Señoras in Places : ode à la vieillesse 

06 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Señoras in Places : ode à la vieillesse 
© Cruz Caruso
© Cruz Caruso

Les dames du monde entier se dévoilent sous leur meilleur angle sur le site internet de Señoras in Places. Réalisé par Cruz Caruso, ce projet témoigne d’un sens aiguisé de la mode, de la photographie de rue et diffuse une vision optimiste d’un grand tabou de notre société : le vieillissement. 

Les années défilent, les yeux affichent quelques rides, la peau se flétrit peu à peu, les cheveux blanchissent… Alors que certaines personnes accueillent l’idée de vieillir les bras ouverts, d’autres en sont terrifiées. C’est ainsi que Cruz Caruso a souhaité rendre hommage à toutes ces Señoras, qui vivent pleinement leur âge avancé et n’hésitent pas à revêtir des tenues colorées sans se soucier du regard des autres. « Señoras in Places est une source d’inspiration, la preuve vivante que l’âge n’est pas un facteur limitant pour vivre de manière authentique. Il n’y a pas qu’un seul type de Señora, tout comme il n’y a pas qu’un seul type de femme. Peu importe que le monde veuille nous faire la leçon, il n’y a pas de normes sur la façon de grandir auxquelles nous devrions nous conformer », revendique la conceptrice audiovisuelle et directrice artistique originaire d’Argentine et actuellement installée à Milan. 

C’est après avoir émigré en Espagne que Cruz Caruso commence à utiliser le médium tel un langage du quotidien. À l’aide de son boitier, elle immortalise son environnement pour en apprécier la beauté dans la simplicité et perpétuer ces souvenirs qu’elle considère comme uniques. « J’ai parfois du mal à me dévoiler avec des mots, c’est pourquoi je le fais à travers mon objectif. Mes photos sont le reflet de ce que je suis et surtout de ce que je ressens », confie-t-elle. Au fil de ses longues promenades journalières en compagnie de son appareil, elle prend conscience que ses yeux semblent toujours à l’affût des Señoras. « Il y avait quelque chose en elles qui sortait du lot et, sans m’en rendre compte, j’avais une collection de formidables Señoras. J’étais alors déterminée à leur donner une voix », précise la photographe. 

© Cruz Caruso
© Cruz Caruso
© Cruz Caruso

Une signification puissante au-delà des couleurs vives

Bien qu’il s’agisse de clichés capturés dans les rues, ici et là, Señoras in Places met un point d’honneur à révéler l’importance de la mode dans le quotidien de ces femmes merveilleuses. « Dans un monde plein de tendances et de grandes marques, elles n’en suivent aucune. Elles ne craignent pas d’être différentes, elles sont tout simplement fidèles à ce qu’elles sont et le meilleur dans tout ça : elles sont superbes. C’est un voyage que je fais aussi, en essayant d’imiter les Señoras, en trouvant mon propre style d’une certaine manière », explique Cruz Caruso. L’esthétisme de cette série photographique n’est pas à démentir, tout comme le fond engagé qui s’y dissimule. 

Pour créer Señoras in Places, Cruz Caruso s’est inspirée de l’esthétisme des films fantasques de Wes Anderson ainsi que de la composition des photographies de Martin Parr. Les couleurs pastels rayonnent, et la saturation ajoutée met en exergue, avec élégance, ces dames pomponnées. « En ce qui concerne la signification et l’objectif du projet, c’est mon contexte qui m’inspire vraiment. De longues discussions sur le féminisme avec mes sœurs et mes amies, la lecture, des remises en question et la tentative de déconstruction de ce que l’on m’a enseigné », ajoute l’artiste. Principalement capturées en Espagne et en Italie, toutes ces protagonistes sont uniques et authentiques à leur manière. Mais, pour Cruz Caruso, elles œuvrent toutes pour une mission essentielle : la transmission de ce sens frappant de l’autonomisation.

© Cruz Caruso
© Cruz Caruso
© Cruz Caruso
© Cruz Caruso
© Cruz Caruso
À lire aussi
Royal Fever : Benjamin Cremel capture un couronnement aussi illustre que coûteux
Des admirateurices du roi vêtu·es de costumes Union Jack se tiennent le long du Mall à Londres le 5 mai 2023, à la veille du couronnement du roi Charles III de Grande-Bretagne © Benjamin Cremel
Royal Fever : Benjamin Cremel capture un couronnement aussi illustre que coûteux
Début mai 2023, lors du couronnement du Roi Charles, le photographe Benjamin Cremel a capturé les festivités britanniques. À coups…
29 juin 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Viviane Sassen à la MEP : mode couleurs
© Viviane Sassen / Courtesy of MEP
Viviane Sassen à la MEP : mode couleurs
Jusqu’au 11 février 2024, Viviane Sassen s’expose à la Maison européenne de la photographie à l’occasion d’une rétrospective d’envergure….
02 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill