Les coups de cœur #321

28 décembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #321

Benjamin Filarski et Pauline Dupin, nos coups de cœur de la semaine, réalisent tous deux des œuvres engagées. Le premier s’intéresse à l’urbanisation de Phnom Penh, et la seconde au sujet de l’accouchement à la maison.

Benjamin Filarski

Diplômé d’une licence de sciences humaines et sociales, le photographe franco-polonais Benjamin Filarski a rejoint, en 2016, le studio Hans Lucas « qui [lui] a permis de [s]e lancer dans la profession ». Photojournaliste de formation, l’auteur développe aujourd’hui une approche plus documentaire, influencée par la dimension esthétique. C’est au cours d’un séjour au Cambodge, pour réaliser des commandes, qu’il débute Above the Hill. Une série capturant Phnom Penh, « une ville à deux vitesses ». « Au fil du temps passé sur place, il m’a semblé évident de raconter la transformation du pays, sans porter un quelconque jugement sur cette métamorphose intrinsèque au boom économique que connaît la capitale », confie-t-il. Dans son travail, s’opposent les immeubles vertigineux et les habitations rudimentaires, l’urbain et le rural. « Je dresse le portrait d’une ville en transition, dans un Cambodge en suspens, poursuit l’auteur. Dans le centre-ville, les gratte-ciel poussent comme des champignons. En périphérie, les ruisseaux sont ensablés, les cocotiers abattus, la campagne transformée tantôt en lotissements pavillonnaires, tantôt en zones industrielles. Phnom Penh est cette métropole qui éclot, ce paysage qui disparaît. » Avec des tons neutres, pastel, Benjamin Filarski fait un état des lieux d’un territoire en pleine transformation, tentant de soigner les cicatrices du passé pour changer – toujours plus vite – d’identité.

© Benjamin Filarski

© Benjamin Filarski© Benjamin Filarski
© Benjamin Filarski© Benjamin Filarski

© Benjamin Filarski

© Benjamin Filarski

Pauline Dupin

« Ma démarche tend à questionner le lien qu’entretiennent les femmes avec leur environnement, au cours de leur vie et de leur évolution personnelle. La naissance, la vieillesse, les notions de filiation sont autant d’éléments de recherche qui composent mon travail »,

déclare Pauline Dupin. Après avoir étudié aux Beaux-Arts et à l’ETPA de Toulouse, la photographe, née en 1995, développe aujourd’hui des projets profondément intimes. Dans Une chambre à elle, elle capture Charlotte, une jeune femme à l’histoire atypique. « Sur la route depuis plusieurs années, elle pensait qu’elle n’aurait jamais d’enfants, car ses règles ne coulaient plus après qu’une chamane tibétaine lui a fait une étrange prédiction : “tu n’auras qu’un seul enfant au cours de cette vie, mais tu ne le désireras pas” ». Quinze mois d’aménorrhées (une absence de règles, NDLR) et un second périple en Himalaya réveillent alors en elle un profond désir d’être mère. Deux mois plus tard, elle tombe enceinte. « Nous partagions toutes deux la conviction qu’il est essentiel de parler du sujet de l’accouchement à la maison. Un lien fort s’est tissé entre nous, ce qui nous a permis de construire un rapport de confiance essentiel », confie Pauline Dupin. Dans la sphère intime de sa modèle, elle documente alors, avec une violente beauté, la naissance de son enfant. Brutes, difficiles, et libératrices, ses images donnent à voir la réalité d’une « naissance pleinement éprouvée ».

© Pauline Dupin

© Pauline Dupin

© Pauline Dupin© Pauline Dupin

© Pauline Dupin

© Pauline Dupin

Image d’ouverture : © Benjamin Filarski

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
still de Sinjar, naissance des fantômes
Sinjar, naissance des fantômes : panser les cicatrices d’un génocide
En salle à partir du 19 juin 2024, le film Sinjar, naissance des fantômes, réalisé par Alexe Liebert, avec les photographies de Michel...
19 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger