American Boys : portraits non binaires

03 avril 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
American Boys : portraits non binaires

Photographe queer, Soraya Zaman a voyagé d’un bout à l’autre des États-Unis pour rencontrer des hommes transgenres. Dans American Boys, l’artiste déconstruit les clichés de la masculinité.

Soraya Zaman se définit comme une personne « biraciale, queer, non binaire, s’identifiant aux pronoms they et them, en anglais ». D’origine australienne, l’artiste a déménagé à New York il y a sept ans, afin de poursuivre sa carrière de photographe. « Je suis autodidacte, précise Soraya Zaman. Alors que je travaillais dans le secteur économique, j’ai pris la décision de démissionner, et de partir faire le tour du monde. J’ai voyagé de Hong Kong au Caire, avec mon boîtier pour seule compagnie, et en rentrant, j’ai su que je voulais faire de la photographie mon métier. » Ses images, aussi brutes que tendres, subliment l’humain sans artifice. Une manière de révéler la complexité de chaque personne avec authenticité.

Pour réaliser American Boys, l’artiste a sillonné les États-Unis, en passant par les immenses métropoles, comme par les petites villes perdues au milieu du territoire. De ce périple, Soraya Zaman a rapporté 29 portraits d’hommes transgenres. « Chaque image révèle un bout de leur vie, leur personnalité, leur honnêteté, leur humour, leur beauté, leur force et leur vulnérabilité, précise l’auteur/e. Ce travail fait découvrir au regardeur un genre en dehors des normes binaires. Il interroge sa perception des rôles traditionnels des genres. »

Si Soraya Zaman réalise des travaux éditoriaux, il/elle souhaite fusionner ses réalisations personnelles, interrogeant les notions de genre et de sexualité, avec ses créations commerciales. « Mon objectif ? Pousser l’industrie photographique à accepter les genres non binaires devant et derrière l’objectif : les modèles, mais aussi les photographes, assistants, stylistes, directeurs artistiques, producteurs, etc. » Un changement bénéfique, au cœur d’une industrie dépendante de l’apparence.

© Soraya Zaman© Soraya Zaman

Une masculinité décomplexée

Une bataille que l’artiste livre également dans American Boys. En représentant des personnes de différents milieux, il/elle donne la parole à des hommes courageux, assumant leur différence, malgré l’intolérance de certains environnements. « Je ne souhaitais pas seulement représenter les îlots queer de New York ou Los Angeles. Selon moi, il faut encore plus de bravoure pour oser exister en tant qu’homme transgenre dans des petites villes isolées », précise l’auteur/e. Organiques et élégants, les portraits donnent à voir des personnes transgenres à différents stades de leur transformation. Des images tendres, sublimant la réalité d’une telle métamorphose – les cicatrices des chirurgies se devinent sur les corps, symboles d’une expérience aussi difficile que libératrice.

En intitulant son ouvrage American Boys, Soraya Zaman joue avec la symbolique du jeune garçon. Une image nostalgique, ancrée dans notre imaginaire collectif. Si cette vision évoque une certaine tendresse, elle renvoie également à un modèle conventionnel des genres. Un cliché que le/la photographe tente de détruire à travers ce projet. Torses nus et fiers, défiant la caméra du regard, les modèles d’American Boys mettent en avant une nouvelle masculinité décomplexée. Ils illustrent « une réalité plus complexe et nuancée, représentants d’un univers au-delà des normes binaires ».

 

American Boys, édition Daylight Books, 45 $, 188 p.

© Soraya Zaman© Soraya Zaman
© Soraya Zaman© Soraya Zaman
© Soraya Zaman© Soraya Zaman

© Soraya Zaman

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 10 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill