Yelena Yemchuk : Odessa, ville enchantée

03 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Yelena Yemchuk : Odessa, ville enchantée
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk

En septembre 2022, l’artiste américano-ukrainienne Yelena Yemchuk publie Odessa aux éditions GOST Books. Hommage amoureux à la ville ukrainienne, à son histoire et à ses habitant·es, cet ouvrage est une traversée de l’humanité, des souvenirs aux rêves, de la compassion à l’humour

Yelena Yemchuk n’est pas elle-même originaire d’Odessa. Cette artiste visuelle a passé une partie de son enfance à Kiev avant de migrer à l’âge de 11 ans aux États-Unis, et visite la ville pour la première fois en 2003 – faute d’avoir pu y aller à l’époque soviétique. Enfant, cet endroit la fascine, tant pour sa réputation d’être un lieu libre que pour les mille contradictions qui semblent l’animer alors. Lieu d’acceptation, mais aussi de danger, de ruines et d’étrangeté, la ville cristallise les multiples métamorphoses d’un pays en pleine période de redéfinition de son identité. Elle y retourne entre 2013 et 2019, soit depuis que la guerre avec la Russie a été déclarée, et conçoit le présent livre photo. « Après mon premier voyage, j’y suis retournée sept fois. Je ne pouvais pas m’arrêter, je voulais être là tout le temps et prendre des photos. J’avais le sentiment instinctif qu’il fallait capturer la vie dans cette ville magique, et tenter de raconter l’histoire de cet endroit qui m’émerveillait tant », déclare-t-elle.

© Yelena Yemchuk
GOST Books
2022
22×30 cm
176 pages
60 €
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk

Traversée contre l’oubli

Odessa, ce sont d’abord des jeunes filles et garçons qui fréquentent alors l’Académie militaire de la ville, âgé·es de 16 et 17 ans. On les découvre en uniforme, mais aussi dans des mises en scène où iels se dévoilent de manière surprenante, parfois même, iels se dénudent face à l’objectif. Car si tous·tes ces adolescent·es partiront bientôt combattre au front – dans un contexte d’invasion et d’annexion de la Crimée par la Russie – pour autant, iels ont grandi dans un contexte, ont un passé et un quotidien, qui n’est pas seulement fait d’exercices militaires et de discipline.

À mesure que l’on parcourt l’ouvrage, on découvre leurs visages, particulièrement expressifs, des costumes loufoques et décalés, des intérieurs d’appartement, des ruines, des recoins sombres et secrets de la ville. On se fait les témoins de rencontres très disparates, de situations lynchéennes. On côtoie un couple aux silhouettes opposées, un jeune qui porte une cicatrice à la Harry Potter… Le regard perspicace de Yelena Yemchuk témoigne d’un humour immense, qui dit quelque part : ici, tout est possible. Des allures de personnages de films des années 1970, ou même de figures sorties tout droit de tableaux – car Yelena Yemchuk, en plus d’être photographe, est réalisatrice de films et peintre. Il y a, en tout cas, dans cette ville qui inspire tant l’artiste, quelque chose qui a résisté au temps, et donc à la modernité. « La notion du temps est différente à Odessa. C’est une ville hors du temps », raconte-t-elle dans la préface d’Odessa

Plus on se rapproche de la moitié de l’ouvrage, et plus les images baignent dans un clair-obscur prononcé. Au cours de notre traversée vient un moment où l’on ne voit de la ville que la grisaille, la dureté de ses façades, la solitude de ses résident·es. Mais c’était sans compter sur la joie de vivre et l’optimisme viscéraux de la photographe, qui clôt la dernière partie sur la fantaisie propre à la jeunesse odessite. Le livre de Yelena Yemchuk se révèle finalement proche du genre du conte, dépeignant une ville enchantée pourtant bien réelle. « Mon travail contient des éléments qui fonctionnent aussi bien dans cette réalité que dans un état plus onirique, et il est toujours important pour moi que mon travail conserve une part d’humour », exprime l’artiste. La ville, située au bord de la mer Noire, est devenue aujourd’hui un lieu essentiel transformé par la guerre. Yelena Yemchuk offre en contrepoint une vision personnelle et délicate de celle-ci, rendue avec des couleurs douces et l’impression d’un temps suspendu. Pour donner à voir une autre réalité, celle qui se noie sous la violence de la politique. Et peut-être, sauver ainsi Odessa de l’oubli.

© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk
© Yelena Yemchuk

À lire aussi
« Mabel, Betty & Bette » : Yelena Yemchuk décline les archétypes de la féminité
« Mabel, Betty & Bette » : Yelena Yemchuk décline les archétypes de la féminité
Dans son ouvrage Mabel, Betty & Bette, Yelena Yemchuk raconte l’histoire de trois femmes de fiction, identifiables par leurs…
08 mars 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus #69 : Michel Slomka et l’autre regard sur la guerre d'Ukraine
05:18
Focus #69 : Michel Slomka et l’autre regard sur la guerre d’Ukraine
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Michel Slomka nous parle de Topographies II – Ukraine. Dans cette série le…
31 janvier 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas