Raymond Depardon immortalise une paisible ruralité

24 février 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Raymond Depardon immortalise une paisible ruralité

Au Pavillon Populaire de Montpellier, Raymond Depardon présente Communes. Un périple rural en Occitanie, immortalisé à la chambre photographique. Une manière pour l’auteur de prendre le temps, tout en faisant l’éloge d’une ruralité souvent effacée par la décadence de l’urbain.

Mars 2010. Par arrêté du ministre d’État, du ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes, un permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures – dit permis de Nant – est accordé à la société américaine Schuepbach Energy LLC. Son périmètre d’exploitation ? Une surface de 4400 kilomètres, située dans le sud-est de la France, principalement en Occitanie, abritant 280 communes et 520 000 habitants. Un territoire fortement touristique, se retrouvant menacé par la dangerosité de l’exploitation du gaz de schiste (pour parvenir à l’extraire, les techniques de forage dirigé, et la fracturation hydraulique à grands volumes sont généralement utilisées, NDLR). Un an plus tard, suite à de nombreux soulèvements des populations, et une demande pressante des politiques écologiques, le Permis de Nant est abrogé.

C’est au cœur de cet espace que Raymond Depardon s’est immergé pour construire Communes. Larzac, Auvergne, Ardèche, Drôme, Hérault… De village en village, le photographe s’est enfoncé dans les confins de France, là où le rural demeure, résilient, loin du fourmillement des métropoles. À la chambre, dans une lenteur assumée et en grand format, il fait le portrait de ces lieux d’un autre temps. En noir et blanc, tout en contraste, les maisons, les rues désertes se teintent d’une certaine nostalgie et invitent à la contemplation. « Je suis un peu comme un cinéaste, je travaille toujours mon cadre. J’ai travaillé une trentaine de jours, en août et septembre pour réaliser ce travail. J’ai la sensation que je me suis trop battu contre l’anecdote. Je photographie donc ici la France sans y avoir recours », confie-t-il.

© Raymond Depardon / Magnum Photos© Raymond Depardon / Magnum Photos

à g. Mireval, à d. Le Cros © Raymond Depardon / Magnum Photos

À l’encontre de l’urbanité

« Raymond Depardon nous fournit ce que l’on appelle un travail fragmentaire. Une rupture avec ce qu’il réalise depuis les années 1960. Il devient paysagiste, et se soumet non plus à l’actualité, mais au temps long »,

commente Gilles Mora, directeur artistique du Pavillon Populaire et commissaire de l’exposition. Dans les clichés, pas de triche :« le paysage pris est celui qui l’envahit », affirme le commissaire. Un environnement calme, paisible, dont les architectures, les chemins, les végétations trônent, à l’épreuve des époques. Et on ne peut que se perdre dans la contemplation de ces édifices sans âge. Au Pavillon, la salle principale est imposante : les grands formats s’étirent sur ses murs, et captent le regard. De part et d’autre, dans les pièces voisines, ce sont les coulisses du voyage, les préparatifs d’un photographe en vadrouille que l’on découvre avec plaisir : un itinéraire, une carte de France, une chambre – « que des passants confondaient d’ailleurs avec un radar », s’amuse l’auteur – mais aussi des souvenirs : ceux de sa famille, de sa jeunesse, passée dans ces mêmes territoires.

S’opère alors un va-et-vient intrigant, entre les salles, les souvenirs et le présent, la convivialité et le vide lancinant des villages. Car dans les œuvres principales, l’homme demeure absent. Seules quelques traces – un drap séchant à la fenêtre, une camionnette stationnée au bord d’une route de campagne, un journal échoué sur la table d’un café – restent et indiquent la présence de quelques habitants. « Il s’agit de capturer la ruralité, d’aller à l’encontre de l’urbanité, particulièrement en vogue dans l’art et la photographie contemporaine », rappelle Gilles Mora. Il y a, néanmoins, une certaine modernité dans l’œuvre de Raymond Depardon. Un goût pour le noir et blanc, et les techniques anciennes qui va de pair avec les explorations des auteurs émergents. « On pourrait dire que c’est un écho à la jeune génération. On remet les traditions au goût du jour », conclut d’ailleurs le photographe, non sans humour.

 

Communes, Éditions Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 45€, 128 p. 

 

Communes

Jusqu’au 24 avril

Pavillon Populaire, esplanade Charles de Gaulle, 34000 Montpellier

© Raymond Depardon / Magnum Photos© Raymond Depardon / Magnum Photos

à g. Notre-Dame-de-Grâce, Gignac, à d. Hameau de la Muse, Mostuéjouls © Raymond Depardon / Magnum Photos

© Raymond Depardon / Magnum Photos© Raymond Depardon / Magnum Photos

à g. Aulas, à d. Saint-Jean-de-Védas © Raymond Depardon / Magnum Photos

© Raymond Depardon / Magnum Photos© Raymond Depardon / Magnum Photos

à g. Causse-Bégon, à d. Hameau de Saint-Martin-d’Orb, Le Bousquet d’Orb © Raymond Depardon / Magnum Photos

Image d’ouverture : à g. Mireval, à d. Hameau de Saint-Martin-d’Orb, Le Bousquet d’Orb © Raymond Depardon / Magnum Photos

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 11 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill