Jeanne Grouet et Sajede Sharifi : pour l’espoir de passer de la nuit au jour

09 août 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Jeanne Grouet et Sajede Sharifi : pour l'espoir de passer de la nuit au jour
© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi

Le Laser vert est un livre auto-édité qui a donné naissance à un film mêlant photographie et prose. Leurs autrices, Jeanne Grouet et Sajede Sharifi, y dévoilent, avec force et poésie, comment les femmes iraniennes résistent à la censure, à la répression et à l’autorité du gouvernement de la République islamique.

« Pendant de nombreuses années, l’Iran était dans la nuit. Il n’y avait aucun espoir. (…) Mais le Yalda [la nuit la plus longue de l’année, NDLR] de 2022 fut différent. Des quatre coins du pays, nous sommes descendu·es dans la rue, avec le slogan “Femmes, vie, liberté”. L’unité est devenue notre secret pour combattre cette longue obscurité. Elle nous a redonné l’espoir d’atteindre le jour et la lumière, dans un pays libre, où l’égalité et la prospérité pouvaient nous rendre les rêves oubliés pendant cette longue nuit d’une quarantaine d’années. » Sur ces mots de Sajede Sharifi s’achève Le Laser vert, récit d’un embrasement sociétal qui aura gagné tous les âges, toutes les classes sociales et la majorité des villes iraniennes. L’année 2022 restera celle d’un mouvement de protestation inédit, qui a éclaté après la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police des mœurs. Dans cette lignée, à mesure que la colère s’exprime, le pouvoir réprime. Pourtant, à l’abri des regards, la résistance s’organise.

Artiste et commissaire d’exposition franco-iranienne, Sajede Sharifi est à l’origine d’un travail en duo avec sa grande amie, la Française Jeanne Grouet, rencontrée à l’École Nationale Supérieure de Photographie (ENSP) il y a plus de dix ans. Le Laser vert mêle désobéissance civile, résistance publique et privée à l’autorité, à la censure et à la répression du gouvernement de la République islamique. Les images d’intimité y côtoient des photographies de manifestation, avec une grande fluidité. À partir de ces clichés, les deux artistes ont également réalisé un court-métrage, dans lequel la narration est accompagnée des mouvements de la ville de Téhéran, des bruits de foule lors des contestations, des voix des Iraniennes clamant le slogan de la révolution, et d’un hymne de révolte de Shervin Hajipour. Partageant une écriture et une sensibilité communes, elles dévoilent une œuvre engagée, marquée par une puissante colère, et porteuse d’espoir pour l’avenir.

© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi
© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi

« Femmes, vie, liberté »

En Iran, depuis plus de quarante ans, la plupart des individus est habituée à mener une double vie, d’une manière radicale. « Avant, nous pouvions voyager, et nous avions un mode de vie assez occidental, même si la censure existait, explique Sajede Sharifi. Puis il y a eu ce choc de la révolution islamique, et tout à coup la vie des Iranien·nes fut bouleversée. Ma grand-mère, au moment de la révolution, ne savait plus comment s’habiller, changer ses habitudes était devenu trop difficile. Plusieurs générations ont vécu cela. Nous, à 40 ans, nous portons la culture de nos parents : on danse, on boit, on ne porte pas de voile. Mais on nous apprend, dans le même temps, le mur entre ce que nous pouvons faire à l’intérieur, et ce que nous devons faire à l’école et dans l’espace public. »  Sajede Sharifi est à l’origine d’un lieu culturel qui n’existe plus, un espace de création, d’exposition, de rencontres entre artistes du monde entier et de résidence. Il a dû fermer ses portes, car il était considéré comme trop ouvert sur l’international par le régime. En 2019, Jeanne Grouet a été invitée à y mener une résidence d’un mois, lors de laquelle elle a découvert la vie underground et la distinction entre espace public et privé en Iran. Depuis, un élan commun pour dévoiler l’existence souterraine du pays – et amener dans la rue la liberté qui l’anime – les porte l’une et l’autre.

Les images de Sajede Sharifi, capturées de septembre 2022 à février dernier, côtoient celles de Jeanne Grouet, prises lors de son séjour. Si toutes deux interrogent le statut des femmes par rapport à leur environnement, Jeanne Grouet explore en particulier la notion de frontières – géographiques et symboliques – pour révéler l’invisibilité des liens du champ de l’intime. Ses images, elle les capture généralement entre quatre murs, dans des moments de liberté partagés entre proches. Sajede Sharifi, elle, observe les mouvements possibles des femmes en Iran, s’aventure dans les manifestations et photographie la résistance au cœur de la vie extérieure. « Les images de manifestations sont prises de manière cachée, à la hâte, dans un temps tendu. Les photos posées sont prises à l’argentique, dans un temps doux et détendu, libre », décrit Jeanne Grouet. « Ces images réalisées antérieurement ne me semblent prendre vraiment leur sens que maintenant, une fois associées et placées côte à côte avec celles de Sajede. Comme s’il leur manquait quelque chose avant », confie-t-elle.

« Chaque nuit, les gens écrivent des slogans, et chaque matin, les forces les effacent. Ce cycle devient l’une des principales coutumes du mouvement », raconte le récit des deux autrices. Dans une logique de censure et d’étouffement semblable, les règles établies par le régime interdisent les rassemblements de plus de deux personnes dans les rues. Pourtant, le slogan « Femmes, vie, liberté » continue à résonner dans les rues de la ville, à orner les corps et les mains des femmes, à recouvrir les murs et certaines pierres tombales. En particulier, le mouvement s’attaque à la racine même du régime islamique : le voile obligatoire, devenu pour les révolté·es le symbole même de l’oppression et de la soumission à un régime injuste. Jouant avec les esthétiques et les façons de représenter, l’une et l’autre passent de l’expérimentation à la photographie sociale, de la démarche journalistique à l’abstraction. De cet ensemble contrasté, une vision lumineuse se dégage, celle d’un présent foisonnant, fait de désirs et d’une rage insatiable de liberté. 

© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi
© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi
© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi

© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi
© Jeanne Grouet et Sajede Sharifi

À lire aussi
Espace Vital : l’Iran sous le regard de 23 femmes photographes
Espace Vital : l’Iran sous le regard de 23 femmes photographes
Fondatrice de la première galerie dédiée à la photographie à Téhéran, Anahita Ghabaian Etehadieh signe un vaste recueil mettant en…
27 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Chroniques d’Iran : « fièvre religieuse, séparation des sexes et pression du régime »
Chroniques d’Iran : « fièvre religieuse, séparation des sexes et pression du régime »
Photographe poète et vagabond, c’est en Iran que Matthieu Chazal a réalisé ces Chroniques. Un recueil d’errances capturées en noir et…
02 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill