La (re)naissance de Vénus

04 mars 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La (re)naissance de Vénus

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Qu’est-ce qu’un corps parfait ? En s’incrustant dans des œuvres d’art, la photographe mexicaine Carol Espíndola s’amuse à déconstruire nos idéaux.

Photographe, éducatrice, auteure d’essais littéraires inspirés par la culture contemporaine… Carol Espíndola ne cesse d’interroger la place de la femme dans notre monde, sa relation au corps, et les stéréotypes qu’elle doit combattre au quotidien. C’est en 2001 que l’artiste mexicaine découvre le 8e art. « J’ai très peu de photos de mon enfance. Lorsque mes filles sont nées, j’ai commencé à utiliser un boîtier pour documenter leur croissance », précise-t-elle. Rapidement remarquées, ses créations lui permettent de remporter un concours local. « Les critiques ont fusé : j’ai entendu des personnes dire que ces clichés devaient avoir été réalisés par mon mari », confie-t-elle.

Provocante et engagée, Carol Espíndola s’attache depuis à représenter le corps féminin vu par « le regard patriarcal qui nous gouverne ». Combattant la notion de beauté imposée par notre société, l’auteure souhaite montrer un corps dénué de toute connotation sexuelle. « Pour y parvenir, je repousse les limites du médium, et je déconstruis le terme « photographie », ajoute-t-elle. Je m’approprie des tableaux peints par des hommes en les modifiant suffisamment pour changer leur sens original – tout en conservant une dimension humoristique. »

© Carol Espíndola

La quête d’une silhouette parfaite

Nue, la photographe se livre et s’incruste dans les peintures des grands maîtres. Tour à tour, elle devient Vénus, Aphrodite, Ève, Phryné (célèbre courtisane grecque), ou encore Lady Godiva (dame anglo-saxonne du XIe siècle qui aurait traversé les rues de Coventry à cheval et dévêtue pour convaincre son époux de diminuer les impôts qu’il prélevait aux habitants, NDLR). Symbole de résilience, ces figures sont représentées dans l’art avec un « corps parfait ». « Lorsque j’ai commencé à construire La Atlántida, tout me paraissait insurmontable : je n’arrivais pas à me faire connaître en dehors de mon lieu de naissance – Tlaxcala, au Mexique – je ne remportais aucun succès en lecture de portfolio et j’avais pris du poids. En voyant mes filles grandir, j’ai pris conscience que mon propre corps vieillissait lui aussi. J’ai alors tourné l’objectif vers moi – il y a, dans la nudité, une certaine forme d’honnêteté. Cette série d’autoportraits me donne du pouvoir », raconte la photographe.

Amusante, La Atlántida prend la forme d’une quête : celle d’une silhouette parfaite. Inspirée par  l’Atlantide, cité mythique, et la notion d’utopie inventée par Thomas More, l’artiste compare la recherche d’un monde paradisiaque au désir des femmes de ressembler à un idéal inaccessible. Avec autodérision, Carol Espíndola efface des œuvres picturales ces corps autrefois jugés sublimes pour faire l’éloge de la libération. Pièce maîtresse de ces tableaux revisités, elle invite le spectateur à admirer ses propres formes – marquées par le temps, imparfaites, mais avant tout : glorieuses.

© Carol Espíndola

© Carol Espíndola

© Carol Espíndola© Carol Espíndola

© Carol Espíndola© Carol Espíndola

© Carol Espíndola

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 6 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina