Le sport à l’honneur de la nouvelle édition du festival l’Œil urbain !

05 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Le sport à l'honneur de la nouvelle édition du festival l'Œil urbain !
Le siège de la Compagnie nationale d'assurance à Mossoul par l'architecte Irakien Rifat Chadirji. 2018 © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l'Œil urbain
Titus Nihi Kinimaka. Hawaiian surf legend. Plaque collodion 20 x 25 cm © Bernard Testemale / Courtesy of Festival l’Œil urbain
Mexico City. Jeux olympiques. Les athlètes américains manifestent contre la discrimination raciale en levant le poing. 1968. © Raymond Depardon / Magnum Photos / Courtesy of Festival L’Œil urbain

Du 6 avril au 11 mai prochain à Corbeil-Essonnes, l’Œil urbain revient pour une 12e édition. Fidèle à sa ligne éditoriale accordant une place forte à la photographique documentaire, ce rendez-vous francilien désormais incontournable interroge cette année le sport dans toutes ses dimensions.

Intitulée « La Flamme », la nouvelle édition à venir du festival l’Œil urbain convoque « le sport comme arme politique, écologique, de résistance, de résilience, d’engagement et de combat » – peut-on lire dans la présentation de l’évènement – en écho avec l’actualité française. Et qui de mieux que la légende Raymond Depardon pour constituer l’invité d’honneur de cette édition focalisée sur le sport, puisque le photographe reporter est à l’origine de nombreuses images gravées dans l’histoire de la discipline ? Entre autres, les visiteurices pourront parcourir des trésors d’archives du photographe, comme celle de l’athlète américain Bob Beamon, médaillé d’or du saut en longueur protestant contre la discrimination raciale aux États-Unis en serrant le poing à Mexico, en 1968 – reprise pour l’affiche du festival.

Suivant le rituel, chaque année, un·e artiste résident·e est convié·e à livrer sa vision de la commune accueillant le festival, puis le restitue à l’occasion d’une exposition dédiée. Cette fois, c’est le photographe Cyril Zannettacci, de l’Agence VU’, qui œuvrera à cette occasion. À travers de nombreux portraits des clubs associatifs de la ville, l’artiste mélange diverses personnalités du monde sportif avec le territoire urbain de Corbeil-Essonnes.

Documenter les mille facettes du sport

Grande particularité, l’Œil urbain accorde au genre documentaire toute la place qu’il mérite. Ce faisant, le festival s’inscrit dans une large interrogation sur le monde dans lequel nous vivons, en abordant notamment les thématiques de la migration, de la santé ou de l’écologie, dans une perspective sociale, mais aussi intime. Aux côtés des archives des Jeux Olympiques de Raymond Depardon, l’on pourra découvrir les œuvres de Bernard Testemale, qui immortalise la communauté hawaiienne du surf dans toute sa variété. Les visiteurices auront donc l’occasion d’en apprendre davantage sur cette pratique à l’histoire mouvementée – et dont la présence est aujourd’hui toujours controversée aux Jeux Olympiques.

Avec son projet Ludivine : figures imposées, figures libres, Nathalie Champagne, quant à elle, questionne le milieu sportif comme lieu où peuvent s’exercer des violences sexistes et sexuelles, mais rend également compte de la possibilité de résilience que celui-ci peut offrir. Elle s’intéresse plus particulièrement à la manière dont une athlète de roller artistique, Ludivine, vit sa dernière saison sportive. De nombreux·ses autres talents photographiques seront mis·es en avant par le festival, comme Laurence Kourcia, captivée par la jeunesse et le breakdance, ou Charles Tiefaine, qui raconte le bodybuilding après la fin de la guerre en territoire irakien. Une manifestation placée sous le signe de la flamme olympique, qui promet donc d’être passionnante, et qui n’est à rater sous aucun prétexte !

Portrait aux éclats de lumière, Rennes, 2022 © Nathalie Champagne / Courtesy of Festival l’Œil urbain
Des jeunes de Mossoul rentrent chez eux après une partie de Football, 2018. © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l’Œil urbain
Entraînement au Palais de Tokyo. Aniss, a fondé son crew pour vivre sa passion, donner des cours de breakdance aux enfants du quartier et organiser des battles. Il veut mettre en lumière les vecteurs de cohésion social et d’intégration que sont l’art et le sport. Paris, Ile-de-France, France. © Laurence Kourcia / Courtesy of Festival l’Œil urbain
SKATE BOARD 1950/60. © Bernard Testemale / Courtesy of Festival L’Œil urbain
À lire aussi
Vivre autrement, loin du consumérisme, Juliette Pavy à L'Œil Urbain
Vivre autrement, loin du consumérisme, Juliette Pavy à L’Œil Urbain
Entre recherche d’un bonheur pur et désir d’éloignement de la société de consommation, Juliette Pavy livre une vision fantasmagorique des…
10 avril 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
L'Œil urbain met à l'honneur la Grande-Bretagne
L’Œil urbain met à l’honneur la Grande-Bretagne
Au cœur de la septième édition du Festival l’Œil urbain ? Le Brexit et la Grande-Bretagne. Une thématique brûlante qui réunit une dizaine…
10 mai 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
L'œil urbain : une traversée indispensable
L’œil urbain : une traversée indispensable
Traversée. Voici le fil rouge de la 6ᵉédition 2018 du festival photographique L’œil urbain qui se tiend, jusqu’au 20 mai, dans plusieurs…
18 avril 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas