Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions naturelles fantastiques

24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions naturelles fantastiques
© Igor Furtado, Corpo Trópico
IgorFurtado
photographe
« Cette image nous évoque aujourd’hui tout un imaginaire sacré de protection et d’enracinement.  »

Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en proie à des discriminations majeures dans tout le pays. Ses mises en scène ludiques et politiques sont pensées en collaboration avec l’artiste Labō Young, qui imagine des tenues sculpturales à partir d’éléments de la forêt. Pour Fisheye, il revient sur l’une d’elles.

J’ai rencontré Labō Young pour la première fois sur Instagram, vers 2016. Nous avons commencé à nous envoyer des messages et nous nous sommes rapidement liés d’amitié grâce à nos intérêts similaires pour la mode et la musique. Un an plus tard, nous nous sommes rencontrés en personne à Belém, au nord du Brésil. Depuis le départ, nous créons des images et des récits ensemble, mais notre approche change à chaque fois. Comme nous vivons à plus de 3 000 km l’un de l’autre, nous avons développé nos carrières séparément, et avons passé des années à échanger des idées et des rêves virtuellement. Nous n’avons pu les mettre en pratique qu’en 2020, lorsque Labō Young est venu pour la première fois dans ma ville natale, Rio de Janeiro. Au cours de l’une de ces nuits, nous sommes allés ramasser des plantes et avons réfléchi aux nombreuses façons dont il pourrait les transformer en tenues et accessoires. Le lendemain, nous avons invité l’artiste et amie Cassie Capeta à poser pour nous.

Nos photographies ont toujours été très intuitives. Nous avons généralement une direction, mais aucune certitude sur la manière, le lieu ou le moment où elles verront le jour. Ce jour-là, après avoir fait un premier shooting dans un cadre naturel, nous avons trouvé un chantier de construction avec des murs vierges et des tas de sable. Nous avons demandé à Cassie de se tenir en équilibre sur les briques, en les utilisant comme s’il s’agissait de talons. Elle portait un dragonnier en guise d’accessoire sur sa tête et des fils tissés transformés en robe. Cassie est restée dans cette position pendant de longues minutes, même si elle était difficile à tenir. Cette image nous évoque aujourd’hui tout un imaginaire sacré de protection et d’enracinement. La série à laquelle elle appartient a ensuite été publiée par Vogue sous le nom de Corpo Trópico, une tentative de concevoir d’autres significations pour dire la tropicalité et diffuser de nouvelles manières de s’exprimer. Elle nous a ouvert de nombreuses voies surprenantes, comme la possibilité de développer notre projet actuel, soit un vaste ensemble de travaux qui ont pour sujet essentiel les plantes et les ressources naturelles.

À lire aussi
La quête identitaire de Jenni Toivonen au Brésil
La quête identitaire de Jenni Toivonen au Brésil
Dans Are we there, Jenni Toivonen enquête sur ses ancêtres – d’ancien·nes membres d’une communauté utopique créée en 1929 par un groupe…
14 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
© Michael Oliver Love
Fisheye #65 : engageons-nous avec Fierté
Le dernier numéro de Fisheye, Fiertés, arrive très prochainement dans les kiosques et sur le store. Porté par la pride, le magazine…
06 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin