À Arles, Fryd Frydendahl fabrique une jeunesse danoise dorée

14 septembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
À Arles, Fryd Frydendahl fabrique une jeunesse danoise dorée
© Fryd Frydendahl

Présenté aux Rencontres d’Arles 2023, dans le cadre de l’exposition Søsterskap, qui réunit jusqu’au 24 septembre une grande variété d’œuvres, le travail de la Danoise Fryd Frydendahl en particulier a retenu notre attention. Salad Days raconte la fougue et la beauté d’une jeunesse danoise inlassablement créative.

© Fryd Frydendahl

Née en 1984 à Copenhague, Fryd Frydendahl appartient à cette nouvelle génération, peu connue, d’artistes scandinaves, inventive et profondément engagée. Par le passé, cette photographe et vidéaste de 39 ans a réalisé des clips pour ses ami·es musicien·nes Mø et Trentemøller, et est de celleux qui font le lien entre les pratiques artistiques – recourant constamment, pour sa part, au langage de la puissance visuelle et de l’intimité. Son sujet se révèle toujours à la fois dans sa fragilité, mais aussi sa familiarité, puisqu’on trouve dans Salad Days une certaine franchise dans la façon de poser – ou de ne pas poser, justement – de ses modèles, qui témoigne de la proximité entre l’artiste et ces dernier·es, comme d’un engagement certain de sa part. Qui sont ils, ces êtres qui se mettent en scène avec une assurance semblable et mille manières diverses d’exprimer leur fantaisie ? Des membres de sa famille, des ami·es, des proches. Car sa propension à créer des images aux tons particulièrement originaux tient au fait qu’elle aime mêler des personnes sans expérience à des shootings professionnels – « et qui pourtant prennent les choses tout aussi sérieusement que moi-même », assure-t-elle.

De Shakespeare à la mode surréaliste

Si la plupart des clichés de Fryd Frydendahl empruntent aux codes de la mode, il s’agit en tout cas résolument d’une mode affranchie des normes. À l’image du pays dont la photographe et ses modèles sont issu·es : car le Danemark est en effet l’un des pays les plus progressistes d’Europe en terme de questions de genre, d’orientation sexuelle, d’égalité raciale et d’équité sociale. Le surréalisme des tenues et des accessoires de ses modèles côtoie un esthétisme raffiné et coloré. Salad Days est devenu un livre, rassemblant dix années de travaux tirés de différents projets. « En fin de compte, il s’agit d’un regard sur ma façon d’aborder le portrait », résume-t-elle. Dans la grande église Sainte-Anne, à Arles, l’espace occupé par l’exposition Søsterskap est gracieusement partagé par les divers·es artistes représenté·es, sans jamais forcer les liens entre les œuvres. Ce sont tous les âges de la vie qui rythment cet ensemble, qui dit autant la puissance sororale que l’oppression patriarcale.

« Pour moi, l’exposition parle de la façon dont nous sommes tous·tes à notre manière des produits du Nord dans nos thèmes et notre façon de créer, explique-t-elle. Dans mon cas, il semble assez clair que l’artiste à l’œuvre vient d’un endroit privilégié, ce qui signifie que j’ai toujours eu le temps d’explorer, et de pouvoir donner la priorité à des thèmes tels que la liberté, l’identité, la tendresse… », poursuit-elle. À l’origine du titre, il y a l’expression de Shakespeare dans Antoine et Cléopâtre, par laquelle Cléopâtre évoque son engouement pour César : “My salad days, when I was green in judgment.” (« Mes jours de salade, quand j’étais verte en jugement. ») Pour Fryd Frydendahl, il faudrait comprendre « vert » comme une référence à son inexpérience. Salad Days, ce sont donc les visages d’une jeunesse qui patauge, qui tente, qui se débrouille, qui grandit. Tout simplement. Une jeunesse narcissique, en doute existentiel, vouée à elle-même, ou en paix. Mais surtout, une jeunesse consciente de sa vulnérabilité.

© Fryd Frydendahl
© Fryd Frydendahl

© Fryd Frydendahl

© Fryd Frydendahl
© Fryd Frydendahl

© Fryd Frydendahl
© Fryd Frydendahl

© Fryd Frydendahl

© Fryd Frydendahl
© Fryd Frydendahl
À lire aussi
Rencontres d'Arles : les coups de cœur de la rédaction
© Fryd Frydendahl / Courtesy of Rencontres d’Arles
Rencontres d’Arles : les coups de cœur de la rédaction
La magie des Rencontres d’Arles, c’est d’être parfois séduit·e par une scénographie, une émotion, une thématique que l’on n’attendait…
25 juillet 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans l’œil d’Emma Sarpaniemi : les dessous de l’affiche des Rencontres d’Arles
Autoportrait en Cindy, 2022, série Deux façons de porter un chou-fleur © Emma Sarpaniemi
Dans l’œil d’Emma Sarpaniemi : les dessous de l’affiche des Rencontres d’Arles
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Emma Sarpaniemi. Si son œuvre est actuellement présentée dans le cadre de l’exposition…
07 août 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina