Feræ : Aurélie Scouarnec et sa faune sauv(et)age

23 novembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Feræ : Aurélie Scouarnec et sa faune sauv(et)age
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec

C’est le glapissement d’un renardeau ou le cri d’une corneille qui a dû alerter les passant·es sur la route, près du bosquet, dans la forêt. C’est par ces mêmes passant·es qu’ils ont été confiés au centre de soins pour animaux sauvages Faune Alfort. Arrivés sur place en souffrance – pelage écorché, ailes brisées, pattes abîmées –, ils y ont trouvé refuge, délaissant leur terrier ou leur ciel infini pour des couvertures, des mains d’hommes et des voilages protecteurs. C’est ici, entre la tendresse du personnel soignant et la détresse de la faune sauvage, qu’Aurélie Scouarnec a posé son regard pour composer Feræ.

Si ce projet photographique a commencé en 2020, quelques mois après la découverte de l’association animant ce centre, la fascination de la photographe pour les animaux est bien antérieure. « Petite, mon père m’emmenait souvent avec lui faire des affûts pour photographier les animaux sauvages. Il fallait faire attention au sens du vent, se camoufler, se poster au bon endroit, puis attendre parfois longtemps, avec le corps qui s’engourdit, pour avoir la chance de voir passer un animal tout près. Il m’a transmis sa fascination et son respect pour la faune sauvage, m’apprenant au passage à en identifier beaucoup – ce que peu de gens savent faire. Cette ignorance les empêche de les voir. Se mêle à cela une conscience aiguë de leur vulnérabilité face à l’emprise humaine ; une chose qui me bouleverse et m’est difficilement supportable. La disparition des espèces est quelque chose dont j’ai pris conscience très tôt », avoue-t-elle. Réalisé en partenariat avec l’École nationale vétérinaire d’Al- fort (Enva), le Centre de soins, d’élevage, de réhabilitation de la faune sauvage (CSERFS) de Mandres-les-Roses et l’association des Rémiges noires à Chennevières-sur-Marne, Feræ (du latin « animal sauvage ») témoigne de l’extinction progressive des espèces et de l’effort pour les sauvegarder.

Se joue alors une valse sourde entre les bras qui dispensent les ablutions et les muscles des bêtes qui se débattent par méfiance envers l’homme. Renards, chouettes, cygnes, buses… Ils sont tous là, abîmés et captifs, passagers d’une maison qui les accueille, impatients de retrouver l’horizon de leur liberté. Cette série poignante est rassemblée en un très bel ouvrage publié aux éditions Rue du Bouquet, où le blanc des plumages et la douceur des pelages contrastent avec l’obscurité d’un profond désarroi. Ce traitement particulier de la lumière révèle en douce la précarité de ces structures. En côtoyant celles et ceux qui s’occupent des animaux, Aurélie Scouarnec a pris conscience de la fragilité des associations, qui manquent de soutien financier et dont le personnel s’épuise devant l’afflux d’animaux blessés.

Parallèlement à ce constat, l’artiste élucide certains mystères du monde animal, découvrant les caractéristiques insoupçonnées de plusieurs espèces. Avec en prime des moments de grâce : « J’aime cette image du “Cygne avant le bain”. Le grand évier vient d’être rempli pour le bain quotidien de ce cygne tuberculé. Sa patte blessée ne lui permet pas de supporter le poids de son corps. L’immobilisation d’un cygne se fait en glissant sa tête sous son aile, le temps de le porter jusqu’à l’eau. La bénévole le soulève, le prend dans ses bras et l’enserre solidement contre son buste. Un corps-à-corps impressionnant dont je parviens à saisir une image, juste une. Une vision que je garderai longtemps en moi », confie-t-elle. L’animal sauvage s’est dérobé derrière le soutien de l’humain qui l’accompagne dans son rétablissement. Demain peut- être, avec un peu de patience, il s’élancera à nouveau, caressant de ses grandes ailes blanches l’eau et le vent, comme le symbole d’une paix retrouvée.

Cet article est à retrouver dans Fisheye #62, disponible ici.

© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
© Aurélie Scouarnec
À lire aussi
Francesca Todde : « A Sensitive Education »
Francesca Todde : « A Sensitive Education »
Dans A Sensitive Education, la photographe italienne Francesca Todde met en lumière les relations sensibles entre oiseaux et humains, et…
01 octobre 2020   •  
Écrit par Eric Karsenty
Gangs de chats
Gangs de chats
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Nikita Teryoshin a conçu Backyard Diaries, un zine…
18 novembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fisheye #62 : du Songe à la réalité
© Étienne Francey
Fisheye #62 : du Songe à la réalité
Le dernier numéro de Fisheye est disponible dans les kiosques et sur le store ! Entre rêverie et actualité, Fisheye #62 donne à voir des…
03 novembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill