Fawaz Oyedeji et Meseret Argaw obtiennent la bourse Daniele Tamagni !

10 décembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fawaz Oyedeji et Meseret Argaw obtiennent la bourse Daniele Tamagni !

Pour sa seconde édition, la bourse Daniele Tamagni a récompensé deux photographes : Fawaz Oyedeji et Meseret Argaw dont les travaux illustrent tant des questionnements intimes que des enjeux sociétaux.

Initié en 2019, la bourse Daniele Tamagni entend soutenir les photographes émergents souhaitant documenter le continent africain et sa diaspora. Une initiative populaire auprès des jeunes auteurs, puisque cette seconde édition a compté une centaine de candidatures, venues de 25 pays différents. Parmi les différentes propositions – marquées par un enthousiasme et une diversité remarquables – les membres du jury (composé notamment d’Aïda Muluneh, fondatrice d’Addid Foto Fest, de Chiara Bardelli Nonino, éditrice photo de Vogue Italie, et de Benoît Baume, directeur de Fisheye Magazine) ont distingué deux projets : ceux de Fawaz Oyedeji et Meseret Argaw. Deux photographes dont la qualité des travaux a poussé le comité à désigner, cette année, un duo de lauréats. « Ils viennent de parcours différents, tant sur le plan personnel que photographique, et leur manière de travailler le récit nous a poussé à les récompenser tous les deux. Le langage métaphorique et conceptuel de Mesert, ainsi que la capacité de Fawaz a imaginer des histoires photojournalistiques aussi fortes à un aussi jeune âge nous ont impressionnés », ajoute le comité. Leur récompense ? L’inscription au Photojournalism and Documentary Photography Programme de l’École Market Photo Workshop de Johannesburg, une bourse d’études d’un an, et l’opportunité de créer un nouveau projet, qui sera ensuite exposé en Europe.

© Meseret Argaw© Fawaz Oyedeji

© à g. Meseret Argaw, à d. Fawaz Oyedeji

Pour raconter, pour témoigner

Née en 1989 à Addis-Ababa, Meseret Argaw explore, à travers son projet Untitled un traumatisme issu de son enfance, et son impact sur la personne qu’elle est devenue. Dans un univers sombre, aux nuances picturales, elle décline différents portraits, imagine des silhouettes étranges, rendues anonymes par différents accessoires, pour construire un récit allégorique, où la douleur est suggérée. « Si j’ai débuté ce projet en pensant mener ma propre bataille, j’ai fini par réaliser qu’à travers ma propre expérience, je racontais l’histoire de femmes qui, chaque jour, arpentent le même chemin que moi », déclare-t-elle.

Photographe autodidacte né en 1997, Fawaz Oyedeji capture quant à lui la conscience politique au sein de groupes sociaux. Dans Yours in Arms, il suit les élèves officiers d’une institution paramilitaire établie au sein de la deuxième République du Nigeria pour populariser la culture militaire auprès des jeunes. Lui-même ancien membre de l’organisation, le photographe s’en est éloigné par souci idéologique, et s’applique aujourd’hui à l’étudier avec attention.

Tous deux inspirés par leur propre parcours, les lauréats de la bourse Daniele Tamagni donnent à voir différentes esthétiques, différentes approches d’un médium qu’ils utilisent pour raconter, pour témoigner. Une belle manière de rappeler la capacité du médium à documenter le réel, mais aussi à le transcender.

© Fawaz Oyedeji

© Fawaz Oyedeji

© Fawaz Oyedeji

© Meseret Argaw© Meseret Argaw

© Meseret Argaw

Image d’ouverture : © Meseret Argaw

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine