Soliloquy : queerness et diaspora, William Zou recompose son identité fragmentée

21 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Soliloquy : queerness et diaspora, William Zou recompose son identité fragmentée
© William Zou
© William Zou

Des corps qui se cachent ou se révèlent en partie, des natures mortes énigmatiques qui marquent le temps qui passe comme la recherche d’un sens présent, des archives d’une époque antérieure qui convoquent les souvenirs marqués au fer blanc comme les fulgurances d’un imaginaire… Dans Soliloquy, William Zou fragmente la narration, sème le chaos dans la temporalité pour recomposer un récit alternatif composé de visions sensibles, d’envolées intimes qui touchent différemment. « En replaçant les notions de queerness, de diaspora et de famille dans de nouveaux échos spatiotemporels, je cherche à révéler l’identité en tant qu’expérience fragmentée en continuelle métamorphose. Cette série donne à voir les identités – celles qui sont désirées, perturbées ou rejetées – et aborde les dilemmes liés à l’appartenance et au devenir », explique le photographe venu de Budapest. Et dans le chao de cette syntaxe visuelle chamboulée naissent de nouvelles associations. Celles-ci brouillent les pistes, mettent à mal « l’archétype parfait de la bonne famille au sein de la culture d’Asie de l’est », proposent d’autres cheminements. Des voies moins évidentes, mais plus séduisantes. Qui promettent une évasion, une liberté, une acceptation de ce que l’on est. Jouant avec les émotions – de la tendresse au désir, en passant par l’humour et la mélancolie – William Zou dépose sur son monde un voile de mystère, un œil de conteur. Pour mieux abolir les cases qui formatent son existence, et créer, sans limites, son individualité.

© William Zou

© William Zou

© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou
© William Zou

© William Zou

À lire aussi
Queerness, amour et imperfections : le pays idéal de Rene Matić
Queerness, amour et imperfections : le pays idéal de Rene Matić
Plongée intime dans le monde de Rene Matić, Flags for countries that don’t exist but bodies that do se lit comme une lettre d’amour à la…
20 janvier 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Les loyautés » : les gestes qui construisent une famille
« Les loyautés » : les gestes qui construisent une famille
Dans son nouvel ouvrage Les loyautés, la photographe Lise Dua se plonge dans l’étude des gestes qui perdurent génération après…
11 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin