Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie

21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
© Deborah Turbeville
© Deborah Turbeville
© Deborah Turbeville
À lire aussi
Deux femmes photographes distinguées par les Zooms Photo
© Salomé Hévin
Deux femmes photographes distinguées par les Zooms Photo
La 11e édition des Zooms photo vient de livrer son verdict, avec à la clé le prix du public décerné à Caroline Henry pour une série…
12 septembre 2023   •  
Écrit par Eric Karsenty
Fonāna : l’Arabie Saoudite racontée par huit femmes
© Sarah Abu Abdallah
Fonāna : l’Arabie Saoudite racontée par huit femmes
Jusqu’au 14 février, l’exposition Fonāna (فنانة) au musée Foam, présente les perspectives uniques de huit artistes contemporaines…
22 janvier 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Qui sont les lauréates des bourses du festival Les femmes s'exposent ?
© Camille Brasselet, Le Départ / Courtesy of Les femmes s’exposent
Qui sont les lauréates des bourses du festival Les femmes s’exposent ?
Début novembre dernier, le jury des Bourses d’aides à la création du festival photo Les femmes s’exposent a récompensé Camille Brasselet…
15 novembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill

Photocollage est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste novatrice, Turbeville a bouleversé l’image de la femme en photographie en la sortant du carcan idéalisé et romantique dans lequel elle était emprisonnée. L’exposition aura lieu du 16 mars au 16 avril au musée Huis Marseille d’Amsterdam.

En mars 2024, Huis Marseille présentera la première grande rétrospective de l’artiste américaine Deborah Turbeville (Stoneham, 1932-New York, 2013). La dernière exposition de Tuberville en France s’est tenue en 1986. Aujourd’hui pourtant, son travail est plus actuel que jamais. Dans le fond comme dans la forme, son œuvre bouleverse les canons de représentation de la femme et du vêtement. Ses innovations touchent à une nouvelle manière de raconter l’intimité mais aussi de concevoir la photographie de mode. L’exposition contient un large éventail de collages vintage, des créations uniques dont certaines n’ont jamais été montrées auparavant. Une sélection qui revient sur le style unique de cette photographe, qui accordait une énorme importance à la mise en place d’une atmosphère. Un talent de scénographie qui lui permettait de photographier pour des marques de mode tout en s’émancipant des contraintes commerciale dictées par la publicité. Comme l’expliquent les curateur·ices de l’exposition, son style est reconnaissable dès ses premières œuvres datant des années 1970, avec des teintes sépia qui colorent ses images en noir et blanc, et elle utilise la surexposition et une mise au point douce qui voilent ses sujets. Photocollage rassemble pour la première fois des images de ses séries les plus importantes, dont Bathhouse (1975), École des Beaux-Arts (1977), Unseen Versailles (1982) et Studio St. Petersburg (1995-96). Elle s’articule autour de cinq thèmes : « Le début », « Révélations », « Architecture du passé », « Autres maisons » et « Fictions ». Un parcours inédit et immersif, nous plongeant dans l’univers d’une grande innovatrice du 8e art.

© Deborah Turbeville

S’affirmer en tant que femme photographe

Deborah Turbeville a, à sa façon, contribué à briser les normes qui entouraient la représentations féminine dans l’art. Ses héroïnes s’émancipent des clichés romanesques qui voudraient que les femmes se cantonnent à un rôle de muse, d’objet ou de créature fragile. Au contraire, dans ses mises en scène, elles habitent un univers dense, aux atmosphères inquiétantes, enveloppées de mystère. Au cœur de son travail, des figures posent au sein d’espaces publics, à l’intérieur de bâtiments majestueux, ou bien elles errent dans des paysages hivernaux désolés. Les images évoquent la rêverie ou un monde désormais révolu.

Quelque peu isolée dans un champ artistique dominé par les hommes, Turbeville entreprend un parcours très différent de celui de ses collègues : les femmes de ses photographies dévoilent leur univers intérieur et souvent, elles ne sont pas des mannequins professionnels (même si, époque oblige, il s’agit dans une large majorité de personnes blanches et minces). Alors que les magazines de mode glorifient une féminité ultra sexualisée, Turbeville préfère un registre plus poétique, subtil, laissant entrevoir des personnages perdus dans leurs pensées. Si aujourd’hui, cette lasciveté et cette forme de passivité paraissent un peu passées, véhiculant d’autres clichés sur la condition féminine, la photographe a néanmoins tenté de complexifier la relation entre les femmes et le médium, de leur frayer un chemin dans les représentations et de s’affirmer en tant que femme photographe dans un contexte profondément misogyne. L’artiste avait à cœur de voir au-delà de l’apparence de ses modèles : « Je rentre dans le monde privé d’une femme, là où vous n’allez jamais », a-t-elle déclaré un jour.

© Deborah Turbeville
Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill