Tye Martinez, paranormal creativity

18 mars 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Tye Martinez, paranormal creativity

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. L’univers sombre et dystopique de Tye Martinez s’inspire des oeuvres cultes de science-fiction et des phénomènes paranormaux. L’artiste américain étonne par la fantaisie et l’originalité de l’esthétique qu’il développe.

Dans la description de son compte Instagram, le photographe Tye Martinez déclare : « Je ne documente pas la réalité ». L’imagerie qui habite ses créations ? Des personnages flottants, des créatures volantes, des maisons hantées, des humains-araignées, des ombres autonomes… L’esthétique retro de l’artiste, inspirée par la science-fiction et l’horreur, explore un univers dystopique proche du fantastique. Avec ses séries Nothing Good Happens After 2AM, Conspiracy ou This City Hates Me, il se concentre sur les liens entre les émotions et les différentes formes d’art – littérature, cinéma, peinture, photographie – autant de passerelles contribuant à lever le tabou sur les notions de différence et de déprime. « Mon intention, précise-t-il, est de créer une esthétique sombre qui inspire les gens comme moi à imaginer un monde qui n’est pas le nôtre, tout en se sentant relativement proche de ce dernier. »

Tout commence pour lui par l’arrivée dans sa vie d’un Pentax K1000, offert par son frère à l’âge de quinze ans. Lorsque l’application Vine est apparue, il se met à réaliser de manière compulsive des vidéos « très étranges et inquiétantes », en animation en volume – une technique utilisant des objets réels – et en accéléré, et développe ainsi sa créativité. Depuis, Tye Martinez n’a jamais abandonné l’idée de vivre de sa passion. Installé à Portland, dans l’Oregon – après avoir grandi en Californie et déménagé dans une multitude d’endroits aux États-Unis –, l’artiste partage désormais son quotidien entre réalisation vidéo, photographie, dessin, peinture et composition musicale sur ordinateur.

© Tye Martinez

Peurs d’enfances et esthétique du chaos

Au cœur des projets de Tye Martinez, l’esthétique de la monstruosité et du chaos domine. Dans Nothing Good Happens After 2AM, l’auteur aborde le paranormal et les événements inconnus qui se produisent aux heures les plus sombres de la nuit. « La plupart se déroule dans les environnements urbains qui m’entourent, ce qui leur confère un caractère moderne et réaliste par rapport à ce que nous vivons dans notre vie quotidienne », explique-t-il. Une thématique effrayante qu’il aborde avec humour, puisque le titre de la série fait référence à un épisode de How I met your mother, dans lequel il arrive constamment de mauvaises choses à Ted Mosby, personnage principal de la série, après deux heures du matin. À travers This City Hates Me, Tye Martinez évoque cette fois l’agoraphobie dont il souffre, particulièrement à Bellingham (dans l’État de Washington) et Portland, où il vit actuellement, toutes deux « mornes et déprimantes », s’amuse-t-il. Conspiracy, enfin, porte sur le sentiment que des puissances supérieures et inconnues, telles que le gouvernement ou les organisations secrètes, opèrent dans nos vies actuelles. « Cette série a été inspirée à l’origine par mon père, qui est très porté sur les théories du complot et ne fait pas confiance au gouvernement », confie-t-il.

Autant de récits résonnant avec une enfance sombre : une relative pauvreté, un climat d’instabilité familiale ponctué de déménagements et de divorces. Fervent croyant en la capacité cathartique de la création et de la vision artistiques, Tye Martinez voit ses images comme un outil thérapeutique, influencé par les peurs et les frayeurs enfouies en chacun·e de nous. Et parmi les sentiments qui le fascinent particulièrement se trouve la « scopesthésie » : l’impression d’être observé·e en permanence, que certaines personnes développent comme un sixième sens. « C’est un sentiment de malaise que j’adore », précise-t-il. En parallèle, l’auteur se nourrit des œuvres cultes fictives pour développer son univers : Abattoir 5 ou la Croisade des enfants, Le Meilleur des mondes, Ça… Une multitude de références qui alimenteront, sans nul doute, ses explorations visuelles futures.

© Tye Martinez

© Tye Martinez© Tye Martinez

© Tye Martinez

© Tye Martinez© Tye Martinez

© Tye Martinez

© Tye Martinez© Tye Martinez

© Tye Martinez

© Tye Martinez© Tye Martinez

© Tye Martinez

Explorez
Alecio Ferrari : natures artificielles
© Alecio Ferrari
Alecio Ferrari : natures artificielles
Opposant la beauté d’éléments naturels aux objets de nos consommations capitalistes, Alecio Ferrari explore la complexité du vivant, et...
06 décembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Prix Swiss Life à 4 mains : découvrez les lauréat·es de la 6e édition ! 
© Kourtney Roy
Prix Swiss Life à 4 mains : découvrez les lauréat·es de la 6e édition ! 
Lundi 4 décembre, la fondation Swiss Life a dévoilé les noms du duo gagnant de son prix consacré à la photographie et à la musique. Et ce...
05 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
© Kensuke Koike / Silvermine
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
Publié par les éditions Silvermine, Poker Face prend la forme d’un puzzle créatif aussi curieux que fascinant. Conçu par l’artiste...
02 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nicolas Fontas ou la force du mouvement
© Nicolas Fontas
Nicolas Fontas ou la force du mouvement
Visages déformés, silhouettes sibyllines, scènes irréelles… Les tableaux au superbe flou perpétuel de Nicolas Fontas donnent vie et forme...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les livres et objets photographiques à (s’)offrir à Noël
© Sarah van Rij
Les livres et objets photographiques à (s’)offrir à Noël
La période de Noël peut être l’occasion de se plonger dans de nouveaux univers, qu’ils soient tirés de la réalité, issus de mondes...
09 décembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
57 : L’urbain atemporel et exalté de Francesco Gioia
© Francesco Gioia
57 : L’urbain atemporel et exalté de Francesco Gioia
Deux ans après notre première rencontre avec son univers photographique, Francesco Gioia publie 57. Un ouvrage dans lequel la rue se pare...
08 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Irene Trancossi : mythologies ancestrales et jardin à soi
© Irene Trancossi
Irene Trancossi : mythologies ancestrales et jardin à soi
Irene Trancossi et son univers gravitent autour des mondes de l'art, de la mode et de la musique – en créant des pochettes d'albums et...
08 décembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Hadès, Antoine d’Agata et Deauville, dans la photothèque de Céline Croze
© Céline Croze
Hadès, Antoine d’Agata et Deauville, dans la photothèque de Céline Croze
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
07 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas