Que se passe-t-il à 20h15 en 2015 ?

16 mars 2015   •  
Écrit par Marie Moglia
Que se passe-t-il à 20h15 en 2015 ?

S’emparer de ce qui les entoure, garder une trace de ce que sera 2015: c’est le projet de Guillaume Blot et Vassili Feodoroff qui, le 1er janvier dernier, ont lancé un Tumblr intitulé Projet 20h15. Le principe ? Publier chaque jour une photo prise à la même heure, 20h15. Ils se relaient l’objectif une semaine sur deux. Mais 20h15 c’est aussi un projet collectif ouvert à tous. Quelques collaborations ont déjà été publiées sur leur Tumblr. Et pour faire la promotion du projet et attirer les participants, les deux garçons ont créé une page Facebook dédiée.

Guillaume et Vassili se sont rencontrés pour la première fois en 2013, sur les bancs du Celsa. Tous les deux ont la même affinité pour la photographie. Ce qui a motivé leur initiative, c’est l’idée d’explorer, d’observer l’évolution des gens et des lieux qu’ils habitent ou qu’ils découvrent, sur une longue durée. Et ce à travers des images instantanées, prises sur le vif, de scènes ou de détails qui accrochent leur regard. Vassili explique:

“Nous voulons voir l’évolution des gens dans leur environnement. Aussi j’ai hâte que l’été arrive pour voir comment ils changent et s’adaptent à ce changement.”

Observer

Si le choix de l’horaire est facilité par le cadre temporel (52 semaines) qu’ils se sont imposés, Guillaume et Vassili estiment aussi que 20h15 est un instant charnière de la journée:

“20h15, c’est un moment qui marque une rupture, une transition entre le boulot et la vie personnelle.”

À 20h15, certains sont encore dans les transports, d’autres entament un verre de vin… La routine prend un autre rythme. C’est ce train-train quotidien qu’ont voulu saisir Guillaume et Vassili, sans hésiter à exposer le leur. Une sorte de voyeurisme pudique, comme le souligne Guillaume:

“On est, en quelque sorte, des voyeurs. On regarde beaucoup les gens, en même temps que nous sommes très attachés aux détails. Grâce à la photo, on devient des observateurs.”

Et après le 31 décembre 2015 ?

Leur ambition c’est de dépasser le cadre digital. À l’issue de ce projet, Guillaume et Vassili espèrent publier un livre qui rassemble chacune des 365 images collectées sur l’année. Les deux comparses projettent aussi de monter une exposition. D’ici là, il y a encore beaucoup de choses à vivre, de gens à rencontrer et de photos à prendre.

 

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •