Dans l’œil d’Émilie Möri : la menace glaçante de l’inaction

01 janvier 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Émilie Möri : la menace glaçante de l'inaction
© Émilie Möri
ÉmilieMöri
« Ce collage est un cri d’alerte, une fiction dramatique où se confrontent l’insouciance estivale et l’horizon polaire préoccupant. Je souhaitais créer une scène surréaliste, percutante et lumineuse. »

Cette semaine, plongée dans l’œil d’Émilie Möri, photographe française qui se plaît à composer des images aux teintes édulcorées, portées par une émotion brute. Pour Fisheye, elle revient sur l’un de ses collages, qui dénonce le tourisme de masse estival.

« J’ai créé cette image l’été 2019. Je quittais pour deux mois mon lieu de résidence principale, situé au bord de l’océan Atlantique, d’habitude si calme, pour fuir le surtourisme estival. J’ai alors imaginé un collage, fusionnant un iceberg gravé dans ma mémoire depuis un voyage en Argentine, en 2008, avec la plage que je laissais derrière moi. Peu fréquentée ce jour-là, elle m’est apparue dans des nuances pastel. Un contraste délibéré avec la chaleur écrasante de la saison et le thème de cette image, la fonte des glaces et le réchauffement climatique, s’opérait. Mon intention était de prendre des clichés de cet endroit avant de partir, motivée par une profonde consternation face à l’indifférence des touristes envers l’environnement. Leur négligence, manifestée par les déchets abandonnés sur le sable, sans même un regard pour l’océan, m’a choquée.

Cela m’a poussée à m’interroger : “Que faudrait-il pour éveiller l’humanité au désordre climatique ? Comment réagirait-on si la fonte des glaces devenait visible depuis nos côtes françaises ? Comment pouvons-nous représenter la menace de l’inaction ?” Ce collage est un cri d’alerte, une fiction dramatique où se confrontent l’insouciance estivale et l’horizon polaire préoccupant. Je souhaitais créer une scène surréaliste, percutante et lumineuse. La superposition de deux photographies, combinée à une recolorisation, nous transporte dans un monde parallèle, où l’on peut presque entendre le bruit du glacier se mouvant dans un silence inquiétant. Pour nuancer les teintes, j’ai d’abord converti le tirage en noir et blanc, puis j’ai méticuleusement coloré chaque élément via Photoshop. Le résultat est un contraste saisissant : une esthétique rafraîchissante qui se heurte à la gravité du sujet. Malgré le nombre d’images que j’ai réalisées depuis 2012, cette œuvre reste ancrée dans mon esprit, et sa pertinence, hélas, ne fait que s’accroître avec le temps. »

À lire aussi
Dans l'œil de Natacha de Mahieu : ce que le surtourisme doit à Instagram
© Natacha de Mahieu
Dans l’œil de Natacha de Mahieu : ce que le surtourisme doit à Instagram
Cette semaine, plongée dans l’œil de Natacha de Mahieu. Theatre of authenticity est une série née de voyages personnels de l’artiste, où…
25 septembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l'œil de Caroline Heinecke : la triste vie des allumettes malades
© Caroline Heinecke
Dans l’œil de Caroline Heinecke : la triste vie des allumettes malades
Cette semaine, plongée dans l’œil Caroline Heinecke, photographe berlinoise dont les compositions se distinguent par l’usage de couleurs…
27 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Massimiliano Corteselli : l’inextinguible feu du mont Chimère
© Massimiliano Corteselli
Dans l’œil de Massimiliano Corteselli : l’inextinguible feu du mont Chimère
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Massimiliano Corteselli, auteur de la série Contrapasso. Dans ce projet au long cours, dont nous...
15 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d'espoir
© Dana Tentea / Courtesy of Galerie Triangle
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d’espoir
Du 1er au 14 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Galerie Triangle consacre une exposition à la cause environnementale, et...
28 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
© Myrto Papadopoulos
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
Jusqu’au 3 novembre, l’Abbaye de l’Épau présente Dans les herbes hautes, une série d’expositions contemplatives qui ont lieu dans son...
27 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet