Dreamscapes : les doubles errances de Dora Kontha

27 janvier 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Dreamscapes : les doubles errances de Dora Kontha
57°12’29.3”N 6°10’39.2”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
63°58’54.4”N 19°04’05.6”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery

Publié aux éditions 89books, Dreamscapes nous plonge dans des paysages captivants et interroge les émotions que l’on peut éprouver pour la nature. Après avoir immortalisé ses pérégrinations dans le monde entier, la photographe et designeuse danoise Dora Kontha fusionne réalité et imaginaire à l’aide d’un processus créatif expérimental envoutant. Un voyage introspectif unique qui nous berce entre des coordonnées géographiques de paysages réels et des représentations d’un univers fantasmagorique. Entretien

Fisheye : Quand as-tu commencé à capturer ton environnement ?

Dora Kontha : Il y a plusieurs années, je suis tombée par hasard sur le vieil appareil photo Praktica de ma grand-mère. Son design classique, le processus de développement du film, l’excitation de voir un négatif fraîchement développé et l’aspect sentimental des clichés m’ont fascinée. Ce boitier est devenu mon compagnon de tous les instants, m’accompagnant partout où je documente mon environnement et mes voyages. 

Pour une raison inconnue, j’ai toujours été attirée par les paysages éloignés et dramatiques, de sorte qu’une partie de mon travail se concentre sur les espaces sauvages et sur la forme d’une nature irréelle. L’expérimentation a également joué un rôle et j’ai lentement commencé à développer des séries sur les paysages intérieurs.

Comment définirais-tu ton approche du médium?

Je m’intéresse beaucoup à la façon dont les souvenirs et les sentiments personnels sont associés à différents lieux physiques. Mon principal but est de trouver le point de rencontre entre le subjectif et l’objectif, le réel et l’irréel, l’imaginable et le tangible, et la manière dont ils s’influencent mutuellement. La recherche de la frontière entre le rationnel et l’irrationnel est un instant clé de mon travail, où il est difficile de distinguer la réalité du rêve. Des objets concrets et des moments précis commencent à fusionner avec des couleurs inattendues, des formes floues, des souvenirs lointains et des sentiments doux. Les associations d’images explorent l’importance des expériences émotionnelles, la relation de l’individu à la réalité et l’influence de la mémoire subjective sur le monde physique.

64°03’32.2”N 16°10’27.1”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
62°12’23.5”N 7°14’32.1”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery

Justement, dans ton ouvrage intitulé Dreamscapes, tu associes des paysages à des photographies expérimentales. Peux-tu nous en dire davantage ?

Mon livre présente un voyage intérieur et extérieur à travers des photographies soigneusement sélectionnées. Elles trouvent leur origine dans l’évasion, le sentiment de liberté, la nostalgie d’endroits illusoires et l’impatience de découvrir des paysages d’un autre monde et sont remplies de souvenirs personnels, de sensations et d’émotions qui appartiennent à différents lieux. À travers ce travail, mon objectif était d’unifier les paysages intérieurs et extérieurs en créant une expérience de perception cohérente.

Quel est le processus créatif qui se cache derrière ce projet ?

Les photos de paysages sont prises lors de voyages dans différentes parties du monde avec mon appareil photo 35 mm. C’est dans la nature que je puise l’essentiel de mon inspiration. Je suis particulièrement attiré par les endroits isolés et j’ai toujours aimé capturer des environnements sans humains ni infrastructures. Je m’attache à saisir l’authenticité de ces lieux, en mettant en valeur leur beauté naturelle et non filtrée.

Puis, j’utilise mes films négatifs comme des toiles pour créer des univers imaginaires, où les souvenirs personnels, les sentiments et les paysages réels se confondent. Pour y parvenir, je travaille avec des procédés alternatifs et des techniques expérimentales, et je m’intéresse aussi beaucoup au médium sans caméra. Mon processus est plutôt lent et consiste en de nombreux échecs.

Qu’apprécies-tu dans la photographie expérimentale ?

J’aime à penser que les possibilités sont infinies, et l’expérimentation est exactement cela. Les sentiments peuvent être exprimés de tant de façons. J’essaye des choses et des combinaisons jusqu’à ce que j’atteigne le résultat visuel que je me suis fixé. Les surprises et les erreurs rendent l’exercice encore plus excitant et inspirant.

© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
46°54’55.2”N 10°55’04.1”E © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
62°05’15.2”N 7°23’25.9”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery

Quels sont les paysages qui te marquent le plus lors de tes pérégrinations ? 

Je suis très influencé par les paysages nordiques, les montagnes, les volcans, les glaciers et la diversité générale du monde et de la nature. Toutes ces impulsions se retrouvent dans mes photos. D’ailleurs, mes voyages impliquent souvent des défis tels que des randonnées physiquement exigeantes, des conditions météorologiques extrêmes ou des animaux dangereux, mais pour une raison ou une autre, ces situations deviennent les souvenirs les plus remarquables pour lesquels je me sens si reconnaissante. Ce qui me touche également, c’est de voir des animaux sauvages dans leur habitat naturel. L’année dernière, j’ai visité l’Australie pour la première fois et, outre les paysages absolument incroyables, percevoir des koalas, des kangourous et des wombats dans la nature m’a profondément émue.

Peux-tu nous présenter ta paire de paysages préférée ? 

Il s’agit de cette montagne des Highlands écossais avec sa forme symétrique et son atmosphère mystique. Elle était majestueuse et semblait presque irréelle. Les conditions météorologiques changeaient rapidement et soudainement, les nuages et l’orage à venir lui ont donné un aspect dramatique avec une tonalité violette. Le paysage intérieur qui en résulte correspond exactement à ce que j’avais en tête en termes de couleurs, de formes et d’ambiance avant de commencer à travailler dessus. La façon dont il a évolué et dont les deux photographies se complètent représente pour moi l’unité.

57°16’53.1”N 6°11’11.0”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
63°40’31.6”N 19°29’26.0”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
© Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
57°12’29.3”N 6°10’39.2”W © Courtesy of Dora Kontha and TOBE Gallery
À lire aussi
« FROZEN LIGHTS » : manifeste pour la protection des écosystèmes de montagne
« FROZEN LIGHTS » : manifeste pour la protection des écosystèmes de montagne
Du 5 au 25 février au Forum Paracelsus de St Moritz, la galerie suisse Bildhalle présente FROZEN LIGHTS, une exposition méditative et…
03 février 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
The Pigment Change : les recherches photographiques d’Almudena Romero 
© Almudena Romero
The Pigment Change : les recherches photographiques d’Almudena Romero 
The Pigment Change, fascinant livre d’Almudena Romero publié par Fisheye Éditions, dévoile les expériences engagées de l’artiste…
17 octobre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Empathie, limules et changement climatique : dans la photothèque d’Alice Pallot
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ? © Alice Pallot
Empathie, limules et changement climatique : dans la photothèque d’Alice Pallot
Aujourd’hui, Alice Pallot nous ouvre les portes de son imaginaire aussi engagé que poétique. À travers ses inspirations et ses…
24 janvier 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Explorez
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d'espoir
© Dana Tentea / Courtesy of Galerie Triangle
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d’espoir
Du 1er au 14 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Galerie Triangle consacre une exposition à la cause environnementale, et...
28 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
© Myrto Papadopoulos
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
Jusqu’au 3 novembre, l’Abbaye de l’Épau présente Dans les herbes hautes, une série d’expositions contemplatives qui ont lieu dans son...
27 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin