Guerlain : entretien avec Charlotte Rampling, actrice, mannequin et photographe

04 octobre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Guerlain : entretien avec Charlotte Rampling, actrice, mannequin et photographe

Le cycle de conférences dédié aux femmes photographes, lancé par Guerlain le 15 avril dernier a laissé la parole à l’une des modèles de l’exposition : Charlotte Rampling. (Re)découvrez le témoignage de l’actrice en replay, sur le site de la maison !

Tous les ans, la Maison Guerlain organise une exposition dédiée à la photographie. Cette année, elle a choisi de mettre en valeur le female gaze, en exposant quatorze portraits réalisés par autant d’artistes féminines, dans l’exposition intitulée Femmes en regard. Un ensemble d’images révélant la diversité de ces autrices à la renommée internationale. En parallèle de l’accrochage, Guerlain a lancé un cycle de conférences en avril 2021, animé par Anaïs Viand, rédactrice en chef web de Fisheye. Après s’être entretenue avec quelques-unes des photographes exposées – Valérie Belin, Charlotte Abramow, Marie Rouge, Françoise Huguier et Christine Spengler, elle a échangé, le 10 juin, avec la modèle de Bettina Rheims : l’actrice Charlotte Rampling.

Née en 1946 au Royaume-Uni, Charlotte Rampling a déménagé en France à huit ans. En 1965, elle fait ses premiers pas à l’écran, dans Le Knack… et comment l’avoir. Elle enchaîne ensuite les longs métrages avec les plus grands réalisateurs, comme les shootings photo avec des photographes de renom. Photographe également, son expérience d’un côté et de l’autre de l’objectif lui apporte une sensibilité particulière, qu’elle cultive avec le plus grand raffinement. « Se donner à un photographe, et avoir des résultats qui correspondent à son propre regard, c’est une question d’attitude, de volonté. S’il n’y a pas de libre-échange, ça ne fonctionne pas », confie-t-elle, au cours de la conférence, avant de poursuivre : « Je n’ai jamais vu le but d’un shooting si l’on n’est pas en osmose avec le photographe. C’est lui qui vous éclaire, qui va chercher la lumière – c’est à lui de la trouver en vous ».

Jacques-Henri Lartigue, Juergen Teller, Helmut Newton, Jeanloup Sieff… Muses de nombreux créateurs, Charlotte Rampling cultive un charme énigmatique, et apprend à développer son propre regard. « Jacques-Henri Lartigue m’a notamment appris qu’il faut être totalement spontané, garder l’instinct profond – c’est lui qui va faire que l’on veut prendre la photo », précise-t-elle. Un conseil qu’elle suit lors de ses propres réalisations, et qui la conduit à exposer, en 2021 à la MEP, ses propres tirages familiaux. « Je ne me considère pas comme une photographe professionnelle, je n’ai pas dédié ma vie à la photo. C’est une chose à travers laquelle j’aime m’exprimer, mais je respecte trop le 8e art et les grands photographes qui en font leur vie », ajoute-t-elle humblement. Un échange passionnant à (re)voir dès maintenant.

 

Accessibles à tous, les replays des conférences sont diffusés sur le site de Guerlain. Pour revoir l’entretien avec Charlotte Rampling, c’est par ici !

 

 

Charlotte Rampling © Bettina Rheims

Charlotte Rampling © Bettina Rheims

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet