À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel

28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
© Chantal Elisabeth Ariëns
© Chantal Elisabeth Ariëns

Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se penche dans son travail sur l’intimité et l’inconscient. Son univers mélancolique explore notre vie émotionnelle.

Les travaux de l’artiste Chantal Elisabeth Ariëns associent la force de notre « moi » intérieur à notre extérieur physique, représenté comme fragile et délicat. Ce dialogue permanent fait écho à celui de notre conscient et inconscient : nous sommes pris·es entre deux pulsions, celle du désir et celle de l’immobilité. Ces contrastes s’expriment aussi à travers une réflexion autour du mouvement, qui incarne sérénité et agitation à la fois, comme dans une danse en noir et blanc. La photographe cherche une forme d’éternité par ses jeux de lumières et d’ombres. Inlassablement, elle côtoie le rêve et crée des moments « translucides » qui annoncent et préparent un événement inattendu. En réalité, à travers son objectif, elle est en quête de la vie émotionnelle de ses modèles et tente de saisir les nuances de notre langage intérieur.

Un processus technique hors du commun

Chantal Elisabeth Ariëns utilise un processus technique hors du commun lui permettant d’obtenir les ambiances oniriques de ses photographies si particulières, flirtant entre le portrait, l’abstrait et la mode. C’est un travail qui, selon les curateurices, « respire la liberté et l’indépendance ». Le caractère unique de ses photographies est renforcé par le fait qu’elle travaille avec la gravure photopolymère, une ancienne technique d’impression. Comme l’explique l’artiste, lors de ce processus manuel qui prend beaucoup de temps, elle utilise une plaque d’impression exposée à un film photopolymère, puis de l’encre et ses mains pour donner vie aux images. Ce procédé lui permet de travailler comme un peintre : elle effleure couche après couche avec sa main pour que l’encre se répande sur les tirages d’art. L’image apparaît littéralement sous ses doigts. « J’ai fortement ressenti le besoin de créer de mes propres mains, quelque chose de tangible dans lequel je pouvais mettre mon âme. J’ai donc cherché une technique artisanale qui me permette de le faire. Cette recherche m’a conduit à la technique de la gravure photopolymère, elle explique. Je transfère d’abord mon image sur une plaque solaire, ce qui donne un nouveau négatif. Ce nouveau négatif me permet d’imprimer de manière traditionnelle. J’aime la structure, l’odeur, les innombrables nuances de noir et le processus artisanal. »

© Chantal Elisabeth Ariëns
© Chantal Elisabeth Ariëns
© Chantal Elisabeth Ariëns
À lire aussi
Dance Theatre after Pina Bausch : le ballet d’émotions de Valéria Quinci
© Valéria Quinci / Compagnie Vid(e)a, performeur·ses: Arya Pegaz, Layra Rodrigues, Ludivine Vauthier, Mathie Puglisi
Dance Theatre after Pina Bausch : le ballet d’émotions de Valéria Quinci
C’est durant les répétitions d’une compagnie de danse que Valéria Quinci réalise Dance Theatre after Pina Bausch. Un hommage en noir et…
09 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard
Friction © Margaret Lansink
Margaret Lansink : Friction, l’amour en étendard
Esthétisme, poésie et minimalisme rythment l’art de Margaret Lansink. À l’occasion de sa nouvelle exposition Friction, présentée à…
21 juin 2023   •  
Écrit par Lucie Guillet
Explorez
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
© Marina Núñez
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
PHotoESPAÑA 2024 investit plusieurs lieux et villes en Espagne et se penche sur le thème du mouvement permanent. L’exposition collective...
07 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
© Quentin Fromont
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
Dans Croupir dans la chaleur des autres, Quentin Fromont entreprend un voyage halluciné au cœur d'un littoral sensuel, où les corps...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas