Corps à corps : histoires de correspondances photographiques

12 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Corps à corps : histoires de correspondances photographiques
© Jakob Tuggener Schiffsnieter [Riveteuse pour navire] 1947 Épreuve gélatino-argentique 60,5 × 50,5 cm Collection Marin Karmitz © Jakob Tuggener-Stiftung, Uster Collection Marin Karmitz, Reproduction photographique : Florian Kleinefenn

Recensant plus de 500 clichés réalisés par plus de 120 photographes, issus des collections du Centre Pompidou et de la collection privée de Marin Karmitz, Corps à Corps est un réel vivier de créations, et d’apprentissages de l’humain par l’image. Un condensé d’histoires de la photographie, qui s’entremêlent pour créer un dialogue artistique remarquable. Une exposition à découvrir jusqu’au 25 mars 2024.

© Douglas Gordon Blind Ingrid (White Eyes) [Ingrid aveugle (Yeux blancs)] 2002 Épreuve gélatino-argentique découpée 22 x 17,5 cm Collection Marin Karmitz © Studio lost but found/Adagp, Paris 2023 Reproduction photographique : Collection Marin Karmitz
© Christer Strömholm Narcisse, de la série Les amies de Place Blanche 1968 Épreuve gélatino-argentique 18,1 × 23,9 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Achat, 2011 © Christer Strömholm Estate Reproduction photographique : Centre Pompidou – Mnam-Cci/ Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP

Rencontre. S’il fallait choisir un mot pour définir cette dense exposition déployée au Centre Pompidou, ce serait certainement celui-ci. Une rencontre sur plusieurs niveaux, celle d’abord des collections publiques du Musée national d’art moderne avec la collection privée de Marin Karmitz, fondateur des cinémas MK2 et de la Maison Rouge. Bien évidemment, c’est également une rencontre entre des œuvres réalisées par des artistes issu·es du 20e et 21e siècle, pionnier·es de la photographie ou artistes talentueux·ses de la scène photographique émergente. Loin d’être fortuites, ces rencontres ont été orchestrées par les commissaires, Julie Jones, historienne de la photographie et conservatrice au Centre Pompidou, et Marin Karmitz, qui, en unissant leur intérêt et science de la photographie ont conçu un ensemble artistique cohérent autour de la thématique du corps. Un topos en photographie, déployé dans un parcours dénué de chronologie, mais qui souhaite mêler subtilement les regards et les univers artistiques.

Structurée en sept parties : « Les premiers visages », « Automatisme », « Fulgurances », « Fragments », « En soi », « Intérieurs » et « Spectres », Corps à Corps souhaite dépasser les nomenclatures habituelles de l’étude photographique du genre humain, telles que « l’autoportrait », « le portrait », « le nu » ou la photographie « humaniste ». C’est davantage un moyen de dévoiler des façons d’appréhender le sujet qui nous est suggéré, et ce que ces approches révèlent de nos sociétés. Une volonté de proposer une relecture des « histoires de la photographie », de les « complexifier » se ressent. Nichée au 6e étage, la rétrospective confronte des interrogations communes sur le sujet photographié, et s’intéresse au corps, selon des perspectives plurielles.

Témoin impassible du temps

Dès notre entrée dans les lieux, les cimaises alentour réunissent déjà des écritures diverses, et des images sous de multiples formes : tirages grandeur nature, coupures de journaux, négatifs, Polaroïds, livre, projections vidéo… On y découvre, curieux·ses, des petits trésors photographiques placés çà et là dans les vitrines des tables d’expositions, des boites remplies des négatifs de Lewis Hine, des correspondances entre Louis Aragon et Man Ray ainsi que les croquis qui accompagnent ses créations. Dans cette scénographie encourageant les correspondances, on parcourt les visages d’un peuple, ceux que l’on a pu retrouver dans The Family of Man réalisés par Paul Strand, on se plait à dessiner les contours du visage angélique de Nusch Eluard par Dora Maar, puis on circule vers les photomatons et autres perspectives de portraits. Ici, on s’attarde volontiers sur le travail d’Alain Baczynsky, qui après chaque psychanalyse, prenait la pose dans un photomaton, et notait au dos des clichés ses ressentis. Une manière de concevoir le médium et l’image comme un miroir, objet de catharsis. Plus loin, on prend un peu de recul dans l’espace, pour y apprécier des instants où le·a photographe s’efface au profit d’un éclat dans l’environnement urbain, une épiphanie, un moment où le·a citadin·e émerge dans la masse. On y retrouve, entre autres, William Klein, le coloriste Saul Leiter, Homer Page ou encore Joan Colom en Espagne…

On s’abandonne avec plaisir vers les fragments des corps, vers des instants de plus en phase avec le sujet, puis on redécouvre l’iconique « Araignée d’amour » d’Henri Cartier Bresson, en plusieurs versions cette fois-ci, de sorte à dévoiler toute la complexité de capturer ces instants décisifs. On se love juste à côté, vers les Aisselles, Nombril, Oreille de Ilse Salberg, tout en retrouvant du réconfort dans les pieds qui s’entremêlent chez Man Ray. Puis plus loin, le ton change, les revendications émergent, on s’insurge de la guerre civile en Espagne, on défend la cause noire avec Gordon Parks, et les pavés sont lancés durant mai 68… Peu à peu les artistes se déplacent, se fondent derrière leurs préoccupations, le sujet photographié importe encore plus. « Exister au-delà de l’image, noyé·es ou absorbé·es par leur pensée le·a photographe n’est qu’un·e témoin impassible temps », annoncent les cartels. Dans l’ensemble, des obsessions communes se déploient entre les œuvres, des similitudes se créent, des regards complices et des influences se partagent. Et puis au cœur de l’exposition affleure une nécessité de représenter un panel plus élargi d’artistes, de mettre en avant une photographie plus ouverte, plus inclusive.

© Stanisław Ignacy Witkiewicz (dit Witkacy) Sans titre [Autoportrait, Zakopane] 1912- 1914 Épreuve gélatino-argentique 17,8 × 12,8 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Donation de Marin Karmitz, 2022 Reproduction photographique : Centre Pompidou – Mnam-Cci/ Janeth Rodriguez-Garcia/ Dist. RMN-GP
© Dorothea Lange Mended Stockings, San Francisco [Bas reprisés, San Francisco] 1934 Épreuve gélatino-argentique 25,5 × 20,5 cm Collection Marin Karmitz © The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California, City of Oakland. Gift of Paul S. Taylor. Reproduction photographique : Collection Marin Karmitz
© Dora Maar Nusch Eluard Vers 1935 Épreuve gélatino-argentique 24,5 × 18 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Achat, 1987 © Adagp, Paris 2023 Reproduction photographique : Centre Pompidou – Mnam-Cci/ Jean-Claude Planchet/ Dist. RMN-GP

© SMITH Sans titre, de la série Anamanda Sîn, Désidération (2017-2021) 2021 Épreuve photographique couleur tirée sur aluminium 80 × 60 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Achat, 2023 © SMITH, 2021 Reproduction photographique : Courtesy Galerie Christophe Gaillard, Paris
© Ulay Iel (Autoportrait avec perruque), 1972 Épreuve à développement instantané (Polaroïd) 8,6 × 10,8 cm Collection Marin Karmitz © Adagp, Paris 2023 Collection Marin Karmitz, Reproduction photographique : Florian Kleinefenn

De l’inclusivité du médium

 « Combien de femmes ont été mises en boîte par l’appareil photo masculin ?  L’exposition est le reflet des collections, et témoigne d’une parité qui n’est effectivement pas parfaite. Ce qu’on l’on a voulu mettre en lumière c’est véritablement une forte présence des artistes femmes en termes d’installation et de sujet des œuvres, elles sont là pour défendre un propos », déclare Julie Jones. Fort·es de ces déclarations, notre déambulation dans les lieux prend une toute autre tournure. Soudain nous apparaissent de nouvelles représentations, des installations lourdes de sens, celles d’Annette Messager, qui tissent entre les Polaroïds, le sexe féminin et file la métaphore d’une lutte féministe, ou bien Laïa Abril, qui, avec On abortion, dresse le portrait de femmes ayant avorté illégalement dans différentes régions du monde.

Bien au-delà de cette représentation du féminin, l’exposition fait également la part belle aux personnes et choses invisibilisées. L’objectif s’étend, l’inclusivité est de mise et la marge investit les cimaises. Leonora Vicuña capte des travestis chiliennes du quartier La palmera de Santiago dans les années 1980, sous la dictature de Pinochet, lorsque SMITH évoque les états transitoires des identités en Finlande en travaillant les tonalités, là où Zanele Muholi s’engage pour la communauté LGBTQIA+ sud-africaine. Les intérieurs s’élargissent, l’intimité est traversée dans la bienveillance de l’autre. Ici, la sensitivité des images parle d’elle-même. Si tout semble se lier, déployé sur un même plan dans un tourbillon de création, une respiration est tout de même perceptible, et avec elle l’envie de creuser davantage, d’y retourner comme pour relire une nouvelle fois les histoires qui nous ont été contées.

© Saul Leiter Kathy Vers 1950 Épreuve gélatino-argentique 23 × 33,5 cm Collection Marin Karmitz © Saul Leiter Foundation Collection Marin Karmitz, Reproduction photographique : Florian Kleinefenn

© Val Telberg Appel à la rébellion, 1953 Épreuve gélatino-argentique 30 × 24 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Don des amis du Centre Pompidou, Groupe d’Acquisition pour la Photographie, 2022 © Estate Val Telberg/Courtesy les Douches la Galerie, Paris Reproduction photographique : Centre Pompidou – Mnam-Cci/Hélène Mauri/Dist. RMN-GP
© Gordon Parks Ethel Sharrieff in Chicago [Ethel Sharrieff à Chicago], de la série Black Muslims [Musulmans noirs] 1963 Épreuve gélatino-argentique 35,5 × 28 cm Collection Marin Karmitz © Copyright The Gordon Parks Foundation. Collection Marin Karmitz, Reproduction photographique : Florian Kleinefenn

© Lisette Model First Reflexion, New York [Premier reflet, New York] 1940 Épreuve gélatino-argentique 43 × 35,3 cm Collection Marin Karmitz © 2023 Estate of Lisette Model, courtesy Lebon, Paris/ Keitelman, Brussels. Collection Marin Karmitz, Reproduction photographique : Florian Kleinefenn
© Paul Strand Ian Walker, South Uist, Hebrides 1954 Épreuve gélatino-argentique 19,4 × 24,5 cm Centre Pompidou – Musée national d’art moderne, Paris Dation, 1985 © Aperture Foundation Inc, Paul Strand Archive Reproduction photographique : Centre Pompidou – Mnam-Cci/ Georges Meguerditchian/ Dist. RMN-GP
Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas