La pornographie vue par les photographes de Fisheye

15 novembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
La pornographie vue par les photographes de Fisheye
© Romy Alizée

Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne cessent de raconter, à travers l’image, les troubles de notre monde. À travers des prismes différents, des angles, des regards, des pratiques variées ils et elles se font les témoins d’une contemporanéité en constante évolution. Ce mois-ci, nous avons souhaité revenir sur une thématique qui prête souvent à débat : la pornographie, sujet parmi les plus tabous dans nos sociétés. Une manière pour les artistes publié·es sur fisheyemagazine.fr de faire intervenir les notions de regard, d’érotisme, de sexualité, de diversité sexuelle et d’identité de genre. Lumière sur trois d’entre elleux : Jo Broughton, Karlo Martinez et Romy Alizée.

© Karlo Martinez
© Karlo Martinez
© Jo Broughton
© Jo Broughton

Chaque société a sa manière de définir ce qui est pornographique et ce qui ne l’est pas. En Occident, si certain·es maintiennent depuis longtemps que les contenus pornographiques devraient être purement et simplement interdits à la diffusion, le débat se focalise aujourd’hui bien davantage sur la question de leur banalisation. En cause ? La prolifération d’images violentes, qui véhiculent des schémas stéréotypiques concernant les relations sexuelles, voire encouragent des actes dégradants, qui vont à l’encontre du consentement mutuel. Pour beaucoup, il ne s’agirait donc pas d’interdire la pornographie, mais de compléter la loi face à un système sexiste – voire pédocriminel. À une époque où les pouvoirs de l’image sont plus que jamais affirmés, investis, interrogés, décriés, la photographie n’est-elle pas un des moyens privilégiés pour déclencher un débat autour de ces questions ?

Alors qu’elle a 17 ans, Jo Broughton est amenée à travailler, un peu par hasard, dans un studio de films pornographiques. Le soir venu, elle s’amuse parfois à photographier les plateaux désertés : une manière judicieuse de montrer l’envers du décor, et ce à une époque où ce secteur était encore assez déconsidéré et invisibilisé. Empty Porn Sets offre un contraste radical avec l’industrie frénétique de la pornographie telle qu’elle est connue : ne restent que les traces des fantasmes – toujours reflets de désirs collectifs – et de l’acte sexuel lui-même, comme des paysages fantasmagoriques, bon marché, voire grossiers. Jo Broughton interroge ainsi avec pertinence la réalité fabriquée de l’expérience qu’est la pornographie dans son ensemble.

Fasciné par les magazines pornographiques gays, Karlo Martinez réalise l’improbable en faisant de l’art avec de l’architecture et du porno gay, à travers des collages. De manière particulièrement frontale, son travail répond à une tentative de briser, dans les mentalités, le lien fait traditionnellement entre sexualité et immoralité, et entre pornographie et saleté. Karlo Martinez érige ainsi des montages sulfureux à la composition graphique, où tout se joue dans le contraste entre le minimalisme, les lignes épurées, et l’activité sexuelle explicite.

À l’heure où de nombreux géants du X sont pointés du doigt pour des raisons éthiques, Romy Alizée, par ailleurs travailleuse du sexe, apporte dans le milieu la fraîcheur d’un regard féminin. Elle montre qu’il est possible d’aller vers des productions pornographiques plus respectueuses des êtres humains, et qui peuvent consister en des safe spaces pour les performeurs et les performeuses. Plus que la dimension explicite des images, l’artiste – dont le travail fait l’objet par ailleurs d’un épisode Focus – replace au centre des pratiques le respect de la volonté de chacun·e. Son œuvre offre une vision plus globale, fait d’une diversité de corps et de sexualités, mais met surtout en avant un univers et un regard queer lesbien.

© Romy Alizée

Karlo Martinez
À lire aussi
Contenu sensible
Focus #27 : Romy Alizée et son regard féministe sur la sexualité
Focus #27 : Romy Alizée et son regard féministe sur la sexualité
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Romy Alizée. Avec Things I imagined, la photographe française…
23 novembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Karlo Martinez : controverser pour exister
Karlo Martinez : controverser pour exister
Aux frontières du collage, de l’architecture et de la photographie, Karlo Martinez érige des montages sulfureux à la composition…
05 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Empty Porn Sets » ou la fabrique des fantasmes
« Empty Porn Sets » ou la fabrique des fantasmes
  Avec Empty Porn Sets, la photographe Jo Broughton lève le voile sur les coulisses des shooting pour adultes. Dans une mise en scène…
28 mai 2021   •  
Écrit par Julien Hory
Explorez
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot