Visite guidée des rencontres de la jeune photographie internationale de Niort 2022

04 mai 2022   •  
Écrit par Eric Karsenty
Visite guidée des rencontres de la jeune photographie internationale de Niort 2022

Installé dans le chef-lieu des Deux-Sèvres, en Nouvelle-Aquitaine, le festival fondé par Patrick Delat propose, jusqu’au 28 mai, une superbe édition avec un programme riche, l’inauguration de nouveaux lieux et la restitution d’une résidence exemplaire. Visite guidée.

Après deux ans d’absence pour raisons sanitaires, les Rencontres de la jeune photographie internationale de Niort reviennent en pleine forme, avec un joli programme et des nouveautés. Ces deux ans de privation nous donnent l’occasion de découvrir les résultats des deux précédentes résidences de création. Pour celles et ceux qui l’ignorent, le format de cette expérience ne ressemble à aucun autre. En rassemblant sur un même lieu huit photographes durant quinze jours, encadrés par une personnalité de la photo – JH Engström en 2021 et François Cheval en 2022 – le défi est de produire un travail au terme des deux semaines et de l’exposer dans la foulée sur les murs, avec le soutien de leur mentor. Sans oublier l’appui logistique de l’équipe des Rencontres, du cuisinier au tireur photo, en passant par les 25 bénévoles sans qui rien ne serait possible. Si chaque autrice et auteur détermine son approche en dialogue avec le conseiller qui les encadre, la dimension collective de l’aventure donne une saveur unique à cette expérience.

© Leif Houllevigue© Joséphine Vallé Franceschi

© à g. Leif Houllevigue, à d. Joséphine Vallé Franceschi

Expérimentations et nostalgie

Nous avons ainsi pu découvrir les travaux réalisés en 2021 sous la direction de JH Engström, avec notamment les très belles images de Lucile Boiron, Leif Houllevigue, Yorgos Yatromanolakis, et la démarche d’Emma Riviera qui a recueilli d’étonnantes histoires en regard de ses photos, qu’elle a présentées sous forme de performance. Pour le cru 2022, encadré par François Cheval, le résultat est aussi très réussi, avec en particulier le beau travail de Julia Genet qui questionne notre difficulté à connaître l’autre en réalisant différentes expérimentations autour du portrait et de l’autoportrait. On notera aussi les travaux de Lucie Belarbi, Clémence Elman et Ali Zanjani. Sans oublier la superbe installation de Joséphine Vallé Franceschi qui, avec un film d’archives et des images recomposées, revisite avec nostalgie une mémoire familiale aussi singulière qu’universelle.

La Villa Pérochon, lieu historique où sont ancrées les Rencontres, est un des points forts de cette édition. Et pas seulement parce qu’après neuf mois de travaux la bâtisse a fière allure et accueillera bientôt un laboratoire argentique et numérique, ainsi que des bureaux, en plus des deux premiers étages d’exposition. Mais surtout parce qu’on peut y découvrir Les Interstices de Fred Stucin, une série de portraits et de « décors » pris au terme d’une résidence d’un an (à raison d’une semaine par mois) au pôle psychiatrique de l’hôpital de la ville. Cette création est exemplaire à plus d’un titre. D’une part par parce que le choix du photographe a été fait après une sélection des candidatures menée par l’équipe des Rencontres avec les soignants et les malades de l’hôpital. Mais aussi parce que l’attention et l’empathie portées aux personnes photographiées se lisaient clairement au travers des images. Et ce n’est pas la quinzaine de personnes photographiées présentes au vernissage, toutes honorées par cette exposition, qui vous diront le contraire. Et pour couronner le tout, chacune d’elle a reçu en cadeau le livre édité par Filigranes qui rassemble joliment ce travail que vient éclairer un très beau texte de l’écrivaine et journaliste Ondine Millot.

© Frédéric Stucin© Frédéric Stucin

© Frédéric Stucin

Photo, vidéo, dessin

D’autres expositions dans d’autres lieux (sept au total) méritent également le détour. On pense aux très belles images de Brigitte Grignet (résidente en 2000) qui compose ses images poétiques dans des carrés en noir et blanc. Ou encore Karine Portal (résidente en 2005) qui travaille la photo, la vidéo et le dessin en interrogeant les notions de temporalité, d’altération et d’identité. Une exposition présentée à la galerie Desmettre, un peu à l’extérieur de la ville, un lieu magique où l’on aimerait rester… Enfin à la présentation d’une partie du travail des Associés sur la région Nouvelle Aquitaine, D’ici, ça ne parait pas si loin, qui a mobilisé cinq photographes durant quatre ans. Une manière de garder la note collective.

À noter également dans les innovations, la « Scène photographique », un nouveau format proposé par Brigitte Patient. Celle qui a été la voix de la photo sur France Inter durant de nombreuses années monte sur les planches pour interviewer son invité (ici Fred Stucin) avec un comédien qui assure les illustrations sonores et une régie en direct, « comme à la radio ». Enfin à remarquer aussi une belle initiative du réseau Diagonal qui, après avoir organisé une visioconférence avec la responsable du festival Odesa Photo Days, lance un programme d’expositions en soutien aux photographes ukrainiens à travers ses différentes structures. Nous aurons l’occasion d’y revenir prochainement.

© Lucile Boiron© Yorgos Yatromanolakis

© à g. Lucile Boiron, à d. Yorgos Yatromanolakis

© Frédéric Stucin

© Frédéric Stucin

© Brigitte Grignet© Lucie Belarbi

© à g. Brigitte Grignet, à d. Lucie Belarbi

© Emma Riviera

© Emma Riviera

© Julia Genet© Clémence Elman

© à g. Julia Genet, à d. Clémence Elman

Image d’ouverture : © Frédéric Stucin

Explorez
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
13 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina