Trouble, Fisheye #61 interroge l’intelligence artificielle

Trouble, Fisheye #61 interroge l’intelligence artificielle
© Lu Hong

Au cœur des débats actuels, l’intelligence artificielle attire autant qu’elle rebute. Loin de défendre ou de blâmer son utilisation, Fisheye #61, bientôt disponible en kiosque, entend donner des clefs de compréhension. Interroger, éclairer et dialoguer… Telle est la vocation de Trouble, notre dernier numéro.

© Fisheye Magazine / © Nouf Aljowaysir
© Fisheye Magazine

« La démarche n’est pas polémique, ni même sensationnaliste. En dédiant en grande partie ce numéro de Fisheye à l’intelligence artificielle, nous ne voulons rien prouver, mais davantage comprendre. Il semble assez inutile de vouloir argumenter sur la qualité des images générées par rapport à celles qui sont captées. La différence n’est pratiquement plus visible et ne le sera bientôt plus du tout. Le débat n’est pas technologique, il ne concerne même pas l’utilisation de l’IA. C’est avant tout un débat éthique, philosophique et d’avenir. L’intelligence artificielle sera massivement utilisée pour la génération de photos, de vidéos et d’autres formes d’imagerie réaliste dans les années à venir. Le doute n’existe pas sur ce point. Il est illusoire de penser que ces images seront identifiées par un label. Le même débat était apparu concernant Photoshop. Toutes les images sont désormais retouchées, ou du moins interprétées par un logiciel, et presque aucune n’est signalée comme telle. La réponse ne sera jamais d’interdire, mais davantage de comprendre, d’encadrer et de bien utiliser » introduit Benoit Baume, directeur de la publication chez Fisheye. Si nous avons déjà évoqué la question de l’IA dans des pages des numéros précédents, nous souhaitions avec ce numéro spécial interroger en profondeur cet outil via une pluralité de points de vue et d’approches créatives. C’est dans cette même veine que s’inscrit, au cœur du magazine, le dossier Intelligence artificielle, un nouvel art moyen ? où nous revenons sur les origines de l’IA, son avenir en termes de droits d’auteur, et nous entretenons avec des acteurices de la photo.

Du côté des artistes visuel·les, l’intelligence artificielle est, avant d’être un sujet polémique, un moyen de dépassement artistique. De cette façon, nous avons rassemblé dans le cahier central des auteurices qui utilisent l’IA ou l’étudient. Ainsi, le collectif Interspecifics Lab nous dévoile de nouvelles origines de la vie microbienne. Nouf Aljowaysir dénonce quant à elle l’effacement programmé d’une mémoire ancestrale, lorsque Luca De Jesus Marques part à la recherche de sa propre identité en inventant des filiations. Mishka Henner et Louis-Cyprien Rials inventent des contrées, surréalistes pour l’un, et parfaitement crédibles pour l’autre. Enfin, Brea Souders crée un dialogue intime avec une IA, en interrogeant les frontières du monde numérique et celles du monde physique. Un· à un·e, ces artistes nous prouvent qu’il existe bel et bien « une voie raisonnée et utile quant à l’utilisation de l’IA ». À vous de méditer sur le sujet en feuilletant, ou dévorant les pages de notre dernier opus.

© Fisheye Magazine
© Fisheye Magazine
© Fisheye Magazine
© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine
À lire aussi
POST et les virilités artificielles de Sander Coers
© Sander Coers
POST et les virilités artificielles de Sander Coers
En s’attachant à représenter la période du passage à l’âge adulte chez les hommes – une thématique inhérente à son œuvre – Sander Coers…
10 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Noah Pharrell : les mondes parallèles des millennials
Noah Pharrell : les mondes parallèles des millennials
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Inspirée par les films des années 1990, 2000, la…
03 juin 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Marisol Mendez : Madones contemporaines 
© Marisol Mendez
Marisol Mendez : Madones contemporaines 
Dans MADRE, Marisol Mendez interroge la représentation blanche, misogyne et coloniale qui pèse sur les femmes du peuple autochtone...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet