Cet article contient du contenu violent ou explicite

Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie

23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen

Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel cru. Une célébration de l’homosexualité, de la solitude qui la traverse comme de la jouissance qu’elle recherche.

Imaginez une table basse, couverte de polaroïds, de rencontres éphémères, d’instantanés de proches, d’amants de passage, d’anciens amis, d’amoureux. Les bords blancs se chevauchent, les souvenirs se fondent les uns dans les autres en un nuancier de nuits agitées, d’unions sensuelles, de rires et de désir. Une mosaïque qui célèbre les corps, qui capture l’amour, le plaisir, la joie. Les silhouettes y sont coupées, tantôt les unes par les autres, tantôt parce qu’elles sortent du cadre. Mais, dans ce désordre de l’intime, les sensations émergent. La caresse de pétales sur un torse glabre, le froid luisant du latex, les poils à l’arrière des cuisses, la salive qui coule, en quête d’une autre gorge où tomber. Ce sont toutes ces bribes d’histoires, ces détails d’une autre vie qui nous viennent, en tournant les pages de Sunsets, ouvrage de Jonas Van der Haegen.

C’est pourtant lorsqu’il n’est pas entouré que le photographe belge se sent inspiré. « La manière dont je photographie provient naturellement d’une sensation de solitude », confie-t-il d’ailleurs. Résultat de huit ans d’exploration visuelle, grâce à un Polaroïd acheté sur Facebook, le livre retrace son quotidien, ses errances comme ses envies avec une sincérité brute, marquante. « Ces photos étaient enfermées dans une boîte, mais après avoir terminé de travailler sur d’autres séries, je me suis à nouveau intéressé à elles. Je leur ai insufflé une nouvelle énergie, les emportant avec moi lors de voyages ou de rencontres avec des personnes inspirantes », se souvient-il. Au fil des mois, des ans, il élargit sa collection, y ajoutant des matchs d’applications de rencontres, des amis, ou même de brèves connaissances, dans un patchwork de rapprochements charnels et d’unions viscérales.

© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen

Le sexe pour se connecter

« J’ai fait le choix délibéré d’un langage visuel particulier, particulièrement radical par nature. Il est infusé d’une profonde charge sexuelle, et souvent capturé d’une manière directe et dominante. Je vois, dans ce lexique imagé, une forme de bouclier, ou bien d’armure », confie Jonas Van der Haegen. Pourtant, au cœur de la puissance érotique des instantanés, c’est une tout autre émotion que l’auteur entend mettre en lumière : « la solitude chez les hommes homosexuels, de mon point de vue, est assez grande. Le sexe est ainsi vu comme une manière de connecter – un remède à court terme à ce malaise », explique-t-il. Puisant dans ses propres états d’âme – et incorporant même des autoportraits à la sélection finale – le photographe entrelace les sensations comme les corps pour en faire surgir une violente tendresse. Véritable extension de lui-même, Sunsets s’affranchit de toute notion de subjectivité pour esquisser un poème fiévreux, un journal fait de langues qui s’unissent, de peaux qui se frottent, de roses qui pénètrent, leurs épines devenues allégories d’une douleur latente enfouie sous la quête de beauté.

Se tournant parfois vers l’abstraction – les polaroïds cramés réduits à des taches de couleurs, comme des clins d’œil à Rothko, dont l’auteur admire le goût pour l’absolu – ou l’humour – comme ces ballons noués autour d’une verge, dans une promesse amusante de se hisser au septième ciel – Jonas Van der Haegen accumule pour mieux partager. Alignés les uns à la suite des autres, les clichés se font témoins de l’imprévisibilité de la technique utilisée, comme des scènes qui se jouent face à l’objectif. « En me consacrant à la photographie au Polaroïd, j’ai été contraint de renoncer à un certain degré de contrôle, puisque la postproduction est impossible et la fidélité des couleurs dépend de circonstances externes », précise l’auteur. Ne reste, alors, que l’importance de l’instant, l’abandon, l’ivresse, la jouissance qui transpercent le papier. Comme des témoignages d’un échange d’une sincérité presque inatteignable, une confiance qui perdure puisqu’elle ne demande rien. Et si le photographe se défend de la moindre vocation militante ou engagée, il parvient néanmoins, avec Sunsets, à partager « une célébration radicale de l’homosexualité ». « Parce qu’à travers ma beauté, ma poésie, j’entends transformer à la fois le monde qui m’entoure, et moi-même », conclut-il.

© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
© Jonas Van der Haegen
À lire aussi
Room 416 : Sakiko Nomura nous offre un monde à (re)composer
© Sakiko Nomura / Éditions Echo 119
Room 416 : Sakiko Nomura nous offre un monde à (re)composer
Avec Room 416, Sakiko Nomura invite les lecteurices à former des triptyques au gré de leurs envies. Multipliant les associations et…
14 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dé/collage d’une communauté
Dé/collage d’une communauté
Corps déconstruits, tableaux pop, archives remises au goût du jour, collages réinventant le nu et l’érotisme… La photographie queer ne…
10 février 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
© Michael Oliver Love
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
Le dernier numéro de Fisheye, Fiertés, arrive très prochainement dans les kiosques et sur le store. Porté par la pride, le magazine…
06 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tornado Éditions
80 pages
40 €
Explorez
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
© Laura Lafon & Kacim Sonofawitch
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
Lancé en 2019, le collectif Lusted Men a récolté, en cinq ans, les images de plus de 800 photographes différent·es. Une collection...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ? © Michael Oliver Love
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
04 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas