait rarement de son enfance. Petit, je passais des heures à feuilleter ses albums photo pour avoir un aperçu du passé, me plongeant dans les détails et imaginant la vie des personnes sur ces images. Au début de 2023, alors que je feuilletais à nouveau les vieux albums, une idée m’est venue. Les semaines précédentes, j’avais joué avec des images générées par l’intelligence artificielle (IA), et j’ai pensé à l’utiliser pour développer ces trésors familiaux. C’est devenu une expérience, un moyen de fabriquer artificiellement de nouvelles images en les mélangeant de manière transparente avec les images existantes », explique le photographe. En laissant l’IA interagir avec les images de ses grands-parents, l’auteur a façonné des souvenirs d’une troublante sincérité. « Le titre POST signifie que l’on s’éloigne des pratiques traditionnelles et que l’on entre dans une nouvelle ère où la technologie numérique joue un rôle important dans notre compréhension du passé. Il fait également référence à un monde postérieur à mon grand-père, à la question de savoir comment nous préservons les souvenirs et gardons leurs histoires vivantes.»

Les clichés intègrent ainsi les mêmes caractéristiques et détails des histoires familiales : paysages de son enfance en Zélande (province des Pays-Bas), vêtements, visages, activités et couleurs similaires d’une époque singulière. En tant qu’artiste et opérateur de ce processus, il a ensuite sélectionné les photos les plus évocatrices, les recadrant parfois, ou les combinant pour créer un nouvel ensemble et souligner l’idée d’une mémoire construite et fragmentée. En s’attachant à représenter la période du passage à l’âge adulte chez les hommes – une thématique inhérente à son œuvre – Sander Coers interroge la manière dont notre perception de la masculinité est modelée par la culture visuelle, et comment l’IA se nourrit de celle-ci pour concevoir une réalité parallèle. En observant les symboles récurrents dans les images générées – les costumes, les ceintures, les chapeaux, les corps sculptés –, on s’aperçoit qu’ils constituent des marqueurs visuels du genre à travers les siècles. «Tout cela fait très “Americana” des années 1960. Selon moi, il s’agit d’une incarnation stéréotypée de la masculinité. Il est intéressant d’observer comment le robot interprète et représente le concept de virilité, ou de beauté. Cette représentation soulève des questions sur la nature du beau ainsi que celui du masculin en tant que construction sociale », ajoute-t-il. Pour prolonger cette notion de construction, Sander Coers a imprimé ses créations en UV sur du contreplaqué – matériel utilisé dans le bâtiment, un environnement à dominance masculine. En se plongeant à nouveau dans la série, tout prend davantage d’épaisseur : le mouvement des courses dans les champs, la fluidité des corps d’hommes dans le vent, et la douceur d’une nature foisonnante. Les images deviennent ainsi des objets tangibles incarnant des préjugés voués à être déconstruits.

© Sander Coers
© Sander Coers
© Sander Coers
Explorez
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
Notre sélection Instagram de la semaine explore l'irrésistible attrait des photographes pour l'expérimentation. Aux limites de...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
© Guillaume Holzer
Lumière sur les lauréat·es de la Bourse du Talent 2024
Le 4 juillet 2024, durant la semaine d’inauguration des Rencontres d’Arles, la Bourse du Talent a distingué ses trois lauréat·es 2024....
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Stéphane Duroy : face à l’adversité
© Stéphane Duroy / Vu
Stéphane Duroy : face à l’adversité
De l’Europe aux États-Unis, le photographe français Stéphane Duroy, membre de l’agence Vu, a témoigné pendant plus de 40 ans des...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Départ pour un point de contrôle, Donbass, 2019. © Anastasia Taylor-Lind
Au Mémorial de Verdun, Anastasia Taylor-Lind témoigne du quotidien en Ukraine
Jusqu’au 30 novembre 2024, le Mémorial de Verdun présente Ukraine: Photographs from the Frontline. L’exposition, d’abord conçue par...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet