Focus : Retour sur les épisodes qui ont marqué la rédaction (3/3)

23 août 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus : Retour sur les épisodes qui ont marqué la rédaction (3/3)
© Ward Long

Créé il y a un an par les équipes de Fisheye, Focus est un format vidéo innovant qui permet de découvrir une série photo en étant guidé·e par la parole de leur auteurice. Cette narration originale à travers une mosaïque d’images et un habillage sonore nous entraîne dans un parcours immersif aussi sensible que stimulant.

© Ulrich Lebeuf

Ulrich Lebeuf
Coup de cœur de Florence Legrand

Témoigner d’événements dramatiques familiaux auxquels il n’a pas assisté, mais qui lui ont été souvent narrés par sa mère lorsqu’il était petit. Illustrer des corps et des visages qu’il n’a pas connu et qui d’ailleurs, n’existent plus. Bref, faire revivre des « fantômes de famille » pour faire parler les vivants. Fruit d’une longue réflexion et d’un processus d’écriture visuelle recherché, le projet du photoreporter Ulrich Lebeuf n’avait rien d’évident. Pourtant, le rendu de Spettri di Famiglia, récit autofictionnel en noir et blanc, est aussi saisissant qu’émouvant. «J’ai été obligé de fabriquer des images qui collent à mes émotions, à mes souvenirs d’enfance», confie l’artiste dans ce Focus #42. C’est avec sa mère, à Naples, «lieu du drame», qu’il «questionne la mémoire de ce territoire où il s’est passé quelque chose de dur». Entre photos rescapées du passé, laissées brutes ou retravaillées, et clichés réalisés en Italie, cette série met aussi en lumière l’une des fonctions phares de la photographie : ouvrir le dialogue et évacuer les non-dits.

© Esther Gabrielle Kersley

Esther Gabrielle Kersley
Coup de cœur de Julia Von Dorpp

Les théories du complot et la 5G sont au cœur de la série The Fifth Generation composée par Esther Gabrielle Kersley, qui a construit son travail en assemblant textes et images issues de différentes sources. Familière de fake news qu’elle contribue à déconstruire dans ses activités professionnelles de factchecking, ses montages associent ses images à celles d’internet, ainsi qu’à des échanges puisés dans les réseaux sociaux : Facebook, Instagram, YouTube et Twitter. « Le but de mon travail est d’inviter les spectateurs à réfléchir, plutôt que de fournir des réponses, explique l’artiste. J’aime le fait que la photographie laisse place à l’ambiguïté, au doute et à la nuance. Le monde est compliqué. Aucun récit unique ne peut l’expliquer entièrement. »

© Camille Gharbi

Camille Gharbi
Coup de cœur d’Éric Karsenty

Sensible aux problématiques sociales et architecte de formation, Camille Gharbi s’est intéressée aux violences au sein du couple et aux féminicides conjugaux. Elle a choisi pour représenter cette question un dispositif minimaliste dont l’impact est d’autant plus fort. Délaissant les images choc qui « anesthésient un peu la pensée », la photographe s’est focalisée sur les armes de crimes et les objets, « leur silence, leur banalité qui peuvent être un moyen détourné d’attirer l’attention sur la banalité de ces crimes ». Aux images à l’esthétique documentaire, elle associe une légende factuelle qui recense le prénom et l’âge de la victime, ainsi que les date et lieu du crime. « La compréhension du sujet se fait dans l’aller-retour entre le texte et l’image, explique l’artiste. Parce que cela oblige la personne qui regarde à faire un effort d’imagination. »

© Ward Long

Ward Long
Coup de cœur de Lou Tsatsas

Une maison délabrée remplie d’accessoires et d’outils insolites, d’expérimentations artistiques et de créations éphémères. Cinq colocataires toutes plus passionnantes les unes que les autres. Un soleil californien qui réchauffe les pièces et illumine les peintures sur les murs… C’est une histoire ordinaire que nous conte Ward Long, dans Summer Sublet : celle d’une rencontre avec des étrangères qui nous marque profondément et change le regard que l’on pose sur les autres. D’un été qui se prolonge en écho mélancolique au fil du temps. Doué d’une sensibilité remarquable, la photographe parvient en images comme en mots à convoquer cette douce nostalgie que l’on ne connait que trop bien. Celle que l’on associe à de doux souvenirs qui viennent attendrir un présent plus froid. Une plongée douce-amère dans un récit étrangement familier.

© Esther Gabrielle Kersley
© Ward Long
© Camille Gharbi
© Ulrich Lebeuf
À lire aussi
Camille Gharbi, lauréate des FIDAL Youth Photography Awards 2018
Camille Gharbi, lauréate des FIDAL Youth Photography Awards 2018
Lancée le 12 septembre, la quatrième édition des FIDAL Youth Photography Awards, issus du mécénat culturel du cabinet d’avocats…
24 décembre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
5G et théories du complot : Esther Gabrielle Kersley brouille les signaux
5G et théories du complot : Esther Gabrielle Kersley brouille les signaux
Installée à Londres, Esther Gabrielle Kersley a fait des théories du complot son sujet de prédilection. Dans The Fifth Generation, la…
13 mai 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ulrich Lebeuf se confronte à ses spectres familiaux
Ulrich Lebeuf se confronte à ses spectres familiaux
Toute cette histoire part d’une tragédie, ou plutôt d’une succession de drames. Une jeune fille à la merci de la violence de son oncle…
18 janvier 2023   •  
Écrit par Pablo Patarin
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill