Donner du sens à l’insensé

05 novembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Donner du sens à l’insensé

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Mohanad Shuraideh, alias Vertigo Artography réalise des collages surréalistes, influencé par l’art et la confusion de notre monde. Une collection délirante.

 « Décalée, amusante, kitsch, avant-gardiste, sinistre tout en étant comique »,

c’est ainsi que Mohanad Shuraideh décrit son approche du médium photographique. Cet artiste originaire de Jordanie a commencé sa carrière dans la publicité, en tant que directeur artistique, avant de créer son propre studio, Vertigo Artography, en 2016. « Dans mon ancien travail, je réalisais de nombreuses illustrations, et le processus créatif me plaisait énormément. J’adorais mélanger des designs, des textures et même des médiums différents, en utilisant à la fois la photographie argentique et numérique », explique-t-il.

À travers ses compositions pop, l’auteur cherche à « exprimer des émotions complexes et conflictuelles, et à accéder à une certaine harmonie ». Fasciné par l’humour noir, il expérimente sans cesse de nouvelles manières d’interpréter les tendances sociales. Une collection de collages surréalistes mêlant icônes du cinéma, images historiques et mises en scène absurdes.

Une vision délirante de notre époque

Influencé par le vintage, Mohanad Shuraideh incorpore dans son travail des images emblématiques d’une époque passée. « J’aime son extraversion, ses couleurs vives et ses histoires – elles évoquent à la fois la nostalgie et la naïveté », précise-t-il. Pour l’artiste, nous vivons dans un monde où l’absurde est devenu synonyme de normalité. Une dichotomie que l’on retrouve dans les arts de tout temps. « Le nouveau réalisme français essayait par exemple d’imaginer des moyens d’expression avant-gardistes. Moi ? Je suis plus attiré par la pop culture, les paysages déconstruits, l’espace et l’environnement », confie le photographe. Dans un joyeux désordre, ses collages réunissent passé et présent, emblèmes anciens et récits futuristes.

Une cacophonie colorée illustrant, d’après lui, « la confusion de notre époque ». Une œuvre puisant son inspiration dans les créations dada, elles aussi, jadis, réalisées en réponse à un monde que les artistes n’arrivaient pas à saisir. Monstrueuses, fabuleuses, ou tout simplement drôles les illustrations de Mohanad Shuradeih délaissent le réalisme au profit d’une vision délirante de notre société. Un avion militaire menaçant lançant sur une ville des likes Instagram aux allures de bombes, ou une main enfantine se servant une part de gâteau transformé en falaise… Doit-on voir, dans ses créations, une simple plaisanterie ? Ou l’artiste évoque-t-il, à travers ses images énigmatiques le culte de l’apparence et les enjeux environnementaux ? « Je souhaite que mes images incitent à la réflexion, tout en restant belles et légères », répond simplement l’artiste. Une belle manière de donner du sens à l’insensé.

© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography
© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography
© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography
© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography© Mohanad Shuradeih / Vertigo Artography

© Mohanad Shuradeih, alias Vertigo Artography

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet