Prix Élysée : l’envers du décor

25 avril 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Prix Élysée : l’envers du décor

Publié par le Musée de l’Élysée, l’ouvrage Prix Élysée présente les projets de huit nommés. Un livre « making-of », révélant le processus de création de photographes inspirés.

Créé en 2014, le Prix Élysée accompagne huit nommés dans l’élaboration d’un projet inédit. Un soutien singulier à la production photographique. Parmi plus de 300 candidats, Laia Abrila, Mathieu Asselin, Claude Baechtold, Alexandra Catiere, Alinka Echeverría, Gregory Halpern, Nicola Lo Calzo et Luis Carlos Tovar se sont démarqués. Ces artistes ont reçu 5000 CHF (soit environ 4400 euros) afin de démarrer un nouveau projet. Une carte blanche dont les premières ébauches sont publiées dans Prix Élysée, le livre des nominés. Un ouvrage collectif, présentant les projets des finalistes. Photographies, maquettes, notes d’intentions, schémas et images préparatoires remplissent les pages du livre et invitent le lecteur à se plonger dans l’envers du décor : le processus de création.

Si chaque projet illustre la créativité des différents auteurs, des thématiques communes se dévoilent, donnant à voir des œuvres inspirées par la société, l’histoire ou encore l’intime. Gregory Halpern et Nicola Lo Calzo documentent des problématiques politiques, entre esthétisme et originalité. Alinka Echeverría et Alexandra Catiere explorent d’anciens procédés photographiques, tandis que Luis Carlo Tovar et Claude Baechtold interrogent l’absence au sein de la famille. Enfin Laia Abril et Mathieu Asselin s’intéressent tous deux à la maladie, sa psychologie, ses origines et ses répercussions sur notre société.

© Claude Baechtold

© Claude Baechtold

Dissiper les préjugés

Ancienne journaliste, Laia Abril s’est lancé, depuis quelques années, dans un projet au long cours, intitulé A History of Misogyny. Après avoir révélé un premier chapitre au public, On Abortion, elle développe désormais On Mass Hysteria. « Je pense qu’il ne s’agit pas d’un nouveau chapitre, mais bien d’une genèse. Je suis convaincue que certains éléments de cette condition peuvent expliquer l’origine de la misogynie », confie l’artiste. Dans l’ouvrage, elle présente le cas de Chalco : 600 adolescentes ont soudainement perdu la capacité de marcher debout, dans un pensionnant catholique du Mexique, en 2007. « L’hystérie de masse se présente comme une réaction aux circonstances dans lesquelles les femmes subissent un stress extrême, se sentent réprimées, ou forcées », explique Laia Abril. Une réaction corporelle se produisant lorsque les mots ne suffisent plus. Dans On Mass Hysteria, la photographe illustre les rêves et les peurs des jeunes pensionnaires. Une représentation métaphorique et poignante de la répression subie par ces femmes.

À travers HIV Timeline, Mathieu Asselin documente, quant à lui, les origines, migrations, diffusions et mutations du virus du SIDA. « Mon objectif était de fusionner les aspects scientifiques et humains du récit en une seule vision artistique. Un travail qui serait clair et factuel, tout en proposant une nouvelle représentation esthétique de l’histoire de ce virus », explique le photographe. En utilisant plusieurs médiums – photographies, archives ou encore textes – Mathieu Asselin tente d’effacer la peur entourant cette maladie, au profit du dialogue. Divisée en chapitres, son œuvre retrace la naissance du SIDA, depuis le patient zéro jusqu’aux dernières avancées scientifiques. « Nous devrions désormais nous interroger : comment pouvons-nous éduquer les nouvelles générations, les avertir des dangers de ce virus, tout en les tenant au courant des progrès technologiques ? » précise l’auteur. Un travail complexe et nécessaire.

En se penchant sur l’histoire de deux maladies inspirant la crainte, Laia Abril et Mathieu Asselin tentent de dissiper les préjugés entourant ces conditions. Une manière originale de soulever d’importantes questions : d’où viennent ces épidémies ? Comment sont-elles perçues aujourd’hui ? N’est-il pas temps de poser un nouveau regard sur ces pathologies ?

 

Prix Élysée, publié par le Musée de l’Élysée, 36 euros, 136 p.

© Mathieu Asselin© Alexandra Catiere

© à g. Mathieu Asselin, à d. Alexandra Catiere

© Luis Carlos Tovar

© Luis Carlos Tovar

© Nicola Lo Calzo

© Nicola Lo Calzo

© Laia Abril

© Laia Abril

© Gregory Halpern© Alinka Echevarría

© à g.  Gregory Halpern à d. Alinka Echevarría

© Prix Élysée, page de Laia Abril

Prix Élysée, page de Laia Abril, © Anthony Rochat

© Prix Élysée, page de Mathieu Asselin

Prix Élysée, page de Mathieu Asselin, © Anthony Rochat

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet