Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires

Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
MaximeRiché
« La juxtaposition de ces deux mots, “selling” et “paradise”, sur ce panneau publicitaire a immédiatement attiré mon attention et je me suis arrêté au bord de la route qui relie Paradise à la ville principale des environs, Chico, afin de prendre cette photographie. »
André Frère Éditions
128 pages
65 photographies couleur
À partir de 45 €

Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le photographe raconte l’histoire d’une ville américaine ravagée par deux mégafeux : Camp Fire, en 2018, et Dixie Fire, en 2021. Pour Fisheye, il revient en détail sur l’une de ses images. Cette série fera l’objet d’un bel ouvrage, d’ores et déjà disponible en précommande, à paraître en septembre prochain chez André Frère Éditions. 

« Pour moi, cette image est symbolique car elle représente toute l’ironie de la situation autour de l’histoire de la ville de Paradise, en Californie : après le drame du mégafeu Camp Fire, en 2018, nombre des 26 000 personnes qui y vivaient n’ont pas pu revenir faute de moyens financiers. Certaines avaient dépensé toutes leurs économies pour se loger à l’hôtel après avoir perdu leur demeure, d’autres avaient perdu leur travail car les commerces et entreprises avaient brûlé également. Les promotrices et promoteurs immobiliers tentaient alors d’attirer des propriétaires pour reconstruire sur les terrains sinistrés.

La juxtaposition de ces deux mots, “selling” et “paradise”, sur ce panneau publicitaire a immédiatement attiré mon attention et je me suis arrêté au bord de la route qui relie Paradise à la ville principale des environs, Chico, afin de prendre cette photographie. J’ai utilisé une diapositive infrarouge couleur pour cette image car je voulais lui donner une intention un peu surnaturelle, décalée de la réalité, qui peut également introduire un certain regard critique, ce que j’essaie toujours de faire en tant qu’artiste, en apportant une interprétation personnelle aux scènes que je photographie.

Ce qui me plaît, dans ce cliché, c’est également de faire une citation d’un courant de photographie américaine qui a souvent traité les carrefours, les poteaux électriques et les panneaux de bords des routes. Je pense à Joel Sternfeld et au maître du genre, Stephen Shore. Cette image capture à la fois la culture du lieu et la dimension critique de l’histoire de Paradise. Elle me fait un peu sourire intérieurement, du moins elle me fait réagir quand je la regarde ! »

À lire aussi
Anaïs Tondeur : se cultiver aux côtés des fleurs des marges
Living Herbarium © Anaïs Tondeur
Anaïs Tondeur : se cultiver aux côtés des fleurs des marges
Dans chacun de ses projets, Anaïs Tondeur associe sa pratique du 8e art à une approche scientifique. Ses séries s’intéressent ainsi à…
14 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La Brûlure : Maude Girard capture le cri d’une terre enflammée
© Maude Girard
La Brûlure : Maude Girard capture le cri d’une terre enflammée
C’est un monde incandescent que présente Maude Girard, photographe-auteure et ancienne journaliste de 34 ans…
28 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas