Dans l’œil de Toni Monné Campañà : porter l’espoir dans le chaos de la guerre civile

14 août 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l'œil de Toni Monné Campañà : porter l’espoir dans le chaos de la guerre civile
Milicienne sur une barricade au carrefour des Ramblas et de la Calle Hospital, 25 juillet 1936 © Arxiu Campañà
ToniMonnéCampañà
« Si nous regardons la photo de plus près, nous remarquons que son ventre est légèrement arrondi : elle portait l’espoir, elle était enceinte. »

Cette semaine, plongée dans l’œil de Toni Monné Campañà, petit-fils du photographe Antoni Campañà. Jusqu’au 24 septembre 2023, le Pavillon Populaire de Montpellier accueille les images méconnues de la guerre d’Espagne de son grand-père. À cette occasion, pour Fisheye, il revient sur l’un de ses tirages les plus célèbres et nous en révèle les secrets.

« À mes yeux, la photographie la plus représentative de cette exposition est celle de la milicienne anarchiste sur une barricade au carrefour des Ramblas et de la Calle Hospital. On voit cette jeune femme qui sourit avec le drapeau anarchiste FAI CNT [le regroupement des syndicats de la Fédération Anarchiste Ibérique et de la Confédération nationale du travail, NDLR]. Elle a été prise le 25 juillet 1936 qui est un jour de révolution sociale important pour Barcelone. C’est à ce moment-là qu’Hitler et Mussolini envoient des avions pour les troupes franquistes et donnent un avantage décisif aux putschistes. Le même jour, Léon Blum a été forcé par le Parlement français à ne plus approuver la vente d’armes aux Républicains qu’il soutenait pourtant. Ces interventions ont changé le destin de la guerre civile espagnole.

Le 25 juillet 1936 représente donc un moment historique très spécial et ce cliché nous parle de beaucoup de choses. Il faut savoir que les commissariats de propagande de la FAI CNT l’ont énormément utilisé. Il figurait, par exemple, sur une série de cartes postales qui s’appelait La Lutte à Barcelone. Plus tard, on l’a également retrouvé sur Internet, dans des campagnes de lutte antifasciste, anarchiste, pour les droits de femmes… Ce tirage suscite la réflexion, notamment sur l’utilisation d’une photo, sur le moment où le ou la photographe perd le contrôle de son image. Personne ne savait alors qu’elle était d’Antoni Campañà.

À la fin d’une exposition que nous avions organisée pour présenter cette partie de l’œuvre méconnue de mon grand-père au Musée national d’art de Catalogne, un couple français est venu nous voir et nous a dit connaître la milicienne de cette image. Elle s’appelait Anita Garbín Alonso. Elle est née en 1915 à Almería, en Andalousie, et elle est décédée en 1977 à Béziers, où elle vivait en exil. Si nous regardons la photo de plus près, nous remarquons que son ventre est légèrement arrondi : elle portait l’espoir, elle était enceinte. C’est une histoire fantastique, et certainement la chose la plus touchante qui m’est arrivée depuis la redécouverte de ces boîtes rouges. »

À lire aussi
Les troublantes archives de la guerre d’Espagne d’Antoni Campañà
Vue de l’assistance à la réunion unitaire communiste-socialiste-anarchiste dans les arènes La Monumental de Barcelone, 25 octobre 1936 © Arxiu Campañà.
Les troublantes archives de la guerre d’Espagne d’Antoni Campañà
Jusqu’au 24 septembre 2023, le Pavillon Populaire consacre une exposition d’envergure à Antoni Campañà et, plus particulièrement, à ses…
19 juillet 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Laia Abril : s’évanouir pour un génocide
© Laia Abril / Courtesy Galerie les Filles du Calvaire
Dans l’œil de Laia Abril : s’évanouir pour un génocide
Cette semaine, plongée dans l’œil de Laia Abril. Exposée jusqu’au 1er octobre au Musée de l’Élysée, la photographe y présente On Mass…
24 juillet 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina