La ville de Gianluca Mortarotti, entre abstraction et narration

01 septembre 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
La ville de Gianluca Mortarotti, entre abstraction et narration
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti

Gianluca Mortarotti nous emmène en balade. Son terrain de jeux ? L’espace urbain, coloré et en mouvement. Le photographe autodidacte saisit le quotidien ordinaire avec originalité et nous invite à observer les liens qui unissent un·e individu·e et son environnement.

« La photographie a toujours fait partie intégrante de ma vie. Mon père est photographe et, je me souviens qu’enfant, je me retrouvais à développer des tirages dans sa chambre noire ou à l’accompagner lors d’événements ou shootings photo », lance Gianluca Mortarotti. Malgré ces bases techniques, l’artiste italien, désormais installé à Londres, n’a pas étudié le 8e art, préférant l’architecture, l’ingénierie et le conseil dans le secteur de la construction. « Ce n’est qu’à la fin de la vingtaine que j’ai commencé à m’intéresser à la street photography, en lisant des ouvrages théoriques et historiques. Ma passion pour la photo est restée intacte. Durant mon temps libre et lors de mes voyages, j’ai perfectionné mes compétences en expérimentant différents styles, sujets et techniques. », précise-t-il. La présence, la patience et la flexibilité. Tels sont les maîtres mots de celui qui se laisse guider par son intuition et sa curiosité. La prise de vue ? Elle est pour lui une expérience profondément immersive : « Je me contente d’explorer la scène et de voir où elle me mène ». Ce processus n’est pas incompatible avec un temps de recherches en amont afin de saisir pleinement la culture et l’histoire d’un espace, mais Gianluca Mortarotti veille à entretenir le mystère. Son travail résonne particulièrement avec les propos de Diane Arbus, tenus en 1971 : « Une photographie est un secret sur un secret. Plus elle vous en dit, moins vous en savez« .

© Gianluca Mortarotti

Jouer avec les références

Qu’il arpente les rues de Paris, de Londres ou de Tokyo, l’artiste évite les clichés, tout en jouant avec les références. Ici, un écho aux œuvres d’Edward Hopper, Edgar Degas ou Édouard Manet. Là, un clin d’œil à Man Ray, Alvin Langdon Coburn, Edward Weston ou encore Florence Henri. « Impossible de ne pas citer ces photographes de la fin du 19e siècle, spécialistes de l’étude de l’espace et de la lumière. Leur capacité à distiller des scènes complexes en abstractions captivantes a certainement influencé ma sensibilité », explique l’auteur italien. Quant il s’agit d’authenticité et d’émotion, il évoque les travaux de Trent Parke, Daidō Moriyama, Harry Gruyaert ou Fan Ho. Pour compléter cette longue liste d’artistes inspirant·e·s, il évoque l’influence d’Ernst Haas, pour son approche unique de l’urbanisme. Il est vrai qu’il partage avec le photographe autrichien et américain une maîtrise du mouvement et de la couleur. « Les villes sont des tapisseries dynamiques où se mêlent l’ingéniosité humaine, la culture et les liens sociaux. Ma compréhension des principes architecturaux et des relations spatiales influence certainement la manière dont je cadre, compose mes photographies, et dont j’analyse les couches du tissu urbain », précise-t-il. Mystères, émotions… Ses images sont aussi empreintes d’une ambiguïté, qui saura attirer ou troubler la vision de chacun·e.

© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
© Gianluca Mortarotti
Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet